Aller au contenu principal

"Les coops ne traitent pas mieux les OP que les privés"

Nathalie Carmès, présidente de l'APLBA, relate des négociations commerciales compliquées avec Laïta, qui durent depuis 2019.

© J. Chabanne

« L’Association des producteurs de lait du bassin armoricain (APLBA) est une organisation de producteurs dont le lait est vendu à la LNA (Laiterie nouvelle de L’Arguenon) et à la Silav (Société industrielle et alimentaire du Vauvert), des sociétés présidées par Laïta(1), elle-même filiale de la coopérative Even. L’APLBA représente 350 producteurs pour un volume de 210 millions de litres de lait, soit 15 % des volumes traités par Laïta.

Depuis l’été 2019, les négociations de notre contrat-cadre sont compliquées et une médiation commencée en avril 2021 s’est soldée par un échec. L’APLBA avait proposé, comme prévu par la loi Egalim, sa formulation du prix . Laïta l’a refusé en bloc, et tente de passer en force sa propre formule du prix validée par les trois coopératives actionnaires. Pourtant, les médiateurs ont indiqué dans leur recommandation en octobre dernier que « la détermination d’un prix de base imposée par les coopératives et non négociée par les producteurs de l’APLBA serait contraire à la loi Egalim ». Cette formule repose à 25 % sur un prix de revient à 370 € ; 25 % sur des indices PGC France basés à 340 € ; 35 % de valorisation beurre poudre et 15 % PGC export.

Deux choses nous posent problème. Il n’y a aucun moyen de vérifier ce mix-produit puisque Laïta refuse de le faire attester par un commissaire aux comptes. Deuxièmement, le prix de revient à 370 € n’est pas à la hauteur des charges réelles des producteurs. Laïta répond que le prix payé à ses producteurs ne peut pas être déconnecté du prix payé par Sodiaal ou Lactalis, malgré l’interdiction de l’alignement à la concurrence rappelée par la loi Egalim 2.

Par ailleurs, les adhérents des trois coopératives auront une partie de leur volume B transformée en volume A. Nous devions aussi y avoir droit, mais Laïta conditionne cette possibilité à notre accord pour sa formule de prix. Malgré ces pressions, notre OP ne se décourage pas. Nous souhaitons poursuivre les négociations et sommes prêts à accepter ce mix-produit. Mais nous voulons obtenir un effort sur la référence au prix de revient.

Un prix du lait plus faible permet à Laïta de dégager plus de bénéfice, qui revient en partie aux coopératives, qui peuvent alors effectuer des retours à leurs adhérents. Dommage que cela se fasse en partie sur le dos des producteurs privés. Comment un groupe qui revendique haut et fort les valeurs de la coopération peut-il laisser une partie des producteurs auxquels il est lié sur le bas-côté, leur refusant depuis toujours l’accès à la coopération, et continuant d’ignorer la législation encadrant les relations commerciales avec son OP ? »

(1) Laïta est codétenue par trois coopératives : Even (51 %), Terrena (31 %) et Eureden (18 %)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
Intensif et très autonome, c’est possible
Intensif et très autonome, c’est possible
Comment viser l’autonomie protéique tout en conciliant une productivité par vache élevée ? Retrouvez dans ce dossier des élevages…
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Ce printemps, le prix du lait bio moyen tourne autour de 400 € les mille litres, comme le prix du lait conventionnel. Avec…
Prairie de 12 ans en janvier 2022.
« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »
Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son…
Mathilde Tirole et Julien Maire avec leur cédant, Christian Jeannerot. « Même si nous ne sommes pas complètement autonomes, la citerne permet une belle économie sur la facture d’eau. »
« Nous récupérons l’eau des toitures pour l’abreuvement »
Le Gaec des Fermes voisines, dans le Doubs, dispose d’une citerne de récupération d’eau de pluie en béton pour alimenter les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière