Aller au contenu principal
Font Size

« La préservation des sols est au cœur de notre système »

AGRICULTURE DE CONSERVATION. Ramener plus d’agronomie et d’autonomie, tel est le challenge relevé par le Gaec de la Huberdière.

Vincent Bossard. « Dans notre choix de système, nous avons toujours cherché à persévérer et à ne pas faire les choses à moitié. »
© E. Bignon

C’est en 2010 que le semis direct a fait son apparition sur l’exploitation. D’abord sur les céréales, puis sur la totalité des surfaces il y a trois ans. « Tout a commencé quand mon père, alors jeune retraité, s’est retiré de l’exploitation et s’est mis à la pêche, raconte, un brin amusé, Vincent Bossard. C’était au printemps, juste avant les semis de maïs. Mon père passait derrière la charrue pour trouver des vers. Il a traversé toute la parcelle pour constater que celle-ci en était pratiquement dépourvue… » Triste constat qui a conduit les associés à s’interroger et chercher comment retrouver un sol vivant. Vincent a alors suivi une formation de trois jours sur le semis direct. « Cela m’a convaincu de l’intérêt du retour à l’activité naturelle du sol et m’a conforté dans l’idée de cultiver sans gros tracteurs ni matériel démesuré. » De plus, si leur motivation première était agronomique, les associés ont aussi vu d’un bon œil la perspective de réduire le temps de travail à travers cette nouvelle stratégie.

Le Gaec a commencé par simplifier le travail du sol. « Mais dans nos terres sableuses, les dents de la herse rotative s’usaient très vite. » Finalement, après un essai de semis direct de blé réalisé avec le semoir prêté par un voisin, les associés préfèrent s’orienter vers cette voie. « Comme il n’y avait pas de matériel spécifique au sein de la Cuma et que les adhérents étaient davantage intéressés par le semis simplifié, nous avons acheté un semoir d’occasion John Deere 750A pour 20 000 euros. »

Produire du lait le moins cher possible

L’une des étapes importantes est le choix des couverts. Les éleveurs sèment 15 ha de méteil (pois, vesce, féverole), 15 ha de féverole (entièrement restituée au sol) et du trèfle violet dans l’objectif de maintenir un couvert permanent. « Le prochain défi est de réduire l’usage des phytos pour détruire les couverts. Sur féverole, nous avons réussi à nous passer de glyphosate (1,5 l/ha) cette année en la détruisant par roulage. Elle faisait pourtant 1,60 m de haut quand nous avons semé le maïs dedans. C’était impressionnant. »

Autre objectif phare du Gaec : produire du lait le moins cher possible. « Nous essayons de trouver le bon équilibre entre les prairies, le sol et l’alimentation et nous adaptons la production et l’alimentation du troupeau à ce que le système peut nous apporter. » Les 105 laitières (trois quarts de Prim’Holstein et un quart de Brunes) à 8 200 kg reçoivent une ration hivernale semi-complète constituée de maïs ensilage, méteil, foin et VL 2 l. Les éleveurs n’apportent pas de correcteur azoté ; les concentrés représentent 6,7 kg/v/j en moyenne sur l’année. Trente hectares de pâturage sont accessibles aux laitières. Le Gaec souhaite développer encore un peu les surfaces en prairies et travailler en pâturage tournant dynamique.

« L’agriculture de conservation est un vrai challenge technique, considère Vincent. C’est motivant d’essayer de pousser le système toujours plus loin pour le rendre autofertile et autosuffisant. À travers nos choix, nous avons toujours cherché à ne pas faire les choses à moitié et à persévérer. » Après de « belles gamelles les premières années », le Gaec s’estime aujourd’hui sur la bonne voie. Malgré la conjoncture difficile, il dégage du résultat. « Il y a quatre ans, nos résultats économiques étaient moins bons malgré de meilleurs prix. »

@ À SUIVRE sur lait.reussir.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière