Aller au contenu principal

Le plan filière peine à se concrétiser

Difficile de dire mi-octobre si l’on sortira par le haut ou par le bas des négociations sur le plan de filière.

L'objectif, pour les prochaines négociations commerciales, est d'avoir de grandes orientations au niveau des guides de bonnes pratiques, à défaut de les finaliser.
© J.-C. Gutner archives

La volonté d’avancer, avec une démarche constructive, semble là … sauf que tout ou presque, après la rencontre avec Emmanuel Macron, reste à faire pour que le plan filière prenne corps. Le volet qui progresse le mieux  est celui de la responsabilité sociétale (RS) car il n’est guère possible d’y échapper (voir Réussir Lait d’octobre p. 14) ; la concertation avec les ONG a débuté. Ce n’est pas une surprise, le plus compliqué est de trouver un accord sur le volet économique : sur les indicateurs de valorisation des PGC et surtout sur les guides de bonnes pratiques contractuelles et commerciales. Règle de la concurrence oblige, il n’est pas question de définir des formules de prix encore moins des valeurs. Il s’agit, avec ces guides, de donner des pistes sur la façon dont seront utilisés les indicateurs par les entreprises dans leurs relations avec les producteurs et les distributeurs. Leur but est d’introduire un minimum de transparence au niveau de la répartition de la valeur dans la chaîne alimentaire. Les tableaux de bord d’indicateurs(1) sont quasiment finalisés. Mais côté producteurs, on n’acceptera pas de publication officielle d’indicateurs sans avoir avancé sur les guides : les deux vont de pair.

Tableaux d’indicateurs et guides de bonnes pratiques vont de paire

Le début des prochaines négociations commerciales approchant à grand pas, l’objectif actuel est de disposer d’ici là de grandes orientations au niveau des guides de bonnes pratiques, à défaut de les finaliser. C’est aussi de disposer de valeurs de coûts de production et de prix de revient  (pour le bio, la montagne, la plaine) calculées selon la méthode Couprod de l'Institut de l’élevage et publiées par le Cniel. Ces valeurs s’appuieraient dans un premier temps sur les données du Rica (avec l’inconvénient d’avoir deux ans de retard)  et sur l’évolution de l’indice Ipampa.

En parallèle, l’interprofession planche sur le volet « segmentation » du plan. Tout le monde est d’accord sur la nécessité d’une définition commune du « pâturage » (autour d’un seuil minimum) et du « sans OGM ». Les choses se corsent quand il s’agit de parler de leur valorisation. Une approche commune collective devrait a priori être sur la table à la fin de l’année.

Enfin pour ce qui est de l’élargissement de l’interprofession laitière à la distribution, les discussions progressent. Mais il reste à définir précisément les conditions de cette entrée et à régler les problèmes statutaires posés par les distributeurs indépendants  (non adhérents de la FCD) et pour le moment sans solution. Pas d’entrée en vue donc de la distribution avant l’année prochaine.

(1) comme les indices de prix de vente sortie usine, indices de prix à la consommation, valorisation beurre poudre, valeurs à l’export, prix du lait France-Allemagne…

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière