Aller au contenu principal

Le variant A2 est-il un critère prioritaire pour choisir vos taureaux ?

Plus ou moins fréquent selon les races, le variant A2 de la béta-caséine améliorerait la digestibilité du lait par rapport au A1. Une société créée en Nouvelle-Zélande surfe sur la vague du lait A2/A2.

 © S. Leitenberger
© S. Leitenberger

Benoît Colson - en Gaec en Côte-d’Or

Oui 

Nous produisons un million de litres de lait dont environ 100 000 litres sont transformés. Près de 90 % de notre troupeau (130 Brunes et leur suite) est A2/A2. Depuis deux ans, nous n'utilisons que des taureaux A2/A2. La Brune est la race qui a la plus forte proportion de ce variant. La plupart des taureaux proposés par BGS sont A2/A2. À la commission d’achats des taureaux étrangers de BGS, en cas d’hésitation entre deux taureaux, si l’un est A2/A2, nous le choisissons en  priorité. À la ferme, certains de nos clients nous disent qu’ils n’ont plus de problème pour digérer le lait quand ils consomment le nôtre. Je ne sais pas si c’est lié au A2 ou au fait qu’il soit pasteurisé plutôt que UHT. Mais je crois à l’effet bénéfique du A2 même s’il est controversé. Nous sommes un groupe d’éleveurs prêts à produire du lait A2/A2 s’il y a une plus-value pour nous car cela engendre un surcoût lié au génotypage des animaux et à la réforme de ceux qui ne sont pas A2/A2.

François Bienvenu - en Gaec dans la Manche

Non, mais...

Notre priorité est d’avoir un troupeau 100 % de race Normande (150 vaches dont 85 % de Normandes) d’ici deux ou trois ans. Nous produisons en effet un million de litres de lait valorisés par Isigny Sainte-Mère en AOP camembert et pont-l’évêque. Notre coopérative verse une prime qui devrait atteindre 35 euros pour 1 000 litres cet été quand le troupeau est 100 % normand. Elle encourage aussi la sélection du variant A2 en versant une prime de 100 euros quand on vend une génisse normande A2/A2 à condition qu’elle reste dans un élevage adhérent à la coopérative. L’acheteur touche aussi une prime de 100 euros. Cela oblige à génotyper les génisses, mais c’est intéressant pour gérer le renouvellement du troupeau. Sélectionner le critère A2 ne pose pas de problème en race Normande. La plupart des taureaux proposés par Evolution sont A2/A2 (plus de 80 % pour cette campagne) et les autres sont A2/A1.

Paul de Panthou - éleveur dans le Calvados

Non

Ce critère n’est pas une priorité. Il ne le sera pas tant que Danone ne me demandera rien et ne m’incitera pas financièrement. Je vends des vaches en lait et des mâles, et jusqu’ici personne ne m’a demandé s’ils étaient porteurs du variant A2. J’ai plus d’argent à gagner en travaillant sur la qualité du lait (cellules et taux), des mamelles et des membres. Danone octroie une prime de 4 euros pour 1 000 litres quand on produit du lait avec moins de 200 000 cellules par millilitre. Mon objectif est d’avoir des vaches rustiques pour pouvoir travailler de la façon la plus zen possible et de produire du lait de qualité. Je trais une bonne cinquantaine de vaches (9500 l/VL) dont une trentaine de Holstein noires, une vingtaine de Holstein rouges et quatre Normandes pour le plaisir. Avoir trois races ne facilite pas la sélection sur ce critère. Ceci étant, je constate que l’offre en taureaux holstein A2/A2 dans les catalogues de Semex, Bovec et d'Evolution s’étoffe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
« Winter is coming » et les laiteries tremblent avant d’avoir froid. En cause : la hausse du prix de l’énergie et son possible…
Sodiaal annonce des prix du lait en hausse
Le prix du lait conventionnel d'octobre est compris entre 428 et 443 € les mille litres selon les régions et leur saisonnalité du…
Sébastien Goutagny, Florent Cellier et Mickaël Rageys. « La méthanisation s’imbrique complètement dans notre système d’élevage. L’unité collective alimente en gaz 2 000 foyers et une station de bioGNV. »
« Sur notre exploitation laitière, c’est toujours l’économique qui guide nos choix »
Le Gaec de l’Envolée, dans le Rhône, a misé dès le début sur une stratégie volume en intégrant les conditions de travail et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière