Aller au contenu principal

L’Anvol de la volaille made in France

© Jean-Charles Gutner

La filière volaille de chair française est rassemblée sous l’aile d’une interprofession qui a pris récemment le joli nom d’Anvol. Pour les professionnels, il s’agit désormais d’aller vers plus de bio, plus de label et moins d’importation.

Au-delà du jeu de mot, l’Anvol, ou Association nationale interprofessionnelle de la volaille de chair, est surtout le nouveau nom adopté par les professionnels de ce secteur pour représenter l’ensemble de la filière (15 membres, 4 comités et un membre spécial), de l’amont à l’aval. Elle aura pour mission essentielle de représenter et de défendre les quelques 100 000 emplois, 15 000 entreprises et les 6,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires constitutifs de cette branche économique. Aujourd’hui, l’Anvol estime à, 2,7 milliards d’euros les investissements nécessaires – dans une immense majorité, ils viendront de la filière elle-même - d’ici à 2022. 2,2 milliards devraient être fléchés vers le secteur de la production (dont les accouveurs) et les 400 millions restants vers la spécialisation des abattoirs et la modernisation des outils de découpe et de transformation. Autres objectifs fixés par l’Anvol : + 50 % de volaille bio et + 15 % de volaille Label Rouge d’ici 2022, passer de 33 % à 23 % en volailles importées et poursuivre le travail déjà entamé par rapport aux attentes sociétales (bien-être animal, moins d’antibiotique, plus de biodiversité ; développement de la biosécurité…). Un rude parcours !

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité