Aller au contenu principal

« Quand on choisit un taxi-lait, il faut surtout opter pour un bon service après-vente »

Elodie Ricordel, éleveuse en Loire-Atlantique, a réalisé l’achat groupé d’un taxi-lait avec cinq autres élevages de la Cuma il y a deux ans. Elle nous fait part de son retour d’expérience et alerte sur l’importance du choix du vendeur.

Elodie Ricordel © DR
Elodie Ricordel
© DR

« Dans notre groupe d’éleveurs en Cuma, on a commencé à échanger sur l’intérêt des taxis-lait. Au début, on voyait surtout le coût, mais finalement les langues se sont déliées et on s’est rendu compte qu’on était plusieurs à avoir mal au dos à force de porter des bidons tous les jours… Suite à cet échange, nous étions six à vouloir nous renseigner. Alors, on s’est réparti le travail : chacun a contacté un fournisseur pour récupérer des infos. On a comparé les trois modèles qui nous semblaient les plus pertinents (Urban, Holm&Laue, Förster) et on a été voir des éleveurs équipés. C’est important d’aller tester et de prendre en main le matériel. On s’est aperçu que certains étaient finalement peu pratiques à nettoyer car le fond de la cuve n’était pas facile d’accès. Les témoignages des utilisateurs nous ont aussi bien servi. Par exemple, l’un d’entre eux avait déjà dû changer deux fois le moteur de l’agitateur suite à une fuite car il n’avait pas été suffisamment rigoureux sur le renouvellement des joints…

Ne pas oublier que le matériel peut tomber en panne

Notre choix a finalement porté sur le MilchMobil. Deux critères ont fait la différence : le réchauffage au bain-marie et le lavage automatique avec la rotobuse. Personnellement, je l’actionne deux fois par semaine et le reste du temps, je rince simplement à l’eau bien chaude. Tout est lisse dedans, et comme la cuve est couchée, c’est hyper simple à nettoyer. Je suis satisfaite du modèle, par contre nous avons commis une erreur à l’achat. Une fois le modèle choisi, nous nous sommes focalisés sur le prix, plus que sur la compétence du vendeur. Nous avons oublié que comme tout matériel, le taxi-lait peut tomber en panne (problèmes d’avancement, de carte électronique, de fusibles…). Toutes ne sont pas graves mais encore faut-il en diagnostiquer l’origine… Et pour ça, il faut des vendeurs avec un vrai service après-vente ! Heureusement que notre concessionnaire de machine à traire en vend aussi et accepte de faire le SAV désormais.

Je pense que tous les taxis-lait se valent s’ils sont bien entretenus, ce qui compte finalement c’est surtout de pouvoir trouver la compétence en cas de problème pour qu’il dure dans le temps ! Il faut vraiment miser sur un interlocuteur sérieux qui connaît bien le produit et travaille en partenariat avec le fabricant. »

Les achats groupés ont du bon

Grâce à l’achat groupé, nous avons pu négocier une remise sur les six taxis-lait. Autre avantage ; c’est pratique d’avoir le même modèle entre voisins. C’est plus facile quand on se remplace car on connaît bien son fonctionnement. Et en plus, en cas de panne ou de défaut, on peut se questionner ou se filer des tuyaux si un autre éleveur a rencontré le même souci.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière