Aller au contenu principal

L'OP Lait bio Seine et Loire a signé un accord cadre avec Agromousquetaires

Les 52 exploitations laitières biologiques collectées par la Laiterie Saint Père (groupe Agromousquetaires) et adhérentes de l'OP bénéficient de cette formalisation de leurs relations contractuelles.

L'accord cadre, signé fin juin, régit les relations contractuelles entre l'Organisation de Producteurs OP Lait bio Seine et Loire et la Laiterie Saint Père en Loire-Atlantique. Il définit notamment les modalités de détermination du prix du lait. La formule de prix tient compte des coûts de production - ou plutôt du prix de revient moyen - des éleveurs. Pour l'année en cours, la Laiterie Saint Père garantit à ces exploitations un prix payé minimum de 486 €/1000 l (toutes primes incluses). "Le principe de base de la formule de prix est le même qu'avec nos autres partenaires collecteurs transformateurs (Lactalis, Danone, Triballat Noyal, Sill, Montsûr) : 50% est basé sur un prix de revient de référence et 50% est basé sur un prix de marché", précise Ivan Sachet, animateur de l'OP, qui représente 453 exploitations du Nord Ouest de la France en contrat avec les six laiteries citées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière