Aller au contenu principal
Font Size

Les graines de protéagineux peuvent remplacer le soja dans la ration des vaches laitières

La féverole ou le lupin ayant subi des traitements bien maîtrisés peuvent remplacer le tourteau de soja dans la ration des VHP (vaches à haut potentiel).

© J. Chabanne

Des essais ont été menés en 2019 par l’Inra Auvergne-Rhône-Alpes avec Valorex dans le cadre du projet Proleval. Un projet qui vise à mettre en place une filière française de production d’oléoprotéagineux en alternative au soja importé. La bibliographie montrait que les graines protéagineuses, moins riches en protéines que le tourteau de soja et plus dégradables dans le rumen, peuvent être protégées d’une trop forte dégradation par des traitements thermiques. "Un premier essai mené en ferme expérimentale montre que le soja peut être remplacé par la féverole ou le lupin quand l’apport de méthionine n’est pas limitant, quand elles sont traitées à 140 °C », rapporte Solveig Mendowski, de l’Inra Auvergne-Rhône-Alpes.

Hausse de production avec la féverole

Un deuxième essai a comparé différents traitements de cuisson. À haute température (160 °C), les protéines, « trop » protégées, ne seraient plus disponibles pour les animaux car non absorbées dans l’intestin. Il n’y a pas eu de différence zootechnique entre le tourteau de soja et le lupin cuit à 140 °C. En revanche, la féverole cuite à 140 °C a permis un gain de 1,8 kg/j de lait par rapport au soja.

Des essais ont ensuite été engagés sur quatre fermes, sur des périodes de quatre semaines, sur 208 vaches. Le correcteur azoté à base de tourteau de soja a été remplacé totalement ou presque totalement par un correcteur à base de féverole traitée thermiquement dans des conditions spécifiques avec une source de glucose réactif (traitement par Valorex). La production laitière a augmenté de +0,3 kg/vache/jour à +1,5 kg/vache/jour (passage de 34,2 à 34,9 kg/j en moyenne), avec le plus souvent une légère baisse des taux (0 à -1,7 g/l de TB, +0,4 à -0,7 g/l de TP). Les deux élevages n’ayant pas utilisé du tout de soja ont eu une production identique ou augmentée par rapport à l’utilisation de tourteau de soja. « Avec des traitements bien maîtrisés, la marge sur coût alimentaire est donc identique ou augmentée avec des graines protéagineuses par rapport au tourteau de soja importé », souligne Guillaume Chesneau, de Valorex.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière