Aller au contenu principal

Salon de l’agriculture 2022
Le crédit carbone pourrait rapporter jusqu’à 90 euros la tonne aux agriculteurs

La rémunération du stockage du carbone peut rentrer dans le modèle économique d’une exploitation agricole à travers la vente de crédits carbone ou une prime de valorisation en filière.

Conférence au salon de l'agriculture
A droite, Chuck de Liedekerke, PDG de Soil Capital, intervenant ce matin au stand la Ferme digitale au salon de l'Agriculture
© Nathalie Marchand

Pour l’agriculteur, « le CO2 est une cerise sur un gâteau économique beaucoup plus important », résume Chuck de Liedekerke, PDG de Soil Capital, cabinet agronomique indépendant accompagnant les agriculteurs vers une production bas carbone. « Le marché du crédit carbone évolue très vite, c’est un marché en voie de structuration », poursuit-il à l’occasion d’une conférence organisée par le campus Hectar et Icosystème sur le salon de l’Agriculture. Comment l’agriculture peut-il être rémunéré pour son action en matière de stockage de carbone ? Le principe : « pour calculer le bilan carbone net sur douze mois on utilise une méthode se basant sur la déclaration de l’agriculture en fonction du contexte podologique, des cultures et de l’itinéraire technique », explique le dirigeant. L’idée : rémunérer les progrès de l’agriculture en matière de réduction des émissions de CO2 ou pour les plus avancés les progrès sur le stockage de carbone dans le sol.

« Si un agriculteur s’inscrit dans notre programme de rémunération CO2 ça lui prend 3 heures par an à remplir son diagnostic » assure Chuck de Liedekerke. Ces progrès lui permettent de générer des certificats carbones. « Il n’est pas difficile de générer 1, 2 voire 3 certificats à l’hectare », explique-t-il. « La vente de crédit carbone pour l’agriculture se réalise de gré à gré sur un marché très volatile. Les prix vont de 30 euros à 80-90 euros la tonne », selon l’expert. « Dans les dernières discussions que nous avons avec les acheteurs de CO2 nous sommes plutôt en haut de la fourchette », assure-t-il.

La rémunération du stockage de carbone peut aussi passer par le consommateur final. Le PDG de Soil Capital raconte ainsi comment un brasseur artisanal a accepté de vendre sa bière 2 centimes plus cher le litre pour rémunérer à hauteur de 35 euros la tonne le producteur d’orge stockant du carbone dans son sol. « Ce sont des sujets que l’on regarde aussi avec Kellogg’s », confie par exemple Chuck de Liedekerke. Il s’agit du modèle du futur de la rémunération carbone via la filière alimentaire selon lui.

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthanisation concurrence élevage fourrage
La méthanisation concurrence-t-elle l’élevage ? L’exemple breton
La méthanisation risque-t-elle de concurrencer l’approvisionnement des élevages ? Le débat reprend à l’occasion de cet été 2022…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité