Aller au contenu principal

Les résultats des exploitations laitières baissent en 2023, mais restent à de bons niveaux

En Bourgogne Franche-Comté, les premières estimations de résultats 2023 ont été présentées par le Cerfrance BFC début novembre. La hausse des charges, supérieure à celle des produits, entraîne une légère baisse de l’EBE moyen.

Elevage laitier dans le Doubs. Vaches montbéliardes au pâturage. Herbe. Troupeau de bovins lait.
Sur les neufs dernières années, les EBE/UTAF moyens de 2021 à 2023 sont à des niveaux supérieurs par rapport aux EBE/UTAF des années 2015-2020.
© A. Conté

Sur l’année 2023, en zone de plaine de Bourgogne Franche-Comté, l’exploitation laitière moyenne de polyculture élevage (73 vaches, 505 000 litres), devrait dégager un EBE de 118 000 euros pour 2,3 UMO, dont 1,9 UTAF (unité de travail annuelle familiale), soit 62 316 €/UTAF.

Comme l’an passé, le Cerfrance BFC livrait début novembre ses premières estimations des résultats de ses adhérents pour l’année en cours. L’EBE moyen serait en baisse de 16 % par rapport à l’année précédente. La hausse des charges opérationnelles (+14 %) est due pour moitié à celle du prix des engrais et pour moitié à celle du prix des aliments. Les charges de structures et les frais financiers sont également en augmentation (+6 %).

Cette inflation des coûts n’est pas couverte par la hausse des produits : +8 % pour le lait (prix du lait de 464 €/1 000 l en moyenne), relative stabilité pour les autres produits et aides.

graphique sur l'évolution des EBE/UTAF des exploitations polyculture élevage de plaine en Bourgogne Franche Comté, adhérentes du Cerfrance BFC
Source : Cerfrance BFC © Cerfrance BFC

Cet EBE moyen 2023 est néanmoins dans le top 3 des EBE de ces neuf dernières années. Sur cette période, l’EBE/UTAF a eu tendance à augmenter, au profit de la rémunération des exploitants et surtout d’une marge de sécurité.

En AOP, un EBE en baisse de 2 %

En zone AOP, les évolutions sont très similaires, et le niveau de résultat reste bon. Ainsi, l’exploitation moyenne spécialisée en lait (58 vaches, 363 000 l) devrait dégager en 2023 un EBE moyen de 136 800 euros pour 2,1 UMO, dont 1,8 UTAF, soit 75 300 €/UTAF. Il baisse légèrement (-2 %), parce que les charges ont progressé davantage que les produits.

Les charges opérationnelles ont bondi de +12 %, avec l’alimentation comme poste le plus impactant, malgré des bonnes qualités de fourrage et du pâturage, car le coût des aliments achetés était très élevé.

Les charges de structure sont restées stables. Les produits ont progressé de 3 %, grâce au prix du lait (726 €/1 000 l) et de la viande.

graphique sur l'évolution des EBE/UTAF des exploitations laitières en AOP de Franche Comté, adhérentes du Cerfrance BFC
Source : Cerfrance BFC © Cerfrance BFC

Là aussi, sur neuf ans, c’est le troisième meilleur EBE. Plus qu’en plaine, « les exploitants ne se sont pas oubliés et ont augmenté leurs prélèvements privés pour leur famille, autant que les annuités ».

Les pistes pour préserver son EBE

Cerfrance BFC rappelle les conseils pour préserver l’EBE : optimiser le taux de renouvellement, réduire l’âge au premier vêlage, caler des rations efficaces et produire sa référence laitière. Et pour anticiper l’avenir : profiter des meilleures années pour alimenter une épargne de précaution.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière