Aller au contenu principal

L’accord APBO et Bel est renouvelé pour 2019

Le prix du lait sécurisé à 350 €/1 000 1 est reconduit, grâce à la forte adhésion des éleveurs à la démarche pour l’accès au pâturage et l’alimentation sans OGM des vaches.

En 2017, quand Bel a souhaité développer une démarche pour sa collecte française autour d’engagements sur l’accès au pâturage des vaches, et l’alimentation sans OGM du troupeau laitier, notre OP est allée chercher une plus-value sur ces axes différenciants. Nous voulions répondre aux besoins de notre acheteur Bel. Nous voulions aussi que nous, éleveurs, nous réapproprions une partie de notre métier que nous avons perdu — à savoir la commercialisation de notre lait. Et nous étions motivés de répondre à une attente sociétale", rappelle Gilles Pousse, président de l’APBO (1).

À l’issue de la négociation entre l’organisation de producteurs et Bel, un accord a été trouvé sur un prix du lait de base à 350 €/1 000 1 en moyenne sur l’année 2018, une prime de 15 €/1 000 l pour le sans-OGM et de 6 €/1 000 1 sur l’année complète pour l’accès au pâturage. "Les 140 exploitations qui étaient restées en contrat individuel fin 2017 nous ont rejoints cette année. Pour 2019, ce niveau de rémunération du lait est reconduit, grâce aux éleveurs qui ont compris l’enjeu et fait évoluer leurs pratiques. Par exemple, le sans-OGM a été une révolution dans les exploitations — changement de rations, de gammes d’aliments, mise en place de traçabilité, de gestion des risques de contamination."

L’APBO est propriétaire du cahier des charges

L’APBO a écrit le cahier des charges de la démarche et en est propriétaire. C’est l’OP qui paye les techniciens et organise les audits, qui mandate et paye un organisme certificateur indépendant pour effectuer le contrôle externe des exigences sans-OGM et pâturage.

"Nous ne parlons pas de lait de pâturage. Notre critère accès au pâturage met en avant les conditions de vie de l’animal, pas leur alimentation", précise Gilles Pousse. Les critères déclarés et contrôlés sont : 4 ha minimum accessibles depuis les bâtiments, plus une surface de 1,2 ha de prairie par tranche de 100 000 1 commercialisés pour le cheptel laitier (vaches et génisses). Et les éleveurs enregistrent les jours de sortie au pâturage (150 jours minimum). "Nous sommes pragmatiques. Nous voulons déjà valoriser les pratiques existantes et encourager un maximum d’éleveurs à mettre en œuvre la démarche. Cette reconnaissance a motivé les éleveurs et certains ont renforcé leur pâturage." Aujourd’hui, 94 % des exploitations répondent à ce critère. Le pâturage reste un engagement volontaire, contrairement au sans-OGM qui est obligatoire.

(1) L’association des producteurs de lait Bel Ouest représente tous les éleveurs français sous contrat avec Bel, soit plus de 800 exploitations sur 6 départements du Grand Ouest.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière