Aller au contenu principal

« Nous sommes passés de 10 à 65 hectares de pâturage »

Au Gaec Chevance, dans les Côtes-d’Armor, David et Mickaël ont abandonné les cultures de vente, le maïs et le robot de traite et lâché 50 hectares pour s’orienter vers le bio et plus pâturage.

Jusqu’en 2015, le Gaec Chevance, à Plésidy dans les Côtes-d’Armor, c’était 150 hectares de SAU dont 75 hectares en cultures de vente, 35 hectares de maïs et 40 hectares de prairies. La référence de 720 00 litres de lait chez Sodiaal était produite par 70 prim’Holstein. Puis 2015 a été l’année du déclic pour David et Mickaël Chevance, les deux frères associés. Un déclic qui les a amenés au passage en bio en novembre 2018. Depuis les vaches ont vu leur niveau de production chuter de 9 200 à 5 500 litres. Le robot de traite installé en 2008 a été démonté en 2016 au profit d’une salle de traite 2x10 BouMatic.

Depuis, le Gaec ne produit pas sa référence laitière parce que ce n’est plus une priorité.  « Nous ne voulons pas traite plus de 70 vaches pour ne pas être débordés quand nous travaillons seuls. Nous faisons en effet la traite seuls un jour sur deux et un week-end sur deux », précisent les éleveurs.

Lire aussi : En bio nous faisons le pari de vivre à trois...

Pour atteindre leurs objectifs en termes de revenu et de qualité de vie, David et Mickaël Chevance ne craignent pas de naviguer à contre-courant, quitte à inquiéter leur banquier voire leur entourage professionnel. Ils n’ont pas hésité à réduire d’un tiers leur SAU, en ne conservant que 99 hectares sur les 150 hectares qu’ils exploitaient. Les 99 hectare de SAU se répartissent désormais en 92 hectares de prairies et 7 hectares de méteil (200 kg/ha dont 15 kg/ha de pois, 45 kg/ha d’avoine et 140 kg/ha de triticale) autoconsommés. « À l’exception de 300 kg de sel par an, notre système est autonome. Nous n’avons plus le stress lié aux achats des intrants », apprécient David et Mickaël.

Aujourd’hui, leur bien-être au quotidien et les performances économiques leurs donnent raison. « Avec notre ancien système, nous avions l’impression de passer notre vie sur un tracteur. On gagnait bien notre vie mais on travaillait énormément. Cela ne convenait plus à notre objectif, à savoir assurer un revenu tout en pouvant consacrer du temps à notre famille. C’est pour cela qu’en 2015 nous avons décidé de nous recentrer sur l’atelier lait. Nous avons arrêté les cultures de vente et le maïs au profit de prairies. » Le pâturage occupe désormais une place centrale dans leur système. « Nous avons la chance d’être dans une zone avec un groupe d’éleveurs, notamment au sein du Cedapa (NDLR : Civam des Côtes-d’Armor), qui travaillent beaucoup sur l’herbe et avec lesquels nous pouvons partager nos expériences. »

Ne pas contribuer à la déforestation au Brésil

Ce changement de cap radical est d’autant mieux vécu par les deux frères qu’il répond à des enjeux environnementaux et à des attentes sociétales. « Avant, nous importions du tourteau de soja du Brésil dont la culture contribue à la déforestation. Nous sommes à la fois loin de ce pays et près par nos choix », expliquent-ils.

Le passage en bio leur a également permis de répondre à un autre enjeu important à leurs yeux. « Nous voulions nous passer de phytos pour préserver la santé de nos enfants sachant que nos maisons sont au milieu de nos champs. Et on ne voulait pas imposer à nos voisins ce que nous ne voulions pas pour nous. Depuis que nous avons opéré ce virage, nous nous sentons mieux dans notre peau. Nous recevons des écoles et voisins qui apprécient que nous soyons passés en bio. »

Les vaches dehors contribuent à notre bonne image

 

 
Les prim’Holstein n’ont pas été concernées par la vague des réformes. Leur ration se compose d’herbe pâturée pendant 180 jours par an. À partir de fin août, elles reçoivent un complément de foin fibreux. © Gaec Chevance
Les prim’Holstein n’ont pas été concernées par la vague des réformes. Leur ration se compose d’herbe pâturée pendant 180 jours par an. À partir de fin août, elles reçoivent un complément de foin fibreux. © Gaec Chevance

