Aller au contenu principal

Santé animale
L’attrait pour les médecines alternatives rend nécessaire une évolution du cadre réglementaire

Les médecines alternatives en santé animale séduisent de plus en plus vétérinaires et éleveurs. Les formations se développent. Mais pour aller plus loin dans les pratiques, il faut que la réglementation évolue.

© Franck Mechekour

On les appelle les médecines alternatives. Homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, ostéopathie, acupuncture… Toutes ces médecines dites douces se développent en santé humaine mais également en santé animale. « Dans un contexte de réduction des antibiotiques », constate L’Action agricole picarde, elles « ont trouvé leur place dans les fermes ».

Elodie Stoléar, vétérinaire libérale dans les Pyrénées-Atlantique, témoigne de son expérience dans le journal. Après avoir exercé deux ans de façon classique en Belgique, elle a souhaité ne pas limiter ses compétences à une approche allopathique. « Très rapidement, j’ai eu envie de développer mes connaissances, » explique-t-elle. Elle a donc suivi des formations et est aujourd’hui diplômée en ostéopathie, acupuncture, homéopathie et phytothérapie.

Formation des vétérinaires et des éleveurs

Les médecines douces séduisent les vétérinaires et parallèlement, la demande de formation est  croissante chez les éleveurs. C’est ce que constate le GDS du Rhône « depuis un peu plus de trois ans » rapporte l’Action agricole picarde. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un réel besoin d’informations et de compétences », affirme Perrine Matrat, vétérinaire conseil au GDS 69. D’où la mise en place de formations en médecines alternatives. Claudine Fouquet, une des deux vétérinaires spécialisées qui dispense la formation, explique comment elle procède. « Lors d’une session de formation, je prévois un gros module sur le volet délicat de la réglementation, une partie sur les précautions à prendre, notamment en aromathérapie où l’on est exposé à des doses très concentrées d’huiles essentielles. On regarde ensuite pathologie par pathologie quelle est la meilleure méthode pour la prévenir et la guérir. Je ne prêche pas uniquement pour ces médecines alternatives. » Les deux peuvent être complémentaires. Elle prône l’approche globale, qui prend en compte tous les symptômes. « L’important, c’est de mettre le doigt sur l’origine du problème ».

Seule ombre au tableau soulevée par le journal : les médecines alternatives sont aujourd’hui « dans la controverse réglementaire ». L’homéopathie est « aujourd’hui menacée de déremboursement ». Par ailleurs, « dès lors qu’une plante ou une huile essentielle est destinée à avoir un effet curatif ou préventif », précise le journal, « elle tombe sous le coup de la médecine ». Ce qui veut dire : autorisation de mise sur le marché (AMM) et prescription de la part du vétérinaire obligatoires.  « Cela pose, d’une part, la question de l’automédication, mais aussi la possibilité pour les vétérinaires de prescrire une plus large gamme de plantes légalement », commente Alison Pelotier dans son article. Car peu de médicaments à base de plantes sont autorisés aujourd’hui. C’est pourquoi « la réglementation doit évoluer », estime Claudine Fouquet. L’Itab, l’institut technique de l’agriculture biologique, prône l’utilisation de certaines plantes « sans AMM ou temps d’attente et en automédication ». L’institut a élaboré une liste de deux-cent-vingt-trois plantes à usage thérapeutique en élevage.

 

Lire aussi  Phytothérapie : que dit la réglementation ? ,

Comment utiliser les huiles essentielles ?,

Encore beaucoup de travaux à mener en aromathérapie,

" Nous utilisons des huiles essentielles en diffusion dans la nurserie ",

" Les résultats que nous obtenons avec les huiles essentielles nous encouragent à continuer ",

l'ostéopathie n'est pas réservée aux chevaux . 

Les plus lus

Les Touristes
Les touristes, mission agriculteurs : pourquoi le directeur du lycée agricole a validé l'émission d'Arthur sur TF1
Le lycée agricole de Contamine-sur-Arve en Haute-Savoie a accueilli en immersion cinq humoristes et une ancienne miss France pour…
Ecole Hectar
Hectar : l’enseignement agricole public manifeste contre l’école de Xavier Niel
Treize organisations syndicales et associations de l’enseignement agricole public appellent à manifester ce mardi 29 juin dans…
Farming simulator
On en sait plus sur la sortie de Farming Simulator 22
Le jeu de simulation agricole, déjà en précommande, sortira le 22 novembre 2021. Son éditeur Giants Software annonce la…
Première mondiale - Une usine pour le recyclage des ficelles et filets agricoles annoncée pour 2022
L’entreprise normande RecyOuest a annoncé le 9 juillet son projet de construction d’une usine de recyclage des ficelles et filets…
Moissons 2021 : premières impressions mitigées et craintes pour la suite
Certains n’ont pas commencé, d’autres sont en pleine récolte. Les moissons 2021 ont pris du retard en raison des pluies de début…
Hélène Thouy
Parti animaliste : cinq choses à savoir sur Hélène Thouy candidate à la Présidentielle
Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, s’est déclarée le jeudi 1er juillet dernier candidate à l’élection…
Publicité