Aller au contenu principal

« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »

Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son témoignage lors des journées AFPF(1) en mars dernier.

Installé en zone Natura 2000, Benoit Drouin n’a pas attendu l’augmentation du coût du carburant pour chercher à faire durer ses prairies et ainsi éviter de sortir le tracteur. « Nous les avons fait vieillir au fur et à mesure que nous avons développé le pâturage, explique cet adhérent du Civam, en Gaec avec son épouse. Dans notre élevage, sur les 6 tMS que mange une vache sur l’année, seulement 1 à 1,5 tMS sont des stocks d’ensilage d’herbe, tout le reste est pâturé. »

Pour l’éleveur, l’important pour faire vieillir une prairie est de bien l’observer et de ne pas raisonner sur une seule année. « Il faut savoir lui donner une seconde chance », explique-t-il. Il faut aussi « accepter qu’elle produise un peu moins au bout de huit, dix ou quinze ans au regard du coût si on la met dans une rotation de céréales ».

« Bien observer pour les faire vieillir »

La portance des sols, lors de la mise à l’herbe, est un élément essentiel. Si la prairie est trop abîmée, c’est toute la saison qui en pâtira. L’exploitation a la chance d’avoir des sols très légers sur schistes qui permettent de sortir les vaches dès février. Trois critères sont à prendre en compte : le type d’animal, le nombre d’animaux mis au pâturage, et le temps qu’ils restent dans la parcelle. « Lorsque nous les sortons au 10 février, les vaches commencent par ne pâturer que l’après-midi. Nous ne nous interdisons pas non plus de les rentrer 48 heures en cas de fortes pluies, même si la production baisse. »

« Le meilleur outil pour mesurer le piétinement, c’est la vache », affirme Benoit Drouin, fort de son expérience accumulée au fil des saisons. Son repère visuel pour estimer qu’un piétinement est « limite » ? Un sol défoncé à plus de 6 ou 7 cm. « Quand 20 à 30 % de la prairie comporte des trous de 6 ou 7 cm, c'est que l’on est allé un peu loin. Par contre, si toute la prairie est marquée à 3 ou 4 cm, ce n’est pas un problème. »

« Une forte capacité de récupération »

Si la mise à l’herbe suit une année de sécheresse, il convient d’être particulièrement vigilant. « Une prairie met beaucoup plus de temps à récupérer avec des stress répétés », observe le producteur laitier. Mais elle a une forte capacité de récupération après un stress important. Benoit Drouin a pu le constater en 2003 et 2011 : « Les prairies ont été vraiment grillées, je pensais qu’elles ne repartiraient pas. Mais plus elles sont stressées, plus elles repartent vite à la première goutte d’eau. La prairie a la faculté de s’adapter à ce que le climat lui impose : nous devons en tenir compte dans nos pratiques. » Après la canicule de 2020 par exemple, le pâturage d’automne a été exceptionnel. Les vaches sont en pâturage tournant avec fil avant dans des paddocks prédécoupés. La clôture est déplacée deux fois par jour à chaque traite.

Depuis quelques années, le changement climatique a amené Benoît à changer ses pratiques. Avec l’accentuation du trou fourrager l’été, il fait des stocks d’herbe sur pied. « Je fais monter à graines certaines parcelles en sautant un tour de pâturage, puis je remets les vaches dessus, fin juillet par exemple s’il n’a pas plu en juin. » Les hivers durent aussi de moins en moins longtemps. Sur les dix dernières années, les vaches sont rentrées trois fois après le premier janvier, constate-t-il. La pousse de l’herbe démarrant beaucoup plus tôt, elles sortent aussi plus tôt. L’éleveur reste pour le moment très attaché à un repos hivernal d’un mois et demi, mais sa suppression est en discussion. « Nous allons la tester. Je ne veux pas prendre le risque de louper une saison de pâturage. »

(1) Association francophone pour les prairies et les fourrages.

Les atouts des vieilles prairies

]]> Diversité d’espèces.

]]> Richesse en micronutriments liée à la proportion élevée de dicotylédones.

]]> Souplesse d’utilisation.

]]> Prévention de l’érosion, bonne rétention d’eau liée au développement racinaire.

]]> Intérêt pour la pollinisation.

]]> Fort capital carbone.

Source : Journées AFPF 2022

Chiffres clés

Le Gaec de la Pie :

80 vaches vêlant toute l’année
85 ha de prairies et 22 km de haies
volailles de Loué avec des parcours
50 ha de cultures assolées
400 000 l de lait dont 100 000 l transformés
4,5 UMO
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
Intensif et très autonome, c’est possible
Intensif et très autonome, c’est possible
Comment viser l’autonomie protéique tout en conciliant une productivité par vache élevée ? Retrouvez dans ce dossier des élevages…
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Ce printemps, le prix du lait bio moyen tourne autour de 400 € les mille litres, comme le prix du lait conventionnel. Avec…
Prairie de 12 ans en janvier 2022.
« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »
Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son…
Mathilde Tirole et Julien Maire avec leur cédant, Christian Jeannerot. « Même si nous ne sommes pas complètement autonomes, la citerne permet une belle économie sur la facture d’eau. »
« Nous récupérons l’eau des toitures pour l’abreuvement »
Le Gaec des Fermes voisines, dans le Doubs, dispose d’une citerne de récupération d’eau de pluie en béton pour alimenter les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière