Aller au contenu principal

« Trouver les bons indicateurs et piloter vers l’avant »

À la tête de la ferme des 1 000 vaches dans la Somme, Michel Welter insiste sur la nécessité, pour un manager, de suivre ses propres tableaux de bord.

Michel Welter. « Tout bon manager doit savoir se remettre en cause. Le jour où je pense détenir la solution, c’est qu’il est temps d’en changer ! »
© E. Bignon

La SCL Lait Pis Carde compte aujourd’hui un troupeau de 880 vaches traites trois fois par jour avec une moyenne économique à plus de 10 000 litres p, à 41 de TB, 34 de TP et 205 000 cellules/l. L’intervalle vêlage-vêlage moyen est de 375 jours et l’âge au vêlage de 30 mois. Issue du regroupement de XX troupeaux, la structure — qui a démarré sa production en septembre 2014 avec 130 vaches — a stabilisé ses effectifs et son fonctionnement.

« La première chose que je fais le matin, c’est d’analyser le tableau de bord de la veille. En deux minutes chrono, je dois être capable de voir si quelque chose cloche ou non sur l’élevage, expose Michel Welter, PDG de la ferme des 1 000 vaches. Pour y parvenir, il a fallu trier, parmi la masse de données dont on dispose, quels sont les indicateurs qui se révèlent les plus pertinents et qui permettent d’agir. » Michel Welter distingue les critères qui reflètent la qualité du travail réalisé au quotidien par les salariés et qui méritent donc un suivi au jour le jour, de ceux qui traduisent une stratégie à plus long terme. « Par exemple, je regarde le taux cellulaire du tank tous les jours car les trayeurs ont un impact direct dessus. Par contre, analyser quotidiennement le taux de matière grasse du tank ne sert à rien, même s’il peut fortement varier. Au contraire, cela peut conduire à des modifications contre-productives. » Des seuils d’alertes ont été créés pour faciliter un repérage rapide en cas de décrochage de l’un des critères. Le tableau de bord de l’exploitation comprend une soixantaine d’indicateurs quotidiens. Litrage produit, taux cellulaire du tank, quantité de refus pesés à l’auge, nombre de vaches traites à l’heure, nombre d’animaux à l’infirmerie… ne sont que quelques exemples. « Ce qui compte, c’est que chacun définisse et s’approprie ses propres indicateurs, considère Michel Welter qui préfère rester discret quant aux critères qu’il a retenus. Je suis convaincu qu’un critère parlant pour un exploitant ne le sera pas forcément pour un autre. Et, que l’on peut très bien atteindre un même résultat en raisonnant avec des critères différents. » Il insiste aussi sur la nécessité de partager ses indicateurs avec l’ensemble de l’équipe et d’en tester régulièrement de nouveaux.

Une comptabilité mensuelle incluant les charges de structure

L’une des particularités de l’exploitation est de sortir, tous les 20 du mois, le résultat net mensuel du mois précédent. L’une des raisons est que la main-d’œuvre, rémunérée mensuellement, constitue la première charge de l’exploitation. Mais c’est aussi le moyen de se montrer réactif dans la gestion de l’entreprise. « Comment être en mesure de corriger rapidement le tir si on dispose des résultats comptables qui datent de dix-huit mois ? Trop souvent, on confond la conduite en regardant dans le rétroviseur et la conduite en regardant la route devant. Or, on a besoin d’indicateurs pour piloter vers l’avant et non a posteriori. » Michel Welter prend l’exemple du coût alimentaire. Ce qui compte, c’est de le calculer pour l’année en cours. Il calcule un prévisionnel (en €/1 000 l) en prenant trois hypothèses : la quantité d’aliments achetés, leur prix, et la production permise par la ration. Ensuite, tous les mois, il vérifie si ce qui est réalisé colle bien à ce qui était prévu. Et si ce n’est pas le cas, il identifie d’où provient l’écart (prix, quantités, réponse des vaches) et met en place les corrections nécessaires.

« Tenir une comptabilité mensuelle incluant les charges de structure donne aussi une autre vision. On mesure mieux par exemple l’impact d’une hausse du prix du tourteau, comparé au poids que représentent certaines charges fixes. Les meilleures sources d’économies ne sont pas toujours celles qui nous paraissent les plus évidentes ! », conclut-il.

« Il faut un seul chef »

Quel que soit le statut des personnes qui travaillent sur l’exploitation, il a été décidé qu’un directeur général dispose des pleins pouvoirs pour décider. « Je suis le seul à fixer le cap. Chacun est ensuite responsable, dans son domaine, de la bonne tenue de ce cap », décrit Michel Welter. La SCEL comporte 23 salariés : 18 opérateurs (traite, distribution de l’alimentation, veaux), 1 technicien de maintenance, 3 cadres responsables sanitaires, 2 encadrants majeurs (Michel et Pauline, son bras droit). « Nous avons écrit le mode d’emploi de la ferme de A à Z. » Des protocoles stricts sont établis et chaque poste a une mission clairement définie. Les équipes changent tous les jours. Il y a toujours une personne en charge de contrôler que le boulot a été bien fait. Tout ce qui est fait est écrit et enregistré. « Nous sommes obligés de bien structurer les choses, un peu comme dans un service hospitalier, pour assurer le transfert des infos. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière