Aller au contenu principal

« Nous avons transformé une 'soupière' en préau »

Au Gaec du Prieuré de la Loire, la suppression des murs et des bardages des longs pans a permis à ce bâtiment de grande largeur de retrouver une ambiance saine et supportable lors des fortes chaleurs.

Quand nous avons construit notre stabulation, en 1999, nous pensions avoir bien travaillé en matière de ventilation », expliquent Philippe et Thierry Roche, éleveurs dans la Loire. Des bardages à claire-voie, une faîtière largement ouverte, une pente de 35 %… Les normes d’une ventilation statique étaient respectées, mais, sans doute pas adaptées à la taille du bâtiment. Lors de la canicule de 2003, la stabulation s’est transformée en véritable « 'soupière'. Elle ne se rafraîchissait qu’en fin de nuit. » L’épisode fut très pénible, aussi bien pour les animaux que pour les éleveurs.

La stabulation (y compris la salle de traite rotative de 24 places située en bout de bâtiment) a une longueur de 72 mètres et une largeur de 30 mètres. Elle comporte 160 logettes sur caillebotis et se prolonge par une fromagerie, le Gaec transformant 80 % de sa production (1,3 million de litres). Aujourd’hui, les deux longs pans, orientés Nord-Ouest et Sud-Est, sont entièrement ouverts. Mais, en arriver à cette solution radicale fut long. « À l’époque, on ne préconisait pas d’ouvrir le bâtiment, même à l’étranger », souligne Thierry Roche. Les éleveurs ont d’abord tenté d’installer des ventilateurs à pâles au-dessus des vaches en production, puis des brumisateurs. Les premiers se sont avérés inefficaces, les seconds rafraîchissaient l’atmosphère mais augmentaient l’humidité dans le bâtiment.

« Cassez tous les murs », a recommandé le consultant

Les deux frères ont décidé d’ouvrir le bâtiment il y a cinq ans, « pour en faire un préau », suite à des visites de bâtiments aux États-Unis, au Canada et en Israël, confrontés à des climats très différents mais tous ouverts. « Sans ces visites, nous n’aurions jamais ouvert le bâtiment », assurent-ils. La rencontre avec le consultant israélien, Yossi Brami, a achevé de les convaincre. « Cassez tous les murs », leur a-t-il dit. « Nous nous sommes fait peur et on nous a pris pour des fous », reconnaissent-ils. Et, la tâche fut titanesque. Les longs pans étaient fermés par des murs en panneaux bétons préfabriqués de 8 cm d’épaisseur (voire 20 cm par endroits) sur deux mètres de hauteur, et, au-dessus, par un bardage bois décalé, de deux mètres également. Les panneaux ont été découpés à la scie à béton.

« On a plaisir à venir dans le bâtiment »

L’ambiance du bâtiment a complètement changé. Même par fortes chaleurs, souvent étouffantes dans la plaine du Forez, les quantités de ration ingérées par les vaches baissent moins que lorsque le bâtiment était fermé. « Sur les périodes chaudes, nous avons gagné 15 % d’ingéré et 10 à 20 % de production, estime Thierry Roche. Avant, quand il faisait chaud, on limitait les inséminations. Aujourd’hui, on ne se pose plus la question. Quelle que soit la saison, on a plaisir à venir dans le bâtiment. Avant, on le fuyait. » Cette ambiance, saine, lumineuse et agrémentée par une musique de fond est aussi un atout en termes d’image pour une ferme qui reçoit de nombreux visiteurs et clients.

Combien ça coûte

75 000 euros au total

• 40 000 € pour les rideaux (en 2011) :

• 23 000 € pour le long pan (55 m de long x 4 m de hauteur)

• 2 500 € les 3 portes à enroulement de l’aire d’attente

• 4 500 € pour les rideaux fermant l’entrée de la salle de traite et 5 000 € pour le rideau en plafond

• 5 000 € la porte automatique (6 m x 4 m) à installer prochainement

(1) Tarif 2011 pour les rideaux installés.

Une association d’éleveurs européens

Le Gaec du Prieuré est membre de l’association des éleveurs laitiers européens, un groupe de 13 élevages de grande taille, essentiellement français, créé à la fin des années 1990 sous l’impulsion de constructeurs de bâtiments et fournisseurs d’équipements. La Ferme de Grignon ????? en fait partie. La finalité du groupe est d’échanger, de comparer les résultats et de faire des voyages de découverte (un par an). Une ouverture et un soutien au sein du groupe qui ont encouragé les frères Roche à franchir le pas lorsqu’ils ont décidé d’ouvrir le bâtiment.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière