Aller au contenu principal
Font Size

Laïta accélère sur l'internationalisation

Le groupe coopératif du Grand Ouest(1) cherche à réduire sa dépendance à la grande distribution française pour ses produits grande consommation.

Jean-Marie Le Bris, directeur des PGC de Laïta. " Pour 2019, l'impact du Brexit est une grosse inquiétude. Le Royaume-Uni est notre premier client avec 15 000 tonnes de produits finis exportés chaque année. "
© C. Pruilh

" Les activités PGC (produits de grande consommation) de Laïta concernent beaucoup de beurre (25 % des volumes), d'ultrafrais (22,5 %) et de pâtes molles (12,5 %). Or, leur consommation en France est en décroissance ", a présenté Jean-Marie Le Bris, directeur des PGC de Laïta, lors d'une journée organisée par et pour les jeunes installés en lait adhérentsTriskalia. Même si l'inflation compense cette baisse de volume, " c'est inquiétant ". Laïta est aussi un gros fabriquant d'emmental (17,5 % des volumes) dont le marché est en légère progression.

Le groupe coopératif a donc entamé un changement stratégique pour capter durablement plus de valeur ajoutée. " Comme il y a trop de capacités industrielles en France dans l'ultrafrais, nous réduisons la voilure sur ce secteur - avec l'arrêt d'un atelier ultrafrais -, pour augmenter nos capacités en fromages avec l'investissement presque terminé à Ploudaniel, et en beurre. " Les fromages sont les produits qui dégagent la plus forte valeur ajoutée dans la durée. " Les fromages à tartiner (6,5 % des volumes) ont encore connu une croissance à deux chiffres en 2018, avec la marque madame Loïk. " Autre secteur en croissance qui marge bien : la nutrition infantile.

Le bio, le sans-OGM, le pâturage... arrivent

" Notre objectif est de moins dépendre de la grande distribution française et de diversifier davantage nos activités. Nous regardons quels sont les débouchés qui grossissent et margent bien. En 2018, nous nous sommes développés en Amérique du Sud, au Nigéria, au Cambodge, en Australie. Il faut que nous nous implantions dans plus de pays, en Asie du Sud-Est et en Afrique de l'Ouest, où la croissance est la plus forte. Notre objectif 2025 est de passer d'une présence commerciale dans 86 pays à 100 pays, et de passer de 25 % du chiffre d'affaires réalisé à l'international à 33 % ", développe Jean-Marie Le Bris.

La notoriété de la marque Paysan breton est bonne. " Notre objectif est qu'elle arrive dans le top 20 des plus grandes marques françaises. Nous lançons de nouveaux produits et packagings, et une nouvelle publicité, plus marquée agriculteur. "

En 2019, Laïta se lance dans le bio avec un lait ribot. " À présent, un adhérent Triskalia qui souhaite passer en bio peut rester dans sa coopérative. Nous avons un accord de collecte avec Eurial. " Et le groupe annonce diverses innovations, en snacking, un fromage blanc battu au lait entier de la Laiterie de Ploudaniel vendu à la coupe, un partenariat avec Intermarché pour une action de réduction des déchets... " Nous innovons avec de nouvelles méthodes et de nouveaux moyens, avec notre charte de production durable : Passion du lait. Nous avançons sur le sans-OGM, parce que nous n'avons pas le choix, avec de l'emmental et des pointes de brie. Nous avançons aussi sur le temps de pâturage (200 jours), le bien-être animal... "

(1) Laïta est le regroupement des activités laitières des coopératives Even, Terrena et Triskalia.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière