Aller au contenu principal

« L214 a planifié un changement de civilisation »

Entretien avec Hervé Le Prince, directeur de l’agence de communication NewSens. La stratégie de communication de L214 est extrêmement sophistiquée, mais masque les véritables intentions — antispécistes — de ses dirigeants.

Hervé Le Prince a fondé l’agence de communication NewSens, basée à Rennes. Elle est spécialisée dans la stratégie de marques. La communication de crise est aussi une de ses spécialités. L’agroalimentaire breton compose une grande partie de sa clientèle. © NewSens
Hervé Le Prince a fondé l’agence de communication NewSens, basée à Rennes. Elle est spécialisée dans la stratégie de marques. La communication de crise est aussi une de ses spécialités. L’agroalimentaire breton compose une grande partie de sa clientèle.
© NewSens

Comment expliquez-vous la montée en puissance de L214 depuis 2015 ?

Hervé Le Prince - " À la différence des autres acteurs animalistes, L214 a une approche stratégique. Ils sont apparus en 2015 dans la sphère publique, mais ont fait leurs armes bien avant dans d’autres structures comme Stop gavage. Ils ont su capter des financements et ils ont eu l’intelligence d’aller chercher ce qui marchait ailleurs et surtout de se former. Ils ont certainement été briefés par leurs confrères américains de The Humane League qui existait bien avant eux et qui a créé l’Open Wing Alliance pour encourager d’autres ONG à reprendre ses actions.

Ils ont parfaitement compris comment fonctionne la communication moderne : exclusivités avec des médias nationaux, parfaite maîtrise des réseaux sociaux… Il y a aussi un petit côté « Bonnie and Clyde de l’animalisme » avec le couple [NDLR : Brigitte Gothière et Sébastien Arsac] à la tête de L214, qui séduit les journalistes. Leur démarche, leurs propos sont d’une extrême violence. Mais ils jouent sur un marketing de la " coolitude " incarné par le couple alors qu’ils imposent la terreur dans les élevages. "

Pourtant ces militants radicaux ne sont pas très nombreux à l’échelle du pays…

H. L. P. - " L’animalisme radical est une petite communauté extrêmement engagée qui fait beaucoup de bruit médiatique. Leur idée est de faire croire que ce bruit est représentatif d’un certain pourcentage de la société française, mais ce n’est pas du tout le cas. Il y a entre eux une répartition des rôles. L214 veut s’institutionnaliser pour devenir un acteur qui peut discuter avec les pouvoirs publics et peser sur la décision publique. Ils veulent faire bouger la société de l’intérieur avec une stratégie des petits pas. Le graal des abolitionnistes est de dissoudre leur idéologie dans la démocratie. L214 « sous-traite » désormais ses vidéos à DxE France, qui est l’avatar de L214 et fonctionne comme eux il y a quelques années. "

Vous dites que le buzz welfariste (amélioration de la condition animale) de L214 masque les véritables intentions…

H. L. P. - " L214 n’est pas honnête en se présentant comme une organisation welfariste alors que ses dirigeants sont des fondamentalistes antispécistes. Ils ont collaboré pendant des années aux Cahiers antispécistes : L214 est l’agence de promotion de l’antispécisme en France. Ils viennent nous dire sur les plateaux de télé qu’ils défendent la cause animale alors qu’ils ont planifié un changement de civilisation pour la France. Quand on parle de bien-être animal à la télé, on devrait avoir un expert de l’Inra ou de l’Institut de l’élevage, mais on a droit à Brigitte Gothière qui vient vous expliquer ce qu’est le bien-être animal. L214 propose un récit utopique militant appuyé sur des controverses et sur des distorsions scientifiques totalement hallucinantes. En revanche, leur président, Antoine Comiti, ne se montre pas parce qu’il dirige une entreprise qui commercialise des applications digitales pour le milieu de la santé. Beaucoup de choses sont masquées chez eux. "

Le modèle L214 s’essouffle

" L’audience de chacune des 'vidéos enquêtes' de L214 est en baisse, note Hervé Le Prince. ll y a un phénomène d’usure qu’ils compensent en multipliant les vidéos et les intrusions. Et la dynamique abolitionniste est en stagnation dans les pays anglo-saxons. "  Et de préciser : " le véganisme est un phénomène très urbain, très jeune, très CSP+ (catégories socioprofessionnelles à fort pouvoir d’achat). Dans les pays anglo-saxons, il peut concerner jusqu’à 7-8 % de la population dans les cœurs de ville. Mais, au bout d’un moment, il atteint un plateau et ne progresse plus. Ces gens-là font peur par leur idéologie. Des jeunes deviennent végans parce que c’est tendance mais arrêtent parce que ce n’est pas tenable. Une étude américaine indiquait récemment que 8 jeunes sur 10 d’une certaine tranche d’âge convertis récemment étaient en déconversion végane. Aujourd’hui, en France, la population compte environ 0,5 % de végans. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière