Aller au contenu principal

Quatre questions pour bien choisir les espèces et variétés prairiales

Avec plus d'épisodes chauds et secs, quelles espèces et variétés sont à retenir ? L'usage de la prairie détermine aussi le choix.

Ce mélange combine deux variétés de trèfle blanc et deux luzernes flamandes - productives l'été - et une luzerne méditerranéenne - productive en automne et précoce au printemps.  © Jouffray Drillaud
Ce mélange combine deux variétés de trèfle blanc et deux luzernes flamandes - productives l'été - et une luzerne méditerranéenne - productive en automne et précoce au printemps.
© Jouffray Drillaud

Une bonne façon de sélectionner les espèces et variétés à implanter dans ses parcelles est de répondre aux quatre questions suivantes.

Pour quel usage ?

Pour le pâturage, la capacité d'une plante à engazonner, ou couvrir le sol, est un critère recherché. Le ray-grass anglais, sensible au chaud et au sec, est apprécié pour sa capacité à s'implanter rapidement sans être trop agressif vis-à-vis des autres plantes. Les variétés tétraploïdes (deux fois plus de chromosomes qu’un diploïde) sont adaptées au pâturage. Avec une plus faible teneur en matière sèche, des tiges plus grosses, des feuilles plus grandes, elles sont plus appétentes et plus riches nutritionnellement. La fétuque rouge est une graminée engazonnante qui supporte bien les conditions chaudes et sèches.

Pour la fauche, les espèces à port dressé sont recherchées. En condition chaude et sèche, plusieurs font l'affaire : brome, certains festulolium (croisement fétuque ray-grass), trèfle violet, sainfoin, luzerne. À choisir, le ray-grass hybride est moins remontant et doté d'une meilleure valeur alimentaire que le ray-grass d'Italie. Une variété remontante produit des épis plusieurs fois dans l'année. C'est un caractère défavorable à la qualité alimentaire. Une variété non remontante n'épie au maximum qu'une fois dans l'année.

« La fétuque élevée est la fourragère tout terrain (sol humide, séchant, même pauvre) et tout usage : fauche et pâturage, résume Benoît Possémé, de la chambre d'agriculture de Bretagne. Elle n'est pas remontante. Par rapport à un RGA précoce qui sera plus remontant, c’est un 'plus' pour assurer la valeur alimentaire l’été. Par contre, elle s'installe lentement. »

Sur quel type de sol ?

Sur des sols séchants et en conditions chaudes, les espèces qui s’en sortent bien sont la fétuque élevée, le dactyle, le brome, la luzerne, le sainfoin, le plantain. Avec chaulage fréquent et inoculation, la luzerne peut être conduite sur sol acide. La chicorée permet de pâturer l'été quand rien ne pousse. Mais elle demande un pâturage qui revient très vite sur la parcelle pour maîtriser la montée de sa hampe florale. Sur un sol pauvre, on pourra semer de la minette et du lotier.

Pour quelle durée d'exploitation ?

Les longues durées, de cinq ans et plus, sont des prairies de pâturage ou à usage mixte, dont le peuplement dans le temps va évoluer. On y sème ainsi des espèces pérennes (RGA, trèfle blanc, dactyle, plantain), des espèces d'implantation rapide moins pérennes (trèfle violet, RGH, des trèfles annuels), et des espèces d'implantation lente mais pérennes (fétuque élevée, pâturin des prés). 

Pour les prairies de courtes durées, entre deux et quatre ans, il faut des espèces compétitives à l'installation : RGH, festulolium, brome, les trèfles, certaines variétés de sainfoin.

Pour quelle valeur alimentaire ?

Pour la vache laitière avec un certain niveau de production, une base RGA-TB semble incontournable pour assurer une bonne valeur alimentaire en usage pâturage et mixte. On évitera les RGA précoces, trop remontants. La luzerne, le plantain, le sainfoin et le lotier ont de bonnes valeurs. Ces trois derniers contiennent des tanins et sont non météorisants. La chicorée et le plantain sont galactogènes.

Les vaches peuvent bouder la fétuque élevée. On choisira une variété à feuille souple ou très souple, même pour la fauche. « Pour une bonne valorisation alimentaire, il faut une forte pression de pâturage (chargement instantané élevé), ce qui permet de mieux homogénéiser les prélèvements par les animaux. Ainsi, les espèces se mélangent bien, et fétuque élevée et dactyle ne ressortent pas leur caractère touffe », conseille Jean-Pierre Manteaux, de la chambre d'agriculture de la Drôme.

La gestion de l’herbe est le premier levier pour assurer une bonne qualité alimentaire, rappellent les conseillers. « Quand il faut résister aux longues périodes de canicules, le dactyle et la fétuque élevée sont incontournables ; on ne pourra pas choisir des espèces uniquement sur leur valeur alimentaire », insiste Jean-Pierre Manteaux. 

Pour quelle période d'utilisation dans l'année ?

Pour exploiter l'herbe du printemps à l'hiver suivant, mieux vaut orienter les mélanges de chaque parcelle pour une exploitation précoce, estivale... 

Dans toutes les régions françaises, les courbes de la pousse de l'herbe évoluent avec le changement climatique. La pousse démarre plus tôt en saison, se poursuit plus tard en saison, avec un creux estival qui s'accentue. Mais dans le même temps, les aléas augmentent, avec parfois de fortes précipitations et des gelées tardives. Les éleveurs cherchent du coup à pouvoir exploiter les prairies toute l'année. « Mais on ne peut pas avoir le même mélange sur toute la ferme, capable de produire toute l’année, adapté pour le pâturage et la fauche. Le mélange passe-partout fait tout et rien à la fois ; il n’est pas concluant en valeur alimentaire et ne dure pas dans le temps », résume Vladimir Goutiers, de l'Inrae de Toulouse.

Des différences variétales à valoriser

Dans l'idéal, on oriente la fonction de chaque parcelle, avec des multiespèces différentes entre parcelles. Une sole permettra de pâturer précocement au printemps (base de RGA-TB), une autre de pâturer l'été (fétuque élevée, dactyle, lotier, luzerne, chicorée...). Une sole sera orientée fauche précoce (RGH, dactyle, bromes, luzerne, trèfle violet), une autre orientée fauche tardive (fléole, trèfles...). Certaines parcelles « dorment » l'été pour repartir à l'automne (ray-grass, luzerne typée méditerranéenne). Mais il reste opportun d'avoir quelques parcelles mixtes pour conserver une souplesse du système fourrager. Et de ne pas trop spécialiser les parcelles pour conserver une capacité d'adaptation aux aléas. Par exemple, pour le pâturage, associer des variétés précoces et tardives dans la même parcelle améliore la durée d'exploitation sur l'année. Les différences variétales offrent de multiples possibilités.

À savoir

Pour ne pas rater l'implantation

Émietter le sol et rappuyer avant le semis
Semer dans le premier centimètre du sol, à la volée pour réduire la concurrence des adventices
Bien rappuyer après le semis
Mélanger les semences avant et en cours de semis pour un résultat optimal
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière