Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le bois raméal fragmenté ramène des vers de terre dans les jardins

Evidemment, il ne faut pas avoir peur des petites bêtes.
© C. Gloria

Le BRF, nom de code pour Bois raméal fragmenté. Ces copeaux de branches d’arbres broyées sont utilisés pour couvrir les parterres dans les parcs et jardins et en maraîchage. Ce paillage a aussi été testé en agriculture et ces essais confirment l’intérêt du BRF pour ramener de la vie dans le sol. En clair : les vers de terre adorent.

La chambre d’agriculture des Alpes de Haute-Provence, à Oraison dans la vallée de la Durance, a testé la méthode dans le cadre du réseau Dephy en 2012 et 2013. C’est Rémy Kulagowsky qui était en charge de ces essais.  « Nous avons utilisé des copeaux de bois de platane. L’utilisation a été testée la première année sur la culture du pois de printemps. Le choix d’une légumineuse se justifiait par sa capacité à fixer l’azote atmosphérique permettant de pallier la faim d’azote potentielle générée par les BRF, explique le conseiller agricole. Les résultats ont montré une augmentation de la capacité du sol à retenir l’eau. Le rendement du pois n’a pas été affecté par l’apport de ce BRF, ni amélioré."

Les racines colonisent mieux le sol

Une deuxième année d’expérimentation pour suivre l’impact des BRF sur le long terme a été réalisée sur blé dur. « Nous avons encore relevé une amélioration de la rétention de l’eau dans le sol. Le BRF a eu un effet sur les adventices en limitant leur concurrence vis-à-vis de la culture. La population de vers de terre a été favorisée dans les modalités avec BRF, en produisant une porosité du sol supérieure. La colonisation du sol par les racines a été améliorée, notamment entre 30 et 50 cm de profondeur. Par contre, le BRF n’engendre pas d’augmentation d’azote du sol. Quant aux rendements du blé dur, ils étaient légèrement meilleurs sans différence significative avec des modalités sans BRF." L’expérimentation n’a pas été poursuivie, ni reprise en pratique par les producteurs de grandes cultures. Le coût d’achat du BRF dans beaucoup de situations en est une des causes.

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
Publicité