Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Arnaud Harel, en EARL dans le Calvados
« Nos aménagements améliorent les conditions du pâturage hivernal »

Arnaud Harel, en EARL dans le Calvados © C. Pruilh
Arnaud Harel, en EARL dans le Calvados
© C. Pruilh

« En 2018, nos 145 vaches laitières, Prim'Holstein et croisées, ont pâturé 330 jours : un record, grâce à des conditions météo favorables. Les vaches ont accès à 55 hectares, découpés en 42 paddocks. Ce sont des terres plutôt séchantes et superficielles. Donc c'est en été que le pâturage est le plus contraint. Ceci dit, nos aménagements pour développer le pâturage ont aussi été pensés pour pâturer dans de bonnes conditions en automne-hiver. 

En 2018, nous avons saisi l'opportunité d'une arrière saison peu pluvieuse. La chambre d'agriculture a estimé qu'entre le 1er octobre 2018 et le 25 janvier 2019, 1,2 t MS/ha ont été valorisées avec le pâturage hivernal. Alors que nous manquions de fourrage (été chaud et sec), nous avons pu produire un peu plus de lait à coût réduit. Le seul bémol serait une repousse ralentie en sortie d'hiver.

Pour pâturer en toute saison, nous avons augmenté la surface accessible aux vaches, amélioré notre gestion de l'herbe, redécoupé les parcelles, créé et refait des chemins, refait le réseau d'eau pour avoir un abreuvoir par paddock...

Une entrée et une sortie distincte par paddock

En hiver, les vaches pâturent une parcelle de 1,3 hectare par jour, de 10 h 30 à 15 h 30. Les vaches restent en bâtiment quelques jours en cas de pluie ou de gel, et ressortent ensuite. Elles sortent avec la panse remplie pour éviter les problèmes métaboliques. Elles ont environ la moitié de la ration hivernale, soit 1 kg de foin, 7 kg d'ensilage d'herbe et 1 kg de méteil grain, plus ou moins selon la quantité d'herbe dans les prairies.

La qualité des chemins est primordiale. Nos chemins ont coûté environ 700  euros par hectare, pour 1 300 mètres de chemins principaux en calcaire et 1 000 mètres de chemins secondaires en terre. Tout a été fait par entreprise. Le profil du chemin doit permettre de bien évacuer l'eau. Le calcaire a été choisi car non glissant et non blessant pour les pattes. Il faut prévoir de refaire la pente d'évacuation de l'eau tous les trois ans.

Il y a une entrée et une sortie dans chaque parcelle, pour que les vaches défoncent moins ces zones de passage.

Nous cherchons à améliorer la résistance de nos prairies en été, ce qui ne va pas trop dans le sens d'améliorer le pâturage d'hiver. Pâturer en hiver reste donc une question d'opportunité. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

logo de Ferme France
Ferme France s'apprête à sortir les premiers produits étiquetés
L'association Ferme France accueille cinq nouveaux adhérents dont la Laiterie Saint Denis de l'Hôtel (LSDH), et elle se prépare à…
vaches laitières en logettes
Baisse du nombre de vaches laitières en France et en Allemagne
L'Institut de l'élevage pointe la baisse du cheptel bovin lait en France et en Allemagne en fin d'année 2019. La production…
Marc-Antoine Guérin et Mickaël Vallée entourés de Jean-Marc Héliez (nutritionniste) et Amaury Delacour (agronome). « Grâces à nos conseillers, nous avons réussi à améliorer nos résultats en revenant à des fondamentaux. » © F. Mechekour
« Nous avons calé l’assolement aux besoins du troupeau »
Au Gaec de la Grande Artoire, en Ille-et-Vilaine, Mickaël Vallée et Marc-Antoine Guérin ont fait appel à un nutritionniste et à…
Quand les étourneaux plombent les résultats et le moral des éleveurs laitiers
Dans la Manche, la protection des silos de maïs et la distribution le soir sont les seules solutions ayant eu un…
Depuis dix jours avec un déplacement de caillette et maintenant avec un ulcère perforant. © J.-M. Nicol
Le mufle ou les naseaux sales

Quand la bête vient juste de manger de l’ensilage, il est normal que des particules restent…

Vignette
Le nouveau cahier des charges de l'AOP camembert de Normandie retoqué
L’ODG du camembert de Normandie retoque le nouveau cahier des charges. La guerre du camembert reprend.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière