Aller au contenu principal

Laïta accélère sur l'internationalisation

Le groupe coopératif du Grand Ouest(1) cherche à réduire sa dépendance à la grande distribution française pour ses produits grande consommation.

Jean-Marie Le Bris, directeur des PGC de Laïta. " Pour 2019, l'impact du Brexit est une grosse inquiétude. Le Royaume-Uni est notre premier client avec 15 000 tonnes de produits finis exportés chaque année. "
© C. Pruilh

" Les activités PGC (produits de grande consommation) de Laïta concernent beaucoup de beurre (25 % des volumes), d'ultrafrais (22,5 %) et de pâtes molles (12,5 %). Or, leur consommation en France est en décroissance ", a présenté Jean-Marie Le Bris, directeur des PGC de Laïta, lors d'une journée organisée par et pour les jeunes installés en lait adhérentsTriskalia. Même si l'inflation compense cette baisse de volume, " c'est inquiétant ". Laïta est aussi un gros fabriquant d'emmental (17,5 % des volumes) dont le marché est en légère progression.

Le groupe coopératif a donc entamé un changement stratégique pour capter durablement plus de valeur ajoutée. " Comme il y a trop de capacités industrielles en France dans l'ultrafrais, nous réduisons la voilure sur ce secteur - avec l'arrêt d'un atelier ultrafrais -, pour augmenter nos capacités en fromages avec l'investissement presque terminé à Ploudaniel, et en beurre. " Les fromages sont les produits qui dégagent la plus forte valeur ajoutée dans la durée. " Les fromages à tartiner (6,5 % des volumes) ont encore connu une croissance à deux chiffres en 2018, avec la marque madame Loïk. " Autre secteur en croissance qui marge bien : la nutrition infantile.

Le bio, le sans-OGM, le pâturage... arrivent

" Notre objectif est de moins dépendre de la grande distribution française et de diversifier davantage nos activités. Nous regardons quels sont les débouchés qui grossissent et margent bien. En 2018, nous nous sommes développés en Amérique du Sud, au Nigéria, au Cambodge, en Australie. Il faut que nous nous implantions dans plus de pays, en Asie du Sud-Est et en Afrique de l'Ouest, où la croissance est la plus forte. Notre objectif 2025 est de passer d'une présence commerciale dans 86 pays à 100 pays, et de passer de 25 % du chiffre d'affaires réalisé à l'international à 33 % ", développe Jean-Marie Le Bris.

La notoriété de la marque Paysan breton est bonne. " Notre objectif est qu'elle arrive dans le top 20 des plus grandes marques françaises. Nous lançons de nouveaux produits et packagings, et une nouvelle publicité, plus marquée agriculteur. "

En 2019, Laïta se lance dans le bio avec un lait ribot. " À présent, un adhérent Triskalia qui souhaite passer en bio peut rester dans sa coopérative. Nous avons un accord de collecte avec Eurial. " Et le groupe annonce diverses innovations, en snacking, un fromage blanc battu au lait entier de la Laiterie de Ploudaniel vendu à la coupe, un partenariat avec Intermarché pour une action de réduction des déchets... " Nous innovons avec de nouvelles méthodes et de nouveaux moyens, avec notre charte de production durable : Passion du lait. Nous avançons sur le sans-OGM, parce que nous n'avons pas le choix, avec de l'emmental et des pointes de brie. Nous avançons aussi sur le temps de pâturage (200 jours), le bien-être animal... "

(1) Laïta est le regroupement des activités laitières des coopératives Even, Terrena et Triskalia.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière