Aller au contenu principal
Font Size

Vente directe : « Nos clients nous soutiennent »

François Gilard, en EARL dans le Puy-de-Dôme, en vente directe, espère que ses nouveaux clients resteront fidèles après la crise. 

Fin mars, les deux associés de la Ferme des terres creuses ont eu des sueurs froides en entendant que la laiterie qui collecte leur lait bio (120 000 litres) comptait passer en collecte de quatre jours au lieu de deux jours. « Finalement, toutes les collectes ont été maintenues jusqu'à présent [14 avril] », témoigne François Gilard, un des associés.

L'exploitation (40 vaches laitières, 50 vaches allaitantes, poules pondeuses) a aussi une activité de transformation et de vente directe qui valorise environ 20 000 litres de lait. Heureusement, la ferme n'est pas trop dépendante de la restauration hors foyer (RHF) pour les produits laitiers et ne fait pas les marchés. « Nous avons un gros réseau de commercialisation via des Amap, des clients en direct, des épiceries, des magasins bio et autres commerces de proximité. Nous comptons environ 1 000 clients », plante François Gilard.

Des ventes en hausse en lait et yaourts

Ceci dit, avec les mesures sanitaires, il a fallu s'adapter pour les livraisons principalement, du fait de modifications d'horaires. « Des mairies appellent les producteurs locaux pour leur proposer des points de livraison, avec une date et une plage horaire, pour que les gens des communes concernées ou aux alentours qui ont précommandé par mail puissent venir chercher leurs paniers et colis. »

Pour la Ferme des terres creuses, comme pour les autres producteurs en Amap, les ventes sont en hausse. « Nos plus fortes croissances concernent les œufs et le lait cru, d'environ 30 à 40 %. Mais les yaourts et les colis de viande fonctionnent aussi très bien », souligne François Gilard. Mais surtout, les éleveurs pensent à l'avenir. « Nous espérons garder contact avec une partie des communes et de leurs habitants pour continuer à les approvisionner en produits frais et locaux. Nous leur disons : “ne nous oubliez pas après la crise”. »

Pour transformer davantage, répondre aux demandes des clients, et dans le cas où les jours de collecte viendraient à s'espacer, les éleveurs ont précipité leur projet, en partenariat avec un fromager, de créer un fromage pour ne pas jeter le lait.

La plus grosse satisfaction des éleveurs, c'est le soutien de leurs clients. « Ils nous proposent parfois leur aide, comme faire office de point relais ou participer ponctuellement aux travaux sur la ferme. Nous avons reçu quelques messages : “Merci d'être là”, “Merci de continuer”. Moralement, ça nous soutient ; on se sent moins seul. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière