Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Santé animale
L’attrait pour les médecines alternatives rend nécessaire une évolution du cadre réglementaire

Les médecines alternatives en santé animale séduisent de plus en plus vétérinaires et éleveurs. Les formations se développent. Mais pour aller plus loin dans les pratiques, il faut que la réglementation évolue.

© Franck Mechekour

On les appelle les médecines alternatives. Homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, ostéopathie, acupuncture… Toutes ces médecines dites douces se développent en santé humaine mais également en santé animale. « Dans un contexte de réduction des antibiotiques », constate L’Action agricole picarde, elles « ont trouvé leur place dans les fermes ».

Elodie Stoléar, vétérinaire libérale dans les Pyrénées-Atlantique, témoigne de son expérience dans le journal. Après avoir exercé deux ans de façon classique en Belgique, elle a souhaité ne pas limiter ses compétences à une approche allopathique. « Très rapidement, j’ai eu envie de développer mes connaissances, » explique-t-elle. Elle a donc suivi des formations et est aujourd’hui diplômée en ostéopathie, acupuncture, homéopathie et phytothérapie.

Formation des vétérinaires et des éleveurs

Les médecines douces séduisent les vétérinaires et parallèlement, la demande de formation est  croissante chez les éleveurs. C’est ce que constate le GDS du Rhône « depuis un peu plus de trois ans » rapporte l’Action agricole picarde. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un réel besoin d’informations et de compétences », affirme Perrine Matrat, vétérinaire conseil au GDS 69. D’où la mise en place de formations en médecines alternatives. Claudine Fouquet, une des deux vétérinaires spécialisées qui dispense la formation, explique comment elle procède. « Lors d’une session de formation, je prévois un gros module sur le volet délicat de la réglementation, une partie sur les précautions à prendre, notamment en aromathérapie où l’on est exposé à des doses très concentrées d’huiles essentielles. On regarde ensuite pathologie par pathologie quelle est la meilleure méthode pour la prévenir et la guérir. Je ne prêche pas uniquement pour ces médecines alternatives. » Les deux peuvent être complémentaires. Elle prône l’approche globale, qui prend en compte tous les symptômes. « L’important, c’est de mettre le doigt sur l’origine du problème ».

Seule ombre au tableau soulevée par le journal : les médecines alternatives sont aujourd’hui « dans la controverse réglementaire ». L’homéopathie est « aujourd’hui menacée de déremboursement ». Par ailleurs, « dès lors qu’une plante ou une huile essentielle est destinée à avoir un effet curatif ou préventif », précise le journal, « elle tombe sous le coup de la médecine ». Ce qui veut dire : autorisation de mise sur le marché (AMM) et prescription de la part du vétérinaire obligatoires.  « Cela pose, d’une part, la question de l’automédication, mais aussi la possibilité pour les vétérinaires de prescrire une plus large gamme de plantes légalement », commente Alison Pelotier dans son article. Car peu de médicaments à base de plantes sont autorisés aujourd’hui. C’est pourquoi « la réglementation doit évoluer », estime Claudine Fouquet. L’Itab, l’institut technique de l’agriculture biologique, prône l’utilisation de certaines plantes « sans AMM ou temps d’attente et en automédication ». L’institut a élaboré une liste de deux-cent-vingt-trois plantes à usage thérapeutique en élevage.

 

Lire aussi  Phytothérapie : que dit la réglementation ? ,

Comment utiliser les huiles essentielles ?,

Encore beaucoup de travaux à mener en aromathérapie,

" Nous utilisons des huiles essentielles en diffusion dans la nurserie ",

" Les résultats que nous obtenons avec les huiles essentielles nous encouragent à continuer ",

l'ostéopathie n'est pas réservée aux chevaux . 

Les plus lus

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus
Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village,…
Maladie du pois : un début de solution contre l’aphanomyces
Grandes Cultures
Sur pois de printemps, l’aphanomyces est une maladie du sol qui donne du fil à retordre aux pathologistes et généticiens. Des…
Assemblée générale de la FNB : vifs échanges sur la coopération
Bovins Viande
La coopération déçoit certains de ses fidèles adhérents. De vifs débats ont eu lieu à ce sujet à l’occasion de la dernière…
L’Assemblée nationale accueille une vache limousine et des lycéens agricoles
Cinq jeunes du lycée agricole des Vaseix, basé à Limoges, ont été reçus par Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale.…
Au salon de l'agriculture : Jersiaise, rien ne résiste à Eosine
Lait
Seize animaux issus de 13 élevages étaient en lice le 28 février au SIA. Le juge Guillaume Crépet a choisi Eosine parmi les 4…
Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population
La filière agricole se mobilise pour subvenir aux besoins alimentaires de la population. Mais la crise du Covid-19 entraîne une…
Publicité