Aller au contenu principal

Laïta accélère sur l'internationalisation

Le groupe coopératif du Grand Ouest(1) cherche à réduire sa dépendance à la grande distribution française pour ses produits grande consommation.

Jean-Marie Le Bris, directeur des PGC de Laïta. " Pour 2019, l'impact du Brexit est une grosse inquiétude. Le Royaume-Uni est notre premier client avec 15 000 tonnes de produits finis exportés chaque année. "
© C. Pruilh

" Les activités PGC (produits de grande consommation) de Laïta concernent beaucoup de beurre (25 % des volumes), d'ultrafrais (22,5 %) et de pâtes molles (12,5 %). Or, leur consommation en France est en décroissance ", a présenté Jean-Marie Le Bris, directeur des PGC de Laïta, lors d'une journée organisée par et pour les jeunes installés en lait adhérentsTriskalia. Même si l'inflation compense cette baisse de volume, " c'est inquiétant ". Laïta est aussi un gros fabriquant d'emmental (17,5 % des volumes) dont le marché est en légère progression.

Le groupe coopératif a donc entamé un changement stratégique pour capter durablement plus de valeur ajoutée. " Comme il y a trop de capacités industrielles en France dans l'ultrafrais, nous réduisons la voilure sur ce secteur - avec l'arrêt d'un atelier ultrafrais -, pour augmenter nos capacités en fromages avec l'investissement presque terminé à Ploudaniel, et en beurre. " Les fromages sont les produits qui dégagent la plus forte valeur ajoutée dans la durée. " Les fromages à tartiner (6,5 % des volumes) ont encore connu une croissance à deux chiffres en 2018, avec la marque madame Loïk. " Autre secteur en croissance qui marge bien : la nutrition infantile.

Le bio, le sans-OGM, le pâturage... arrivent

" Notre objectif est de moins dépendre de la grande distribution française et de diversifier davantage nos activités. Nous regardons quels sont les débouchés qui grossissent et margent bien. En 2018, nous nous sommes développés en Amérique du Sud, au Nigéria, au Cambodge, en Australie. Il faut que nous nous implantions dans plus de pays, en Asie du Sud-Est et en Afrique de l'Ouest, où la croissance est la plus forte. Notre objectif 2025 est de passer d'une présence commerciale dans 86 pays à 100 pays, et de passer de 25 % du chiffre d'affaires réalisé à l'international à 33 % ", développe Jean-Marie Le Bris.

La notoriété de la marque Paysan breton est bonne. " Notre objectif est qu'elle arrive dans le top 20 des plus grandes marques françaises. Nous lançons de nouveaux produits et packagings, et une nouvelle publicité, plus marquée agriculteur. "

En 2019, Laïta se lance dans le bio avec un lait ribot. " À présent, un adhérent Triskalia qui souhaite passer en bio peut rester dans sa coopérative. Nous avons un accord de collecte avec Eurial. " Et le groupe annonce diverses innovations, en snacking, un fromage blanc battu au lait entier de la Laiterie de Ploudaniel vendu à la coupe, un partenariat avec Intermarché pour une action de réduction des déchets... " Nous innovons avec de nouvelles méthodes et de nouveaux moyens, avec notre charte de production durable : Passion du lait. Nous avançons sur le sans-OGM, parce que nous n'avons pas le choix, avec de l'emmental et des pointes de brie. Nous avançons aussi sur le temps de pâturage (200 jours), le bien-être animal... "

(1) Laïta est le regroupement des activités laitières des coopératives Even, Terrena et Triskalia.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière