Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chez Philippe Vanneste, dans l'Yonne
"Heureusement que j’ai anticipé mes stocks fourragers" 

« Notre région a été particulièrement touchée par la sécheresse l’été dernier. Sur une partie de l’exploitation, on n’a pas eu une seule goutte d’eau entre juillet et octobre. Ça devient vraiment compliqué pour les cultures de printemps. Le maïs est l’un des piliers de notre système intensif économe ; il représente la moitié de la surface fourragère. Les bonnes années, on sort 10 à 12 tMS/ha sur nos limons à silex mais, depuis quelques années, ses rendements deviennent assez aléatoires. Malheureusement, je pense qu’il va falloir s’y habituer… Sur la dernière campagne, on n’a récolté que 5 tMS/ha. Et encore, parce que nous avons eu la chance d’avoir un orage (100 mm en 2 heures) sur certaines parcelles plus éloignées. Il y a trois ans, les rendements avaient plafonné à 4 tMS/ha, j’ai dû acheter du maïs sur pied pour la première fois de ma carrière. La facture avait été salée (15 000 €).

Pour ne plus me retrouver dans cette situation, je sème du méteil à base de triticale, avoine, vesce, pois et féverole, entre le blé et le maïs. Je réserve désormais le maïs ensilage uniquement aux laitières et les génisses reçoivent une ration 100 % méteil (0,68 UF/kg MS et 14,7 % MAT). Comme pour l'instant il va aux élèves, je privilégie le volume à la valeur.

Le maïs ne suffit plus pour sécuriser les stocks fourragers. Je préfère miser davantage sur les récoltes de printemps car je suis sûr de faire du rendement : 4-5 tMS/ha en ensilage d'herbe et 7-8 tMS/ha en méteil. D’ailleurs, cette année, je vais encore augmenter la surface en méteil pour passer à 15 hectares. À terme, les vaches en auront aussi. L'ensilage d'herbe et le méteil représenteront la moitié de leur régime.

Finalement, cet hiver je m’en suis bien sorti. Les vaches ont bien produit. Elles ont reçu deux tiers de maïs ensilage, un tiers d’ensilage d’herbe, 5 kg de tourteau de colza et 1,5 kg de maïs grain humide. Mi-mars, il me restait encore un tiers du silo de maïs. Ça devrait aller. Avec un peu de chance, j’espère pouvoir passer les vaches en pâturage intégral au printemps (30 ares/VL). »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Piloter l’alimentation des vaches avec les acides gras du lait
En Auvergne - Rhône - Alpes, les teneurs en acides gras du lait de tank sont mis à disposition des éleveurs. Ces nouveaux…
Vignette
« Sur notre élevage laitier, nous misons sur la gestion de la repro »
Au Gaec du Bois de Bousies dans le Nord. Détection pointue des chaleurs, suivi Repro, santé des veaux… sont des cartes maîtresses…
Vignette
Améliorer les performances de repro avec Reproscope

L’observatoire de la reproduction des bovins en France propose un nouvel outil web 

Vignette
« Nous concilions vêlages précoces et groupés »
À l’EARL Duvernoy, en Haute-Saône, les génisses montbéliardes vêlent à 25 mois depuis une trentaine d'années. Les vêlages sont…
Vignette
« Nous avons un responsable pour l’atelier génisses »
Au Gaec Lacour, en Ille-et-Vilaine, Ronald Cherbonnel gère l’élevage des génisses. Prim’Holstein, Montbéliardes ou Normandes,…
Vignette
« Nos Normandes vêlent à 27 mois depuis plus de vingt ans »
À l’EARL Tessier, en Eure-et-Loir, malgré quelques décalages volontaires, chaque année une cinquantaine de génisses vêlent autour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière