Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Dans le Nord
Trop de bruit et des odeurs - Près de 60 000 euros à verser pour les désagréments causés par 84 cochons

58 700 euros pour pénalités de retard dans une affaire de justice, c’est ce que sont condamnés à payer Nathalie et Romaric, un couple d’éleveurs du Nord. Leur « faute » ? Elever des cochons bruyants et fortement odorants sous le nez d’une voisine peu en phase avec les réalités de l’élevage.

© Jacob Edward / flickr

Et de 2. Après l’affaire Nicolas Bardy dans le Cantal et la condamnation de cet éleveur de bovins à payer une amende de 6000 euros à ses voisins, cette fois, les faits se passent dans le Nord, à Aniche. Les Delval élèvent des bovins et des porcs. Mais l’exploitation n’a rien d’un élevage industriel. 40 vaches allaitantes et 84 cochons. Ce sont ces derniers, élevés sur paille pour leur bien-être, qui sont à l’origine d’une amende 10 fois plus importante qu’en Auvergne : les agriculteurs anichois doivent verser 58 700 euros à leur voisine pour « troubles anormaux du voisinage », relate La Voix du Nord.

Le conflit de voisinage remonte à 2016. La plaignante invoque des animaux qui « font trop de bruit. Et sentent », raconte aussi Ouest France. Le couple d’agriculteurs, troisième génération d’éleveurs sur la ferme familiale, lui, invoque une raison liée à l’urbanisme. L’action en justice serait la conséquence d’un refus de la mairie d’Aniche d’accorder à la riveraine « l’autorisation de transformer en lotissement une parcelle dont elle est propriétaire et par ailleurs contiguë de la porcherie », évoque le journal breton.

La Voix du Nord retrace l'histoire sous forme de diaporama sonore.

 

 

La somme colossale demandée correspond à des pénalités de retard. Car le premier épisode remonte au 31 mars 2017. Pour faire cesser les « troubles anormaux », le juge donne 4 mois aux agriculteurs pour déplacer leur porcherie. Avec une astreinte de 200 euros par jour de retard. Un délai trop court. Le couple d’exploitants fait appel et perd de nouveau. Le délai est ramené à trois mois. S’en suit un pourvoi en cassation. « En mai 2018, le juge de l’exécution prend acte de la bonne volonté du couple en le condamnant à 2500 euros d’amende », poursuit La Voix du Nord. La partie adverse ne l’entend pas ainsi et fait appel de la décision. Le 27 septembre 2019, alors qu’ils ont déjà engagé 30 000 euros de frais de justice, les éleveurs sont condamnés à payer l’équivalent de près de 700 euros par tête de cochon. Une somme qu’ils ne sont pas en mesure de rassembler.

 

 

 

Localement la solidarité s’organise. Une manifestation était organisée à Douai le samedi 30 novembre. Une cagnotte est en ligne également sur Leetchi pour venir en aide aux deux professionnels.

Peut-être va-t-il falloir développer la démarche expérimentée par une commune du Calvados. A Hubert-Folie, raconte L'Agriculteur normand,  le maire Joël Bellanger a mis en place depuis 2013 une charte du bien-vivre pour anticiper les critiques et dire aux nouveaux arrivants : « Vous n’êtes pas en terrain conquis. Il y a des désagréments et il faut les accepter, sinon ce n’est pas la peine de venir chez nous ».

 

 

Les plus lus

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus
Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village,…
Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population
La filière agricole se mobilise pour subvenir aux besoins alimentaires de la population. Mais la crise du Covid-19 entraîne une…
[Coronavirus] Et si la crise sanitaire changeait le regard des Français sur le monde paysan
Les Français se ruent dans les commerces alimentaires. La peur de manquer leur rappelle que le premier maillon de la chaîne de…
député européen parlement jérémy decerle agriculteur agriculture politique
[Tribune] Jérémy Decerle : "Ah, tiens, l’agriculture est un secteur stratégique"
Avec la crise du coronavirus, la place de l'agriculture et de l'agroalimentaire redevient centrale. Jérémy Decerle, député…
Coronavirus : quelles conséquences et quelles pertes pour l'agriculture et l'agroalimentaire ?
L’économie mondiale vit à l’heure du coronavirus et le marché des matières premières agricoles est dans la turbulence. Les…
Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture
C’est un appel que lance le ministre de l’Agriculture ce 24 mars. En raison de la crise du coronavirus, l'agriculture manque de…
Publicité