 

Plus généralement, David et Mickaël Chevance ont le sentiment que la présence de vaches dans des prairies au printemps et en été fait partie des attentes sociétales et contribue à la bonne image du monde de l’élevage. « Quand les vaches restent en permanence dans un bâtiment, cela peut nourrir des suspicions injustifiées au sujet de la maltraitance des animaux. Or, les fausses informations circulent très vite sur les réseaux sociaux. »

Ce changement de stratégie s’est bien déroulé sur le plan humain et économique parce qu’il a été réalisé avec une bonne dose d’anticipation. « Comme nous voulions augmenter la part de pâturage, nous avons commencé à réaliser des échanges parcellaires avec des voisins dès 2010. » Ces échanges ont permis de porter la surface accessible aux vaches à 65 hectares contre 10 hectares à l’époque de la traite robotisée. Les éleveurs ont opté pour le pâturage tournant dynamique avec des paddocks de 80 ares. « Un tiers de nos surfaces sont des terres profondes. Malgré cela, fin juin le pic de pousse d’herbe est passé. Nous réservons alors les parcelles les plus accessibles aux vaches en production. Et nous mettons les taries et les génisses sur les parcelles les plus éloignées. »

Trois kilomètres de réseau d’eau et 3 000 piquets

Les génisses âgées de 18 mois et plus ne sont en bâtiment qu’en janvier et février. « Grâce aux haies et au bois, elles ont beaucoup de lieux pour s’abriter quand elles sont dans les pâtures. »

En complément de l’implantation de prairies, David et Mickaël ont souscrit une MAEC SPE 28 % de maïs dans la SFP en 2015. Les aménagements du parcellaire ont été réalisés progressivement. Ils ont planté 3 000 piquets en fer avec isolateur pour délimiter les paddocks. Le réseau d’eau (3 km de tuyaux enfouis à 30 cm de profondeur avec une petite sous-soleuse) et 1,5 km de chemins d’accès aux paddocks ont été aménagés « tranquillement en cinq ans ».

Enfin, pour améliorer le confort de leurs vaches, David et Mickaël ont entamé depuis trois ans un chantier de restauration du bocage un peu mis à mal par le remembrement de certaines parcelles. « Nous avons déjà replanté 900 mètres de haies et refait 1 km de talus. Et nous comptons replanter 3 km de haies supplémentaires lors des cinq prochaines années. »

À retenir

Passage en bio en 2018
Une surface accessible aux vaches passée de 10 ha à 65 ha
Pâturage 180 j par an
4 km de haies en cours de replantation
1 km de talus
Consommation de gazole divisée par quatre
Plus de revenu
Moins de travail

Une stratégie payante sur le plan économique

David et Mickaël Chevance déclarent se sentir mieux dans leur peau depuis qu’ils ont choisi en 2015 de se recentrer sur le troupeau laitier et de convertir leur système en bio. Ils se sentent d’autant mieux qu’ils ont gagné en performance économique. Philippe Leclerc, directeur de l’agence Cerfrance de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, confirme : « Le changement de cap global du Gaec s’est traduit par de la création de richesse supplémentaire. La valeur ajoutée est passée de 177 000 € sur la période 2013-2015 à 217 000 € en 2020, soit 40 000 € de plus. » 

En mars 2014, les charges opérationnelles de l’exploitation s’élevaient à 161 500 € dont 40 600 € pour les cultures de vente (65 ha). Lors du passage en bio en 2018, elles avaient baissé à 58 000 € dont 12 800 € pour les cultures de vente (33 ha) puis à 41 500 € l’année dernière.

Le coût de concentré a chuté de 83 €/1 000 l en 2014 à 14 €/1 000 l en 2018, puis à 12 €/1 000 l en 2020. « En 2014 et 2018, avec un prix du lait quasiment équivalant (366 €/1 000 l et 360 €/1 000 l respectivement), la marge brute lait est passée de 187 900 € à 205 000 € en produisant 140 000 litres de lait en moins », relatent les éleveurs.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière