Aller au contenu principal

Invitation à la ferme : Un réseau d'éleveurs qui grandit

Invitation à la ferme est la marque d'une trentaine d'élevages en bio qui transforment leur lait en yaourts, desserts et fromages.

Le réseau Invitation à la ferme a célébré sa trentième ferme adhérente en novembre dernier. Créé fin 2014 par cinq éleveurs, le premier réseau français de produits laitiers fermiers biologiques continue de se développer. En 2018, il a accueilli dix nouvelles fermes. En 2019, des élevages de chèvres et brebis le rejoindront. Les produits laitiers sont vendus dans plus de 800 points de vente : GMS, magasins de producteurs, un peu de restauration collective...

Invitation à la ferme est une marque collective appartenant à 100 % aux éleveurs adhérents du réseau. Une équipe de cinq salariés accompagne les éleveurs. L'effort est mutualisé : création des recettes, de la marque et des packagings, site internet, supports pour les animations en magasin. " Ils sont très pros ; c'est sécurisant, note Thierry Loiseau, un des associés de la Ferme du terrier, en Vendée (4 associés, 3 salariés, 70 vaches montbéliardes, 135 ha, volaille de chair). Les ingénieurs du réseau nous ont fait les plans du local de transformation et nous ont conseillé pour le matériel. Nous avons bénéficié d'un achat groupé pour certains matériels. Ils ont formé deux associées à la fabrication des yaourts, aux mesures d'hygiène et de traçabilité. Ils m'ont formé à la partie commerciale. Un ingénieur nous a accompagné à la transformation les deux premières semaines de fabrication. Puis ils assurent un suivi régulier. " Les achats groupés de matières premières et d'emballages permettent de réaliser une économie d'environ 20 % par rapport à des achats réalisés individuellement.

Une bonne rémunération des éleveurs

" Sans le réseau, nous n'aurions sans doute pas osé franchir le pas, lance Thierry Loiseau. On vendait déjà du lait cru et on songeait à la transformation. Un jour, un voisin, adhérent Invitation à la ferme, nous a dit que presque tout son lait était maintenant transformé, et qu'il cherchait à faire entrer un nouvel éleveur dans le réseau. Nous avons saisi cette opportunité et signé en novembre 2017. En avril 2018, nous fabriquions nos premiers yaourts sous dix références. Début novembre, nous valorisions déjà près de 75 000 litres. " Aujourd'hui, la ferme fabrique aussi deux riz au lait. En janvier, elle produira deux crèmes desserts. " Si nous avions investi seuls, jamais nous n'aurions démarré si fort. "

Chaque adhérent paye au réseau un droit d'entrée et un pourcentage sur ses ventes. Grâce au réseau, il dégage une valeur ajoutée qui permet de tirer un bénéfice de la transformation et de rémunérer son lait à 530 €/1 000 l en 2018(1). En 2019, ce sera 550 €. Tous les membres du réseau s'engagent à proposer le même tarif à tous ses clients quelle que soit leur taille. Une autre marque a été créée, " Les petits fermiers " pour accompagner des conversions bio. Ces éleveurs vendent leurs produits au prix du bio. 

(1) En filière longue, le lait bio est payé environ 465 €/1 000 l en prix de base.
 

Des engagements au-delà du bio

Pour capter de la valeur ajoutée, " la marque a misé sur un ensemble : un produit sain de qualité ; un emballage attractif ; un cahier des charges ambitieux ", énumère Corinne Charote, responsable commerciale et marketing d'Invitation à la ferme. Et les éleveurs invitent les consommateurs à venir assister à la traite une fois par mois. La règle est qu'une ferme fournit les magasins sur 80 km autour d'elle.

" Le cahier des charges va au-delà du réglement européen bio : plus de 70 % d'herbe dans la ration, un pâturage d'au moins sept mois sur 30 ares accessibles par vache. Le lait n'est pas homogénéisé, pas standardisé en ultrafrais. Le fromage est au lait cru. Le robot de traite est interdit... ", détaille Corinne Charote.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière