Aller au contenu principal

Quels sont les débouchés du lait collecté en France ?

Une étude de l'Institut de l'élevage tente de tracer le lait et de mesurer notre degré d'autosuffisance. Le déficit de la France en matière grasse joue sur les équilibres.

Graphique

Dans les grandes masses, où va le lait français ? Contrairement à d'autres produits agricoles, le lait matière première voyage très peu. Le lait produit en France est transformé dans l'hexagone à 98 %. Et le lait vrac exporté chez nos voisins italiens, allemands ou belges ne représente que 2 % des volumes collectés. De même, les transformateurs laitiers français importent très peu de lait vrac en provenance de nos voisins. Le gros de la collecte française est transformé en fromages pour 35 % (y compris les fromages frais). Vient ensuite le beurre pour 20 % suivi des poudres de lait (13 %), du lait liquide conditionné (9 %), de la crème (8 %) de l'ultrafrais (7 %), du lactosérum (5 %) et des caséines (2 %).

Où vont ces produits laitiers français ? " Le plus gros débouché est la vente au détail aux ménages français (41 %), suivi des exportations (37 %), puis l'utilisation par l'industrie agroalimentaire (IAA) à 16 %, et enfin la consommation par la restauration hors domicile (RHD) à 6 % ", résume Gérard You, économiste à l'institut de l'élevage.

Un des enseignements de l'étude est que plus un produit est transformé, moins il valorise l'origine du lait. Ainsi, les achats des ménages font la part belle aux produits laitiers français. À l'inverse, c'est l'industrie agroalimentaire qui utilise le plus de produits laitiers importés dans ses fabrications.

Les ménages achètent l'origine France

91 % des produits laitiers achetés par les ménages sont fabriqués à partir de lait français. Les produits de grande consommation (PGC) où l'on trouve le plus de produits importés sont les fromages : 14 % sont importés. Et la moitié d'entre eux sont des fromages à pâte filée de type mozzarella. Environ 5 % de la crème et du beurre sont importés. " Ce chiffre est certainement sous-estimé car la traçabilité des beurres et crèmes entrant dans les fabrications de beurre plaquette et crème conditionnée n'est pas suffisamment fine. Si les produits vendus sous marque distributeur ou premier prix ne garantissent pas l'origine France du lait à 100 %, c'est qu'ils contiennent en partie du beurre ou de la crème importés ", précise Gérard You.

La RHD n'absorbe que 6 % du lait français. Elle est souvent accusée d'importer une large part de ses achats. Finalement, elle importe 27 % de la matière utile laitière qu'elle consomme. Il s'agit de fromages - à pâte filée et à pâtes pressées non cuites principalement -, de crème, de beurre et de lait conditionné pour l'essentiel.

Les IAA, un débouché important qui importe

L'industrie agroalimentaire consomme beaucoup de produits laitiers, mais seuls 48 % des produits qu'elle achète sont à base de lait français. En équivalent lait, elle absorbe seulement 17 % de la collecte française. L'IAA est le débouché qui importe le plus de produits laitiers. " Les chiffres présentés pour l'IAA sont établis par calcul ; donc ils sont à prendre avec précaution. Nous avons dû exclure de l'étude les " concentrés de protéines et autres composants du lait " (produits riches en lactose, peptones...), faute de données sur les fabrications. Or, ces ingrédients représentent une part non négligeable des exportations de produits laitiers et de celle utilisée dans l'industrie agroalimentaire."

L'étude fait ressortir le déficit de la France en matière grasse laitière et son excédent en matière protéique. Les ménages consomment plus de matière grasse (11,5 milliards de litres équivalent lait) que de matière protéique (10 milliards (Md)). Les IAA et la RHD aussi. La France exporte donc plus de matière protéique (10,1 Md) que de matière grasse (7,2 Md) et importe plus de matière grasse (7,5 Md) que de matière protéique (3,9 Md). Mais " la France exporte de la crème et du beurre de qualité. Et elle importe de la matière grasse standard ", précise Gérard You.

*

Les produits laitiers consommés sont à 71 % à base de lait français

graphiques

 

Quid des laits différenciés ?

Les laits différenciés pèsent plus de 20 % de la collecte. Le lait de vache biologique monte en puissance. Il représente 3,5 % de la collecte nationale de lait de vache en 2018, soit une augmentation de 50 % de 2016 à 2018. " C'est un volume encore difficile à tracer. Quelle part est vendue au détail, en restauration hors domicile (RHD), pour l'industrie agroalimentaire (IAA) et à l'export ?" , indique Gérard You. Par contre, on sait qu'il a été transformé à 31 % en lait liquide conditionné en 2017 ; 19 % en beurre ; 19 % ont été déclassés ; 14 % ont été valorisés en fromage ; 7 % en poudres de lait ; 6 % en ultrafrais ; 4 % en crème (source : Cniel). Le lait AOP-IGP pèse 16,1 % de la collecte. Le lait conventionnel représente 80,3 % de la collecte mais " Il faudrait réussir à quantifier ce que représentent les lait différenciés (lait de pâturage et non OGM notamment). Ce sera l'objet d'une prochaine enquête ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière