Aller au contenu principal

L’accord APBO et Bel est renouvelé pour 2019

Le prix du lait sécurisé à 350 €/1 000 1 est reconduit, grâce à la forte adhésion des éleveurs à la démarche pour l’accès au pâturage et l’alimentation sans OGM des vaches.

En 2017, quand Bel a souhaité développer une démarche pour sa collecte française autour d’engagements sur l’accès au pâturage des vaches, et l’alimentation sans OGM du troupeau laitier, notre OP est allée chercher une plus-value sur ces axes différenciants. Nous voulions répondre aux besoins de notre acheteur Bel. Nous voulions aussi que nous, éleveurs, nous réapproprions une partie de notre métier que nous avons perdu — à savoir la commercialisation de notre lait. Et nous étions motivés de répondre à une attente sociétale", rappelle Gilles Pousse, président de l’APBO (1).

À l’issue de la négociation entre l’organisation de producteurs et Bel, un accord a été trouvé sur un prix du lait de base à 350 €/1 000 1 en moyenne sur l’année 2018, une prime de 15 €/1 000 l pour le sans-OGM et de 6 €/1 000 1 sur l’année complète pour l’accès au pâturage. "Les 140 exploitations qui étaient restées en contrat individuel fin 2017 nous ont rejoints cette année. Pour 2019, ce niveau de rémunération du lait est reconduit, grâce aux éleveurs qui ont compris l’enjeu et fait évoluer leurs pratiques. Par exemple, le sans-OGM a été une révolution dans les exploitations — changement de rations, de gammes d’aliments, mise en place de traçabilité, de gestion des risques de contamination."

L’APBO est propriétaire du cahier des charges

L’APBO a écrit le cahier des charges de la démarche et en est propriétaire. C’est l’OP qui paye les techniciens et organise les audits, qui mandate et paye un organisme certificateur indépendant pour effectuer le contrôle externe des exigences sans-OGM et pâturage.

"Nous ne parlons pas de lait de pâturage. Notre critère accès au pâturage met en avant les conditions de vie de l’animal, pas leur alimentation", précise Gilles Pousse. Les critères déclarés et contrôlés sont : 4 ha minimum accessibles depuis les bâtiments, plus une surface de 1,2 ha de prairie par tranche de 100 000 1 commercialisés pour le cheptel laitier (vaches et génisses). Et les éleveurs enregistrent les jours de sortie au pâturage (150 jours minimum). "Nous sommes pragmatiques. Nous voulons déjà valoriser les pratiques existantes et encourager un maximum d’éleveurs à mettre en œuvre la démarche. Cette reconnaissance a motivé les éleveurs et certains ont renforcé leur pâturage." Aujourd’hui, 94 % des exploitations répondent à ce critère. Le pâturage reste un engagement volontaire, contrairement au sans-OGM qui est obligatoire.

(1) L’association des producteurs de lait Bel Ouest représente tous les éleveurs français sous contrat avec Bel, soit plus de 800 exploitations sur 6 départements du Grand Ouest.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière