Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le Français dépense 106 € par an pour la verdure et les fleurs

© Patrick Cronenberger

La France représente 13 % de la production horticole ornementale européenne mais produit peu de fleurs coupées. Sur ce marché, les importations sont reines. Pourtant, le bouquet local et de saison commence à faire parler de lui.

En 2015, selon les données de France AgriMer, le secteur de l’horticulture ornementale représentait 19 289 emplois en équivalent temps plein.

La rose reste intemporelle et indémodable. Qu’il s’agisse de l’acheter en arbuste, en fleur coupée à l’unité ou en bouquet, son succès ne se dément pas et elle arrive en tête des végétaux les plus achetés.

En 2015, la dépense moyenne des Français pour la verdure et les fleurs étaient de 106 €, pour un chiffre d’affaires global de 2,5 milliards d’euros.

Seule ombre au tableau : presque 9 fleurs sur 10 vendues en France seraient importées de l’étranger. Avec 13 % de la production horticole ornementale européenne, la France est le 3e producteur européen, ex-æquo avec l’Italie, non loin du 2nd pays producteur, l’Allemagne avec 15 % de la production, mais très loin derrière le n°1, les Pays-Bas, qui représentent 28 % de la production européenne totale. Et aucun pays européen ne figure au top 5 mondial.

Le végétal et la fleur coupée sont donc de grands voyageurs. Mais pour contredire ce marché, de nouvelles entreprises ont décidé de miser sur la fleur locale et de saison. Moins d’avion, moins d’énergie pour chauffer les serres : place au frais de proximité.

Le bouquet nouveau arrive. Désormais, il a lui aussi ses circuits courts, il peut se commander en ligne, sur abonnement, être « écoresponsable ». Les idées fleurissent.

Lire aussi Et si on achetait des fleurs locales et de saison sur Terres et Territoires.

Missing élément de média.

 

Les plus lus

Nuisibles : l'athlète olympique tire sur les corbeaux pour aider les agriculteurs
Les JO 2020 de Tokyo sont reportés à 2021. Le vol pour le Japon n’aura pas lieu cet été. Alors en attendant, c’est dans la Manche…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
« L'élevage en danger » : les Safer veulent des parts sociales soumises à régulation du foncier
Relancer notre économie, s’inscrire dans la durabilité et la résilience, garantir notre souveraineté alimentaire. Les Sociétés d’…
[Coronavirus] – Notre top des masques improbables : le ridicule protège contre l’anxiété
Sur Internet, les sujets les plus graves ne connaissent pas de barrières. Depuis deux mois, les masques ont laissé libre cours à…
Publicité