Aller au contenu principal

Invitation à la ferme : Un réseau d'éleveurs qui grandit

Invitation à la ferme est la marque d'une trentaine d'élevages en bio qui transforment leur lait en yaourts, desserts et fromages.

Le réseau Invitation à la ferme a célébré sa trentième ferme adhérente en novembre dernier. Créé fin 2014 par cinq éleveurs, le premier réseau français de produits laitiers fermiers biologiques continue de se développer. En 2018, il a accueilli dix nouvelles fermes. En 2019, des élevages de chèvres et brebis le rejoindront. Les produits laitiers sont vendus dans plus de 800 points de vente : GMS, magasins de producteurs, un peu de restauration collective...

Invitation à la ferme est une marque collective appartenant à 100 % aux éleveurs adhérents du réseau. Une équipe de cinq salariés accompagne les éleveurs. L'effort est mutualisé : création des recettes, de la marque et des packagings, site internet, supports pour les animations en magasin. " Ils sont très pros ; c'est sécurisant, note Thierry Loiseau, un des associés de la Ferme du terrier, en Vendée (4 associés, 3 salariés, 70 vaches montbéliardes, 135 ha, volaille de chair). Les ingénieurs du réseau nous ont fait les plans du local de transformation et nous ont conseillé pour le matériel. Nous avons bénéficié d'un achat groupé pour certains matériels. Ils ont formé deux associées à la fabrication des yaourts, aux mesures d'hygiène et de traçabilité. Ils m'ont formé à la partie commerciale. Un ingénieur nous a accompagné à la transformation les deux premières semaines de fabrication. Puis ils assurent un suivi régulier. " Les achats groupés de matières premières et d'emballages permettent de réaliser une économie d'environ 20 % par rapport à des achats réalisés individuellement.

Une bonne rémunération des éleveurs

" Sans le réseau, nous n'aurions sans doute pas osé franchir le pas, lance Thierry Loiseau. On vendait déjà du lait cru et on songeait à la transformation. Un jour, un voisin, adhérent Invitation à la ferme, nous a dit que presque tout son lait était maintenant transformé, et qu'il cherchait à faire entrer un nouvel éleveur dans le réseau. Nous avons saisi cette opportunité et signé en novembre 2017. En avril 2018, nous fabriquions nos premiers yaourts sous dix références. Début novembre, nous valorisions déjà près de 75 000 litres. " Aujourd'hui, la ferme fabrique aussi deux riz au lait. En janvier, elle produira deux crèmes desserts. " Si nous avions investi seuls, jamais nous n'aurions démarré si fort. "

Chaque adhérent paye au réseau un droit d'entrée et un pourcentage sur ses ventes. Grâce au réseau, il dégage une valeur ajoutée qui permet de tirer un bénéfice de la transformation et de rémunérer son lait à 530 €/1 000 l en 2018(1). En 2019, ce sera 550 €. Tous les membres du réseau s'engagent à proposer le même tarif à tous ses clients quelle que soit leur taille. Une autre marque a été créée, " Les petits fermiers " pour accompagner des conversions bio. Ces éleveurs vendent leurs produits au prix du bio. 

(1) En filière longue, le lait bio est payé environ 465 €/1 000 l en prix de base.
 

Des engagements au-delà du bio

Pour capter de la valeur ajoutée, " la marque a misé sur un ensemble : un produit sain de qualité ; un emballage attractif ; un cahier des charges ambitieux ", énumère Corinne Charote, responsable commerciale et marketing d'Invitation à la ferme. Et les éleveurs invitent les consommateurs à venir assister à la traite une fois par mois. La règle est qu'une ferme fournit les magasins sur 80 km autour d'elle.

" Le cahier des charges va au-delà du réglement européen bio : plus de 70 % d'herbe dans la ration, un pâturage d'au moins sept mois sur 30 ares accessibles par vache. Le lait n'est pas homogénéisé, pas standardisé en ultrafrais. Le fromage est au lait cru. Le robot de traite est interdit... ", détaille Corinne Charote.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière