Aller au contenu principal

Une première étape positive dans les négociations

Mais il ne s’agit que des marques nationales. Reste à voir ce que donneront les négociations commerciales pour les marques distributeurs, et les tarifs en restauration hors foyer.

Dominique Chargé, président de Coop de France : "Les négociations se passent plutôt bien dans le lait. Mais il ne faudrait pas que ce soit l'arbre qui cache la forêt."
© C. Pruilh

L’esprit de la loi EGA semble ne souffler que sur les produits laitiers, constatait le sénat le 13 février dernier, suite à des tables rondes réunissant les producteurs, transformateurs et distributeurs de produits agricoles, pour évaluer les effets de la loi EGA.

Plusieurs accords ont en effet été conclus entre transformateurs et distributeurs pour les produits laitiers. Carrefour et U enseigne en ont conclu quatre, avec Lactalis, Sodiaal, Yoplait et Laïta. E. Leclerc a signé avec Lactalis et Danone. Lidl s’est engagé avec Sodiaal pour les marques nationales ainsi que pour les marques distributeurs (MDD). Intermarché et Netto ont conclu un accord avec Bel, Sodiaal et Savencia, et ont communiqué un prix du lait, respectivement de 371, 370 et 375 €/1000 l pour la quote-part vendue dans leurs enseignes.

Mais ces accords ne couvrent pas tous les produits de grande consommation (PGC) de tous les transformateurs avec des marques nationales. Cela générera-t-il des écarts de prix affichés en rayon entre un distributeur qui se sera engagé et un autre ? Si tel est le cas, cela serait défavorable à ceux qui se sont engagés dans des accords. Lactalis insiste sur la nécessité que tous les acteurs de la distribution jouent le jeu. Et "ce n’est qu’une première étape, cette tendance doit s’inscrire dans la durée et nous attendons la fin des négociations et leur ruissellement sur les contrats MDD et premiers prix pour effectuer un bilan", déclare Damien Lacombe dans un communiqué du 12 février.

Risque de déflation sur les MDD

En dehors de ces accords, les négociations restent difficiles selon le président de l’Ania participant à l’une des tables rondes du comité de suivi. Il fait état de demandes de déflation de la part de distributeurs, allant de 1,5 à 4 % pour les PME de son réseau (toutes productions confondues). Et il craint des répercussions négatives sur les MDD. Or, ces dernières sont pour beaucoup fabriquées par des PME. Le sénat s’en est ému dans un communiqué, craignant que le remède soit pire que le mal.

En outre, le ministère de l’Économie pointe des comportements critiquables, comme des pénalités logistiques, des déréférencements visant à faire pression sur les fournisseurs et des anomalies relevées par la DGCCRF concernant le respect des conditions de promotions en vigueur depuis le 1er janvier 2019. Le ministre a demandé à la DGCCRF de poursuivre ses contrôles et de sanctionner les manquements.

Enfin, les transformateurs doivent défendre leurs prix auprès de la restauration hors foyer, privée et collective. "Il reste encore du travail", lâchait début février Michel Nalet, responsable communication chez Lactalis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière