Aller au contenu principal

Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté

Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du correcteur, il faut commencer par limiter ses besoins. 

La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées.
© E. Bignon

1 Faire la chasse au gaspillage

Il n’y a pas de petites économies. Plus que jamais, la distribution approximative de correcteur azoté doit être évitée. « Un surplus de 100 g de correcteur par vache et par jour entraîne un surcoût de concentrés de 1,50 €/1 000 l », illustre Dominique Landais, nutritionniste chez Seenovia. Analyser les fourrages, peser les seaux ou tarer le Dac après chaque livraison est une précaution utile pour grapiller quelques euros aux mille litres.

2 Équilibrer la ration entre 95 et 105 g de PDI/UFL

« Bien alimenter ses vaches, c’est viser un objectif de 95-100 g de PDI/UFL », rappelle Valérie Brocard de l’Institut de l’élevage. Sur des rations à base d’ensilage de maïs, cet équilibre est atteint en apportant 175 g de tourteau de soja - ou 260 g de tourteau de colza - par kilo de matière sèche de maïs ensilage(1)« L’apport de correcteur améliore nettement l’efficacité tant que l’équilibre énergie-azote n’est pas atteint. Au-delà, le gaspillage est important et la rentabilité du lait supplémentaire produit par les concentrés est faible, voire négative. »

3 Réduire voire stopper les apports au pâturage

En cette saison, avec l'augmentation de la part d'herbe pâturée dans la ration, les fourrages complémentaires s’ajustent à l'herbe pâturable disponible, ce qui permet de réduire le correcteur azoté. Lorsque l’herbe pâturée représente plus de 25 % de la ration (au moins 5 kg MS/VL/j), les besoins en tourteau de soja passent de 175 à 100 g/kg MS d’ensilage de maïs. Et, dès qu'on atteint une demi-ration de pâturage, on peut supprimer le correcteur, la ration n’étant plus limitante en azote.

4 Diversifier les sources azotées

« Parmi les différentes catégories de correcteur, il faut choisir celles qui s’accordent le mieux avec sa ration », avance Dominique Landais. Cela suppose de qualifier la protéine d’un aliment, qu’il s’agisse de colza, tournesol, drêches, corn feed, etc. La dégradabilité de la protéine dans le rumen (% DT) permet, grâce au logiciel de rationnement Rumin’Al, de caractériser les fractions solubles, semi-dégradables, ou by-pass (non dégradables dans le rumen). « Selon la ration, il s’avère parfois plus pertinent d’intégrer une source d’azote non protéique (urée, aliment liquide) peu onéreuse, ou à l’inverse, de recourir à un correcteur avec des protéines protégées par des tanins par exemple. » Au pâturage, cela ne sert à rien d’apporter un correcteur contenant une part d’urée alors que l’on est déjà en excès d’azote dégradable. Ou autre erreur fréquente : apporter de l’azote protégée si la ration manque plutôt d’azote dégradable… « Si vous utilisez des concentrés de production, les aliments ramenant à la fois de l’énergie mais aussi de la protéine à un prix raisonnable, tel que l’amyplus (coproduit de l’amidonnerie et de la distillerie du blé, 15 % MAT), peuvent aussi se montrer être préférables à une simple source énergétique », préconise le conseiller.

5 Viser un meilleur équilibre en acides aminés

« Pour devenir moins dépendant du prix du soja, il faut avant tout chercher à limiter ses besoins en azote totale, notamment en améliorant l’efficacité protéique de la ration, considère Dominique Landais. En faisant l’économie d’une tonne de tourteau par an, on économise autant qu’en gagnant 10 €/t sur l’achat de 40 tonnes. » Certains élevages affichent une efficacité de 35 % quand d’autres ne dépassent pas 25 %, soit un écart de près d’un tiers des apports. La prise en compte de la vitesse de dégradation des matières azotées contribue à améliorer ce critère. Mais il est également essentiel de travailler sur l’équilibre en acides aminés de la ration. « On parvient à réduire l’apport de tourteau de soja en le compensant par un apport de lysine et méthionine, principaux acides aminés limitants, tout en maintenant voire en améliorant les résultats zootechniques (lait et TP). »

6 Cultiver des protéines

Rechercher l’autonomie protéique grâce aux fourrages reste bien sûr une piste à privilégier, et encore plus dans le contexte actuel. Cela passe par le pâturage ou l’affouragement en vert, la récolte d'ensilage d'herbe de qualité, mais aussi par la valorisation d’intercultures (RGH, trèfles, crucifères…) qui pourront être exploitées cet automne. Le stade de récolte se montre primordial pour viser une haute teneur protéique.

(1) Pour un ensilage de maïs à 45 g de PDI/kg MS. À 48 g de PDI, on descend à 165 g.

Comparer les prix de parité

 

 

 

« Même si d’autres matières premières atteignent aussi des niveaux de prix élevés, certaines apparaissent néanmoins plus intéressantes que d’autres, signale Guylaine Trou, des chambres d’agriculture de Bretagne. Comparer les prix de marché aux prix de parité, et saisir les opportunités s’impose. » Le tableau donne quelques repères pour vérifier l’intérêt économique des aliments qui peuvent remplacer le soja. Ces prix sont calculés à partir des valeurs de l’aliment (UF, PDIN, PDIE).

Mise en garde

Quel est l’impact d’une baisse de correcteur azoté ? À partir d’une ration équilibrée, réduire de 1 kg de tourteau de soja entraîne une baisse de 1,7 kg de lait/VL/j. L’impact passe à -5 kg de lait/VL/j avec 2 kg de tourteau de soja en moins. Attention pour les hautes productrices : le lait baisse vite mais remonte lentement, sans revenir au niveau initial.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière