Aller au contenu principal

L’accord APBO et Bel est renouvelé pour 2019

Le prix du lait sécurisé à 350 €/1 000 1 est reconduit, grâce à la forte adhésion des éleveurs à la démarche pour l’accès au pâturage et l’alimentation sans OGM des vaches.

En 2017, quand Bel a souhaité développer une démarche pour sa collecte française autour d’engagements sur l’accès au pâturage des vaches, et l’alimentation sans OGM du troupeau laitier, notre OP est allée chercher une plus-value sur ces axes différenciants. Nous voulions répondre aux besoins de notre acheteur Bel. Nous voulions aussi que nous, éleveurs, nous réapproprions une partie de notre métier que nous avons perdu — à savoir la commercialisation de notre lait. Et nous étions motivés de répondre à une attente sociétale", rappelle Gilles Pousse, président de l’APBO (1).

À l’issue de la négociation entre l’organisation de producteurs et Bel, un accord a été trouvé sur un prix du lait de base à 350 €/1 000 1 en moyenne sur l’année 2018, une prime de 15 €/1 000 l pour le sans-OGM et de 6 €/1 000 1 sur l’année complète pour l’accès au pâturage. "Les 140 exploitations qui étaient restées en contrat individuel fin 2017 nous ont rejoints cette année. Pour 2019, ce niveau de rémunération du lait est reconduit, grâce aux éleveurs qui ont compris l’enjeu et fait évoluer leurs pratiques. Par exemple, le sans-OGM a été une révolution dans les exploitations — changement de rations, de gammes d’aliments, mise en place de traçabilité, de gestion des risques de contamination."

L’APBO est propriétaire du cahier des charges

L’APBO a écrit le cahier des charges de la démarche et en est propriétaire. C’est l’OP qui paye les techniciens et organise les audits, qui mandate et paye un organisme certificateur indépendant pour effectuer le contrôle externe des exigences sans-OGM et pâturage.

"Nous ne parlons pas de lait de pâturage. Notre critère accès au pâturage met en avant les conditions de vie de l’animal, pas leur alimentation", précise Gilles Pousse. Les critères déclarés et contrôlés sont : 4 ha minimum accessibles depuis les bâtiments, plus une surface de 1,2 ha de prairie par tranche de 100 000 1 commercialisés pour le cheptel laitier (vaches et génisses). Et les éleveurs enregistrent les jours de sortie au pâturage (150 jours minimum). "Nous sommes pragmatiques. Nous voulons déjà valoriser les pratiques existantes et encourager un maximum d’éleveurs à mettre en œuvre la démarche. Cette reconnaissance a motivé les éleveurs et certains ont renforcé leur pâturage." Aujourd’hui, 94 % des exploitations répondent à ce critère. Le pâturage reste un engagement volontaire, contrairement au sans-OGM qui est obligatoire.

(1) L’association des producteurs de lait Bel Ouest représente tous les éleveurs français sous contrat avec Bel, soit plus de 800 exploitations sur 6 départements du Grand Ouest.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière