Aller au contenu principal

L'antibiorésistance est un problème écologique global

Le microbiote intestinal joue un rôle majeur dans la diffusion des résistances.

Les hommes et les animaux partagent la même armoire à pharmacie, d'où le concept  « one health » qui a vu le jour en 2010 sous l'égide de l'OMS, l'OIE et la FAO.
Les hommes et les animaux partagent la même armoire à pharmacie, d'où le concept « one health » qui a vu le jour en 2010 sous l'égide de l'OMS, l'OIE et la FAO.
© P.Cronenberger

"Le plus gros problème de santé actuel, c'est l'antibiorésistance, a affirmé le Pierre-Louis Toutain, professeur émérite de l'école nationale vétérinaire de Toulouse, lors d'un colloque organisé par l'Inra au salon international de l'agriculture. En 2050, si l'on ne fait rien, nous aurons dans le monde dix millions de morts liées à l'antibiorésistance". Beaucoup de maladies ont besoin d'antibiotiques (cancers, chirurgie...). "Le grand public n'a pas encore vraiment pris la mesure de la situation". C'est à une véritable pandémie de diffusion de résistances de bactéries aux antibiotiques que nous devons faire face. "Aujourd'hui, le problème ne se situe pas au niveau de l'hôpital, mais de la communauté". Et les traitements antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire ne sont pas les seuls en cause. Les antibiotiques sont utilisés aux USA et au Mexique pour traiter des maladies végétales. Les biocides (biofilms) sélectionnent aussi des résistances.

Les résistances passent par la chaîne alimentaire

Pour ce qui est de l'utilisation des antibiotiques en médecine humaine, la France se situe en haut de l'échelle et en consomme deux à trois fois plus que les pays du Nord de l'Europe. En revanche en médecine vétérinaire, il estime qu'elle se situe dans la moyenne européenne. Si aux USA la situation évolue dans la bonne direction, en revanche la Chine utilise massivement des additifs.

Les résistances passent dans l'environnement. Lors d'un traitement antibiotique, par exemple pour une infection pulmonaire, les antibiotiques diffusent dans tous les organes, notamment dans le microbiote intestinal,  a-t-il expliqué. Et ensuite le contenu intestinal part dans l'environnement où se poursuit le travail de sélection de résistance (certains antibiotiques ont un temps de demi-vie de six mois!).

Les résistances passent par la chaîne alimentaire. En Asie mais surtout en Inde (où l'on mange avec les mains), la situation est critique. Les voyages contribuent largement à diffuser les résistances de par le monde.

"Il s'agit d'un problème écologique global et pas une simple question médicale", a-t-il conclu.

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Dans l'Eure, la préfecture interdit la moisson l'après-midi à cause de la sécheresse
La préfecture de l'Eure a interdit la moisson entre 14h et 18h ce lundi. Une mesure exceptionnelle qui avait été prise en 2019…
Race à l'honneur au Space : la Blonde d’Aquitaine, une race à valeur ajoutée
À La Mézière, en Ille-et-Vilaine, Jimmy Guérin s’est converti à la Blonde d’Aquitaine dès son installation et l’a associée au…
Publicité