Aller au contenu principal

Les systèmes herbagers tirent leur épingle du jeu

Dans les Côtes d'Armor, le Cedapa a comparé les résultats 2016-2017 de 34 fermes herbagères adhérentes à l'association à ceux d'un échantillon de fermes représentatives de Bretagne.

© C. Pruilh

Le Cedapa (1) est une association d'éleveurs qui promeut l'agriculture durable et les systèmes herbagers économes. D'après la comparaison réalisée sur les résultats économiques 2016-2017, les 21 fermes en système herbager en conventionnel adhérentes au Cedapa dégagent un EBE de 183 euros/1000 litres vendus, contre 286 euros pour les 13 fermes en système herbager bio et 124 euros pour l'échantillon de 146 fermes du RICA Bretagne. Les herbagers produisent moins de lait: 363 000 litres en conventionnel et 297 000 litres en bio contre 437 000 litres pour les fermes du Rica.  Mais ils ont peu de charges opérationnelles: le coût alimentaire notamment est diminué de 40% pour les herbagers conventionnels en utilisant au maximum les parcelles accessibles pour y faire pâturer les vaches. Au final, pour 100 euros produits, il reste un résultat courant de 14 euros pour les herbagers conventionnels, 19 euros pour les herbagers bios et 6 euros pour la moyenne du RICA.

L'étude est disponible en suivant le lien https://urlz.fr/8nlh

(1) Centre d'étude pour une agriculture plus autonome.

(2) Données issues du ministère de l'agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière