Aller au contenu principal

[Auvergne-Rhône-Alpes] En conditions favorables, les modalités de séchage du foin sont comparables

Des essais de récolte du foin menés en Auvergne-Rhône-Alpes ont montré peu d’écart dans la dynamique de séchage entre un premier fanage aussitôt après la fauche ou un jour plus tard.

Les travaux de fenaison ont été réalisés avec les équipements de l’éleveur sur des parcelles homogènes et de taille suffisante (1 ha par modalité) pour permettre plusieurs passages avec le matériel. © J. Zapata
Les travaux de fenaison ont été réalisés avec les équipements de l’éleveur sur des parcelles homogènes et de taille suffisante (1 ha par modalité) pour permettre plusieurs passages avec le matériel.
© J. Zapata

« Tester différents itinéraires techniques au moment de la récolte du foin pour préserver la valeur alimentaire en récoltant un maximum de feuilles », tel était le but de l’expérimentation Top Foin menée(1) l’été dernier par la Fidocl (Conseil élevage d’Auvergne-Rhône-Alpes et quelques autres départements. Dans les sept prairies permanentes retenues, la fauche était effectuée entre 12 et 14 heures à au moins 7 cm de hauteur pour permettre les comparaisons.

Chaque parcelle a été récoltée selon trois modalités de fenaison pratiquées par les éleveurs. La première consistait à faire un fanage immédiat après la fauche, puis tous les jours jusqu’à l’andainage et à presser en fin de journée. Dans la seconde, le premier fanage n’avait lieu que le lendemain puis tous les jours. La troisième modalité s’est limitée à un seul fanage immédiat suivi de l’andainage et du pressage lorsque le fourrage avait atteint le taux de matière sèche (MS) adéquat. L’objectif était de faire une fauche précoce (autour de 900°C de somme de température soit pleine épiaison) mais deux parcelles ont été récoltées plus tardivement (au-delà de 1 200°C) avec des rendements plus faibles (3,2 tMS/ha contre 4 à 6 pour les autres).

The referenced media source is missing and needs to be re-embedded.

Des conditions météorologiques favorables

Lors des essais, les conditions météorologiques étaient très favorables (soleil, vent), ce qui a limité les écarts de résultats sur la dynamique de séchage. « Nous nous attendions à ce que les modalités avec un premier fanage le lendemain ou un seul fanage soient beaucoup plus défavorables. On préconise habituellement de faire un fanage immédiat puis tous les jours afin d’obtenir le plus rapidement possible le taux de matière sèche voulu », explique Jean Zapata, conseiller fourrages à l’EDE du Puy-de-Dôme et coordonateur de l’étude.

Finalement, la succession de fanages quotidien, qu’elle démarre immédiatement ou seulement le lendemain, a permis d’obtenir un foin à plus de 80 % de MS en 72 heures au sol. Mais, le fanage immédiat permet d’obtenir à partir d’un fourrage vert (24 % MS) un taux de 50 % dès le lendemain, rendant possible l’enrubannage. Avec un seul fanage, il a fallu laisser le foin au sol une journée de plus. Mais, dans ce dernier cas, c’est lorsqu’il est en andain, que le fourrage évolue le plus, passant de 70 à 80 % au cours des quatre heures suivant l’andainage. « En conditions météo très favorables, un seul fanage, c’est possible même avec du rendement et du fourrage riche en eau », conclut le conseiller. Une parcelle a été fauchée avec une conditionneuse, volets ouverts et conditionneurs relevés au maximum, ce qui équivaut, pour l’évolution de la matière sèche, à un fanage immédiat. Les essais vont être reconduits en 2021 pour observer les effets de ces modalités de fanage dans des conditions différentes.

(1) Elle a bénéficié d’un financement régional.

Pertes importantes de MAT sur foins tardifs

La teneur en matière azotée totale (MAT) des fourrages a été plus ou moins impactée par les modalités de fanage. Les pertes sont faibles pour les parcelles précoces (0 à 6 % pour une valeur initiale de 12 %). En revanche, la perte de valeur est bien plus importante sur les foins tardifs : 21 % (premier fanage immédiat), 24 % (premier fanage le lendemain) et 14 % (un seul fanage).

Jean Zapata, EDE du Puy-de-Dôme

« L’essentiel de la MAT provient des feuilles des graminées »

 

 
Jean Zapata, EDE du Puy-de-Dôme. © B. Griffoul
Jean Zapata, EDE du Puy-de-Dôme. © B. Griffoul
« Sur les fourrages précoces encore verts, avec des conditions météorologiques favorables, le fanage -  énergique au début et plus doux par la suite – et l’andainage n’ont pas occasionné beaucoup de perte de feuilles. En revanche, nous n’imaginions pas qu’il y avait autant de pertes de feuilles sur des foins tardifs. Lorsque le fourrage est mûr (MS élevée au départ), il faut peu faner et tout doux.  Dans nos prairies permanentes de montagne, l’essentiel de la MAT provient des feuilles des graminées car elles sont peu pourvues en légumineuses. Il est donc important de ne pas les perdre. Pour faire du foin de qualité, il faut faucher de bonne heure ».

 

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière