Aller au contenu principal

Un prototype de robot anti-rumex pour prairies

Présenté lors des Terrenales, le robot Ruud, développé aux Pays-Bas, est capable de détecter et de détruire les rumex.

D’après les essais menés aux Pays-Bas, ce robot détruit avec succès 70 % des rumex.
D’après les essais menés aux Pays-Bas, ce robot détruit avec succès 70 % des rumex.
© DR

Deux chercheurs de l’Université de Wageningen aux Pays-Bas, ont mis au point un prototype de robot destructeur de rumex qu’ils sont venus présenter aux Terrenales, organisées par la coopérative Terrena dans le Maine-et-Loire. Il a fallu dix années de travail pour élaborer cette machine, baptisée Ruud.

« Ce robot fonctionne de manière autonome, dans ses fonctions et déplacements, sur les parcelles. Pour cela, il est impératif de prédéfinir grâce à un satellite la limite de la parcelle à parcourir. Ruud est équipé d’une balise GPS afin de suivre ce chemin prédéterminé », explique Frits van Evert, l’un des deux concepteurs. Une caméra, montée sur l’appareil, lui permet ensuite de détecter les rumex situés sur son passage. Ce repérage s’effectue grâce à la différence de texture entre l’herbe et le rumex, dont les feuilles sont beaucoup plus grandes et présentent peu de discontinuités contrairement à l’herbe. « La détection est efficace à 93 % », précise-t-il.

Une idée intéressante mais perfectible

L’idéal est d’intervenir trois à quatre semaines après la fauche. Une fois le rumex localisé, un bras équipé d’un dispositif de broyage (une double lame rotative) se positionne au-dessus de la vivace pour la détruire jusqu’à la racine et ce, à quinze centimètres de profondeur. Trente secondes sont nécessaires entre la détection et le broyage. Les chercheurs estiment qu’une à quatre heures par hectare sont requises pour traiter une parcelle, en fonction du degré d’infestation. Selon les essais conduits aux Pays-Bas, le taux de repousse après ce traitement mécanique, est relativement faible. « Un mois après le broyage, le rumex a disparu dans 75 % des cas. D’où une efficacité de destruction globale de 70 %. »

Le dispositif est efficace dans les prairies de graminées pures mais reste perfectible dans les prairies associées (ray-grass et trèfle par exemple). « Pour cela, il nous faut encore complexifier le process de traitement de l’image. » Des améliorations sont également à apporter en termes de rapidité de travail et de consommation d’énergie. « Le robot fonctionne pour le moment avec un moteur diesel. On envisage d’utiliser un moteur électrique pour le fonctionnement de la foreuse », poursuit le chercheur. Un problème peut par ailleurs se poser au niveau de l’enfoncement de cette dernière, du fait de sols plus meubles aux Pays-Bas qu’en France. à voir également ce que donnera l’engin sur des sols caillouteux… Ce dispositif devrait être disponible d’ici deux ans. Le coût de fabrication du prototype approche 25 000 €.

Pour en savoir plus

www.ruud.wur.nl

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière