Aller au contenu principal

L’accord APBO et Bel est renouvelé pour 2019

Le prix du lait sécurisé à 350 €/1 000 1 est reconduit, grâce à la forte adhésion des éleveurs à la démarche pour l’accès au pâturage et l’alimentation sans OGM des vaches.

En 2017, quand Bel a souhaité développer une démarche pour sa collecte française autour d’engagements sur l’accès au pâturage des vaches, et l’alimentation sans OGM du troupeau laitier, notre OP est allée chercher une plus-value sur ces axes différenciants. Nous voulions répondre aux besoins de notre acheteur Bel. Nous voulions aussi que nous, éleveurs, nous réapproprions une partie de notre métier que nous avons perdu — à savoir la commercialisation de notre lait. Et nous étions motivés de répondre à une attente sociétale", rappelle Gilles Pousse, président de l’APBO (1).

À l’issue de la négociation entre l’organisation de producteurs et Bel, un accord a été trouvé sur un prix du lait de base à 350 €/1 000 1 en moyenne sur l’année 2018, une prime de 15 €/1 000 l pour le sans-OGM et de 6 €/1 000 1 sur l’année complète pour l’accès au pâturage. "Les 140 exploitations qui étaient restées en contrat individuel fin 2017 nous ont rejoints cette année. Pour 2019, ce niveau de rémunération du lait est reconduit, grâce aux éleveurs qui ont compris l’enjeu et fait évoluer leurs pratiques. Par exemple, le sans-OGM a été une révolution dans les exploitations — changement de rations, de gammes d’aliments, mise en place de traçabilité, de gestion des risques de contamination."

L’APBO est propriétaire du cahier des charges

L’APBO a écrit le cahier des charges de la démarche et en est propriétaire. C’est l’OP qui paye les techniciens et organise les audits, qui mandate et paye un organisme certificateur indépendant pour effectuer le contrôle externe des exigences sans-OGM et pâturage.

"Nous ne parlons pas de lait de pâturage. Notre critère accès au pâturage met en avant les conditions de vie de l’animal, pas leur alimentation", précise Gilles Pousse. Les critères déclarés et contrôlés sont : 4 ha minimum accessibles depuis les bâtiments, plus une surface de 1,2 ha de prairie par tranche de 100 000 1 commercialisés pour le cheptel laitier (vaches et génisses). Et les éleveurs enregistrent les jours de sortie au pâturage (150 jours minimum). "Nous sommes pragmatiques. Nous voulons déjà valoriser les pratiques existantes et encourager un maximum d’éleveurs à mettre en œuvre la démarche. Cette reconnaissance a motivé les éleveurs et certains ont renforcé leur pâturage." Aujourd’hui, 94 % des exploitations répondent à ce critère. Le pâturage reste un engagement volontaire, contrairement au sans-OGM qui est obligatoire.

(1) L’association des producteurs de lait Bel Ouest représente tous les éleveurs français sous contrat avec Bel, soit plus de 800 exploitations sur 6 départements du Grand Ouest.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière