Aller au contenu principal

Sécuriser la production de protéagineux en grains

Des essais prometteurs d’associations de protéagineux avec une faible quantité de céréale sont menés depuis trois ans en Bretagne et Pays-de Loire.

Qu’il s’agisse de féverole, pois ou lupin, la variabilité des rendements est importante. Comment les stabiliser, voire les améliorer ? L’idée testée en Bretagne Pays de Loire par le pôle agronomique ouest est de semer un protéagineux à une dose normale avec une faible quantité de céréale  ( 30% de la dose en céréale pure en culture d’hiver, et 20% en culture de printemps). Autrement dit d'utiliser la céréale comme une "plante de service" en ayant notamment un meilleur pouvoir couvrant de l'asssociation et donc une meilleure maîtrise des adventices. « Nous avons testé uniquement des associations binaires - une céréale et un protéagineux- , pour pouvoir vendre le grain auprès des collecteurs bios », précise Aurélien Dupont de la chambre d’agriculture du Finistère. Les trois années d’essais menés en micro-parcelles et en bandes permettent de dégager des tendances.

Maîtrise des adventices : les résultats de l'association suont dans la très grande majorité des cas positifs. Sur cultures d’hiver, le triticale, le seigle et l’avoine donnent les meilleurs résultats.  Sur cultures de printemps, ce sont l’orge et l’avoine qui sont les plus efficaces pour réduire la pression des adventices. Quelle que soit la période de semis, les associations avec l’avoine donnent le meilleur résultat. Le blé a été testé mais il est moins vigoureux. 
Mâturité : les cycles du pois de printemps et du lupin bleu conviennent bien en terme de mâturité au cycle de l’orge. Les lupins bleus et la féverole s’associent bien avec l’avoine de printemps. 
Impact sur le rendement : Les associations ne baissent pas le rendement de la féverole de manière significative. Le pois est plus sensible à la concurrence mais la céréale a un effet tuteur important en cas de verse: « en Bretagne où l'on est confronté à des problèmes de versele pois tient debout plus longtemps, et on est en capacité de le récolter. ». Avec le lupin, il y a une légère baisse de rendement  par rapport au lupin pur, mais la céréale permet de compenser en cas de faible rendement du protéagineux.
Sécurisation de la production : Globalement modéré, l’effet ressortira lors d’accidents de culture d‘attaques d’oiseaux par exemple. Lorsque le protéagineux est développé, la céréale peine à faire du rendement. Son expression est plus d’autant plus forte que la biomasse du protéagineux est faible.
Maladies : « nous avons encore des soucis au niveau de leur gestion, car il y a beaucoup de biomasse. La simple barrière physique de la céréale ne suffit pas. L’idée est de réduire la densité du protéagineux, mais il faut trouver le bon équilibre pour ne pas pénaliser le rendement. »  Des essais sont menés en semant les protéagineux à 70% de la dose normale.  

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière