Aller au contenu principal

Terres de sources, un label gagnant-gagnant pour collectivités et agriculteurs

En Ille-et-Vilaine, un label a été créé pour mieux valoriser en restauration collective les produits des exploitations s’engageant dans la protection de l’eau.

Créé par l’établissement public Eau du bassin rennais, qui gère l’eau potable de l’agglomération rennaise, le label Terres de sources vise à accompagner les agriculteurs s’engageant dans une démarche de progrès pour protéger l’eau.

© Eau du bassin rennais

« L’agglomération compte 550 000 habitants et 3 000 exploitations et il y a des enjeux forts de qualité de l’eau, explique Daniel Helle, d’Eau du bassin rennais. L’idée est partie d’agriculteurs qui voulaient faire évoluer leur système, à condition que le dispositif soit gagnant-gagnant. »

Une Scic(1) a été créée par le syndicat, les collectivités et les producteurs pour travailler sur la valorisation économique des produits en ciblant la restauration collective. « Comme il est interdit de favoriser les produits locaux dans un marché public, nous proposons une prestation de protection de l’eau, précise Daniel Helle. Les exploitations en amont des prélèvements d’eau potable s’engagent à des actions en faveur de l’eau. En contrepartie, ils ont accès aux marchés de la restauration scolaire. » De plus, les prix sont définis par l’exploitant à partir de ses coûts de production.

Développer des filières

Autre avantage : la Scic s’occupe de tout. Elle achète les produits, les revend aux cantines, organise la logistique de collecte et livraison et anime les filières de production. « En lait, premier produit sur la zone, il y a un manque d’outils de transformation, alors que les cantines achètent surtout des yaourts et du fromage, indique Daniel Helle. Alors, nous négocions avec des opérateurs pour qu’ils développent sur leurs outils une segmentation pour les produits Terres de sources. Nous l’avons déjà fait en blé noir, blé panifiable, légumineuses, viande bovine et porcine… »

En contrepartie, l’agriculteur s’engage à ne plus utiliser certains pesticides (métolachlore, diméthénamide, métaldhéhyde, néonicotinoïdes et, à partir de 2025, métazachore), ni de soja OGM et huile de palme, ni d’antibiotiques en préventif. À moins qu’il ne soit certifié bio ou HVE3, il accepte également de réaliser un diagnostic IDEA(2) de l’exploitation financé par les collectivités. À partir de celui-ci, il établit un plan de progrès à trois ans et six ans visant à réduire ses IFT et sa fertilisation azotée. Selon ses objectifs d’amélioration, il pourra recevoir un bonus financier de 3 000 euros par an. Enfin, il est incité par une contrepartie financière à réaliser des actions éducatives à une alimentation responsable (portes ouvertes, intervention dans les écoles…).

Après un premier marché public en 2015 avec la ville de Rennes et trois exploitations, c’est 62 communes qui lanceront fin 2022 un appel d’offres de trois ans qui pourra toucher près de 110 exploitations. Des partenariats ont également été noués dans d’autres régions pour dupliquer la démarche ; l’Ille-et-Vilaine exportant une grande partie de sa production, notamment 84 % de son lait.

(1) Société coopérative d’intérêt collectif.
(2) Indicateur de durabilité des exploitations agricoles.
Tout savoir d’une autre initiative de protection de l’eau : Ces agriculteurs rémunérés pour protéger l’eau potable

La meilleure valorisation compense les contraintes

François Glotin et Marie Camenen. « C’est un tremplin de travailler avec les restaurations collectives du bassin rennais qui servent 170 000 repas par jour. » © Eau du bassin rennais

« Nous avons le projet de transformer 50 000 litres de lait en yaourt, dont une partie sera vendue dans les marchés Terres de sources, expliquent François Glotin et Marie Camenen, installés à St-Méen-le-Grand en Ille-et-Vilaine. Le cahier des charges, notamment le sans OGM ni huile de palme, nous a un peu inquiétés. Mais une étude financée par Eau du bassin rennais a montré que cela était viable, car les 50 000 litres seront beaucoup mieux valorisés. Notre idée est de développer les mélanges prairiaux et le pâturage pour faire moins de maïs et utiliser moins d’herbicides. »

Le saviez-vous ?

Le label Terres de sources intéresse fortement les collectivités car la loi Egalim les oblige à acheter au moins 50 % de produits durables et de qualité.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière