Aller au contenu principal

Une filière de récupération des ficelles et filets balles rondes

Après les emballages vides de produits phytosanitaires et les films agricoles, les ficelles et filets balles rondes vont à leur tour pouvoir être collectés et recyclés dans le cadre d’Adivalor, société créée par les industriels, distributeurs et professionnels agricoles pour organiser et gérer l’élimination des déchets de l’agrofourniture.


« Chaque année, environ 20 000 tonnes de ficelles usagées et 8 000 tonnes de filets balles rondes sont produites en France, indique Bernard Lemoine, délégué général du Comité des plastiques en agriculture. Et si environ 2 500 tonnes de ficelles sont déjà collectées, mais non recyclées, aucune collecte organisée n’existe pour les filets balles rondes. »


Adivalor et le Comité des plastiques en agriculture ont donc décidé de mettre en place dès 2013 des filières organisées de collecte et recyclage de ces déchets plastiques.


L’objectif est de collecter 25 % des ficelles et 15 % des filets dès la première année et de parvenir en 2016 à 50 % des ficelles et 50 % des filets.


Les coûts logistiques sont estimés à 304 euros la tonne pour les ficelles et 312 euros la tonne pour les filets.


Une écocontribution mise en place dès septembre


Un projet industriel est en préparation pour le recyclage des ficelles, cependant le recyclage des filets balles rondes nécessite encore des travaux de recherche développement. Pour financer dès le départ ces filières, une éco-contribution de 100 euros la tonne de ficelles ou filets achetée sera mise en place dès septembre 2012, soit un surcoût de 5,5 % sur le prix des ficelles et de 2 % sur le prix des filets.

Les collectes, qui grâce à l’éco-contribution seront ensuite gratuites, devraient commencer au printemps 2013.


Par ailleurs, les aides de l’Ademe aux filières de collecte des films plastiques agricoles diminuant, l’écocontribution sur ces films (actuellement 50 €/t) devrait également augmenter dès la fin 2012 et pourrait atteindre 120 euros la tonne pour certains films. Treize mille tonnes de films plastiques usagés ont été collectées en 2011-2012 dans le domaine de l’élevage, essentiellement des films d’ensilage et d’enrubannage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière