Aller au contenu principal

L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer

La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une amélioration de la production laitière corrigée des taux et de la marge sur coût alimentaire.

« L’ensilage de tournesol fait partie des pistes que nous explorons depuis 2020 pour valoriser une source de protéines locales », dépeint Philippe Laulhé, responsable technique nutrition ruminants pour la coopérative Agrial. Les travaux ont d’abord porté sur la faisabilité agronomique, puis sur la valorisation du fourrage.

Les essais ont été menés sur deux exploitations situées dans le sud de la Loire-Atlantique et les Deux-Sèvres. « Techniquement, le tournesol pourrait trouver une place dans les systèmes fourragers afin d’équilibrer les rations à base de maïs dans des zones où les rendements en maïs sont limités, considère Jacques De Launay, responsable expérimentations agronomiques au sein de la coopérative. Mais le bilan économique reste à affiner. »

Fournir une source locale de protéines

Les trois années d’essais en plein champ (5 ha en moyenne) ont permis de conforter l’itinéraire technique. ll faut viser la même qualité d’implantation qu’avec un maïs. Les semis de tournesol s’effectuent courant avril, sur un sol réessuyé qui commence à se réchauffer. « Il semble important de bien respecter les dates de semis, poursuit l’agronome, en recommandant de ne pas semer après début mai. Cette année, l’un des adhérents a semé une première parcelle le 27 avril, et une autre dix jours plus tard. Sur cette dernière, le tournesol mesurait un mètre de moins à la récolte ! »

Dans l’idéal, le tournesol se sème avec un écartement de 40 à 50 cm pour bénéficier d’une meilleure répartition spatiale des plants. Comme les éleveurs n’étaient pas équipés de semoir spécifique, ils ont utilisé un semoir à maïs classique. « Mieux vaut recourir à des disques à sorgho car les graines sont assez petites », conseille le technicien.

Côté variétés, l’objectif est d’opter pour des plantes qui résistent à la verse, qui restent vertes longtemps et le plus développées possible. La densité recommandée oscille entre 75 000 et 80 000 pieds par hectare, en privilégiant des parcelles assez fertiles. « Le tournesol a du mal à se développer dans les parcelles carencées. » Pour le désherbage, un à deux passages en pré-levée et éventuellement un rattrapage sont à prévoir. Comme sur le maïs, le binage se montre possible.

Évolution rapide de la plante en fin de cycle

Cette année, le printemps précoce et l’été très séchant ont pénalisé les rendements (moins de 7 tMS/ha) par rapport aux deux années précédentes où ils ont atteint entre 8,5 et 10 tMS/ha. À noter que le potentiel des parcelles emblavées se révélait également moins bon.

 

 
Voici le stade de récolte préconisé par Agrial pour l'ensilage de tournesol.
Voici le stade de récolte préconisé par Agrial pour l'ensilage de tournesol. © Agrial
Le stade de récolte apparaît essentiel. Le tournesol offrant moins de souplesse qu’un maïs, la réactivité est de mise. En 2021, la plante a pris 10 points de matière sèche en l’espace d’une semaine ! « Le capitule doit être noir, bien formé, avec des graines consistantes, et le col-de-cygne jauni. Le premier et le deuxième étages foliaires peuvent être sénescents, mais pas au-delà. À ce stade, la plante tourne autour de 22 % MS. C’est l’objectif. » Il faut se montrer vigilant quant à la maturité car en fin de cycle, la plante se lignifie et se charge trop en huile.

 

La récolte est assurée par une ensileuse classique. « Il n’est pas utile de resserrer l’éclateur. Par contre, la finesse de hachage peut être réduite de 2 mm par rapport au maïs pour bien attaquer le capitule. L’emploi d’un conservateur est crucial pour limiter l’oxydation. »

En termes de valeurs, l’ensilage de tournesol fait un peu mieux qu’un ensilage de maïs en MAT, mais affiche une valeur énergétique sensiblement moins élevée. Il s’avère très riche en matière grasse (17,6 %), notamment en acides gras insaturés (acide linoléique).

Plus de lait mais une baisse marquée des taux

Lors de l'hiver 2021-2022, les deux élevages (90 vaches à 9 000 kg) l’ont intégré à raison de 3 kgMS dans la ration de leurs vaches laitières en substitution de 3 kgMS d’ensilage de maïs. « Nous avons veillé à ne pas dépasser 4,5 % de matière grasse totale dans la ration pour ne pas perturber les fermentations ruminales », précise Philippe Laulhé.

Le protocole s’est étalé sur quatre mois, alternant un mois de distribution d’une ration témoin, deux mois de ration avec ensilage de tournesol et à nouveau un mois de ration témoin. Chaque troupeau a reçu un régime unique, avec une ration iso UFL, PDI et azote ruminal.

Les rations de base se composaient principalement d’ensilage de maïs (9-10 kgMS) et d’ensilage d’herbe (4-5 kgMS). Sur les deux élevages, les mêmes tendances se dessinent suite à l’introduction d’ensilage de tournesol. L’impact est assez marqué : la production laitière a augmenté de plus de 4 kg par vache et par jour, mais la qualité du lait a été fortement pénalisée. En moyenne sur les deux exploitations, le TB accuse une baisse de 6,5 g/kg, et le TP de 3,5 g/kg. Au final, la production standardisée évolue positivement pour chaque élevage : +1 kg (+3,7 %) et +0,6 kg (+5,4 %).

« L’introduction d’ensilage de tournesol a amélioré la marge sur coût alimentaire », calcule Philippe Laulhe en se basant sur un prix du lait de 400 €/1 000 l et un coût de 146 €/tMS pour l’ensilage de tournesol. Cet essai donne des premières tendances à court terme sur la production. À chaque éleveur de juger de l’opportunité d’utiliser ce fourrage et des ajustements à faire. « Dans la durée, il faudra vérifier les paramètres de reproduction, de santé et de longévité. »

Depuis, l’un des deux éleveurs a d’ailleurs poursuivi dans cette voie. Quant à l’autre, il a préféré vendre les grains, étant donné le contexte porteur.

Chiffres clés

Les tendances moyennes observées (2020-2022) :

]]> Rendements moyens : 6 à 9 tMS/ha
]]> MAT : 9 à 11 %
]]> UFL : 0,75 à 0,85

Des légumineuses semées sous couvert de tournesol

 

 
Le mélange luzerne-trèfle violet semé sous couvert de tournesol est bien présent à l'automne quand le tournesol est ensilé.
Le mélange luzerne-trèfle violet semé sous couvert de tournesol est bien présent à l'automne quand le tournesol est ensilé. © Agrial
« Cette année, nous avons semé des légumineuses sous couvert du tournesol, mentionne Jacques De Launay, d’Agrial. Nous avons ensilé le tournesol assez tôt le 7 août pour que la luzerne-trèfle violet se développe à l’automne et offre une pleine production au printemps prochain. » Il est trop tôt pour tirer un bilan mais la luzerne est bien présente. Cette technique pourrait s’avérer une alternative à l’implantation de luzerne derrière une culture d’été, en sécurisant le bilan fourrager.

 

« L’ensilage de tournesol offre un petit bonus en MAT »

Dans le Finistère, le Gaec Hily cultive du tournesol qu’il ensile en même temps que le maïs. Un retour d’expérience positif avec des quantités intégrées à la ration limitées.

Autre région, autre approche. À Plomodiern, petite bourgade du littoral breton, située à 15 km au nord-est de Douarnenez, Rémy et Mikaël Hily sont des habitués de l’ensilage de tournesol. Ils en distribuent à leurs 55 laitières à 7 000 litres depuis une dizaine d’années.

Ils ont d’abord tenté de cultiver du tournesol sur un hectare « pour essayer ». Puis, séduits par les résultats obtenus par ce fourrage atypique, ils ont continué. « Nous semons le tournesol en pur, à la densité de 70 000 pieds par hectare, mi-juillet, décrit Mikaël. Cette année, je l’ai semé encore plus tard que d’habitude, le 20 juillet, après le blé. » À la récolte, le 30 septembre, il mesurait 1,80 mètre.

La récolte du tournesol se calque sur celle du maïs

La préparation du sol s’apparente à celle du maïs. Le Gaec sème le tournesol à 30 cm d’écartement avec un semoir mécanique monograine polyvalent de 3 mètres de large (Herriau). « L’itinéraire technique est très simplifié, poursuit son père Rémy. Nous ne pratiquons aucun désherbage. Avec cet écartement et cette densité de semis, le tournesol couvre rapidement le sol. »

Depuis deux ou trois ans, les associés privilégient des variétés très tardives pour que le stade de récolte du tournesol coïncide avec celui du maïs. « Nous voulons ensiler ces deux fourrages le même jour pour les stocker dans un seul et même silo et faciliter la distribution. » En général, le tournesol est ensilé quand ses graines commencent tout juste à se former (pleine floraison). Entre les feuilles et les tiges, le fourrage est riche en eau. Son taux de matière sèche approche 20 % MS. « Du jus coule du silo, mais nous n’avons jamais observé de moisissures ou d’échauffement même quand il était ensilé en pur. » Et ce, malgré que les éleveurs ne recourent à aucun conservateur.

« Sa valeur approche celle d’un bon trèfle violet, estime Rémy. C’est un fourrage appétent, les vaches en raffolent, elles le cherchent à l’auge ! C’est un petit bonus en matière de MAT même si les quantités distribuées restent très limitées. »

Les plus lus

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Danone recherche 100 millions de litres de lait

Déprise laitière et besoins croissants de l’entreprise sont les deux raisons pour lesquelles Danone cherche de…

Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Sunlait signe avec un deuxième acheteur de lait : Maîtres laitiers du Cotentin

L’association d’organisations de producteurs de lait Sunlait, qui n’avait de contrat cadre qu’avec Savencia, vient de signer…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière