Aller au contenu principal

Organisation du travail
Organisation du travail - Déléguer les cultures pour se concentrer sur l'élevage

DÉLÉGUER SES SEMIS D'AUTOMNE allège
un emploi du temps souvent bien
chargé dans les élevages.
DÉLÉGUER SES SEMIS D'AUTOMNE allège
un emploi du temps souvent bien
chargé dans les élevages.
© Väderstad

Malgré les réticences à confier ses travaux à une tierce personne, la délégation de chantiers continue à se développer. Face à la flambée des coûts de mécanisation et au manque de main-d'oeuvre, la délégation permet de limiter les investissements matériel et d'éviter les pics d'activité. Plus répandue en zone d'élevage, elle commence souvent par la récolte (céréales, maïs...), tâche la plus souvent confiée à une entreprise de travaux agricoles, une Cuma ou un voisin agriculteur mieux équipé. Chacune de ces trois solutions peut se justifier économiquement. Le principal est de trouver celle qui convient le mieux à chacun. Derrière la moisson, sont souvent délégués les épandages de matière organique, ou encore le labour et le semis, qui nécessitent du matériel spécifique. Les traitements et les épandages d'engrais sont des interventions décisives dont certains agriculteurs souhaitent conserver la maîtrise. Toutefois, les gains obtenus par les nouvelles technologies comme la coupure de tronçon ou la modulation de dose, ou encore les risques liés à l'exposition aux produits phytosanitaire favorisent le recours à des prestataires équipés de matériels « dernier cri ». Contrainte supplémentaire concernant les traitements, le prestataire de service doit disposer d'un agrément « application de produit phytosanitaire en prestation de service ». Lui et ses salariés concernés par la pulvérisation doivent disposer du Certiphyto « opérateur en travaux et services ». Par ailleurs, depuis le premier octobre 2013, les Gaec, EARL et SCEA ne sont plus autorisés à pratiquer la pulvérisation chez un voisin. Jusqu'à la totalité des travaux Certains agriculteurs vont plus loin en déléguant la totalité de leurs travaux, afin de se concentrer sur leurs autres productions ou tout simplement pour se dégager du temps libre. Dans les exploitation d'élevage, la délégation des cultures est souvent la chose la plus facile à mettre en place. On peut également faire appel à la délégation pour l'alimentation du bétail. D'après un comparatif économique réalisé par le Cerfrance entre deux stratégies opposées (tout réaliser soi-même ou déléguer 100 % de ses travaux de culture), on s'aperçoit que si l'agriculteur garde la maîtrise de ses travaux, il dégage un revenu de 636 euros par hectare. La délégation totale réduit le disponible dégagé de 25 euros par hectare et la délégation partielle de 12 euros par hectare. Tout dépend, ensuite, de la façon dont l'agriculteur valorise le temps dégagé pour d'autres activités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière