Aller au contenu principal

« Face à la salmonelle, nous vaccinons »

Au Gaec des corbassières, en Haute-Savoie, un cas de salmonelle a contraint de mettre à la poubelle douze jours de fabrication fromagère.

« Heureusement que le vétérinaire, venu ce matin-là pour réaliser des échographies, s’est penché sur une de nos génisses qui avait avorté et procédé à un prélèvement pour tester la brucellose et la salmonelle. Sinon, ce n’est pas douze jours de fabrication de reblochon que nous aurions dû jeter, mais bien plus ! », se souvient Yvan Donzel-Gonnet, un des associés du Gaec des corbassières, en Haute-Savoie.

Plus prudent face à un avortement

La rapidité de détection et de réaction est primordiale, surtout en transformation à la ferme du lait cru. « Aujourd’hui, s’il y a un avortement, nous sommes plus vigilants et n’hésitons pas à demander conseil à notre vétérinaire. »

L’élevage a également mis en place des mesures de biosécurité. Toutes les vaches et les génisses de deux ans et demi sont vaccinées chaque année contre la salmonelle. Il faut compter cinq euros la dose environ. L’hygiène a été renforcée, notamment pour l’eau d’abreuvement. « Nous nettoyons régulièrement les bacs d’eau en extérieur et nous mettons une pastille de javel deux à trois heures avant que les vaches arrivent dans une prairie. En salle de traite, le pré-trempage et la paille de bois sont vraiment individuels ; avant, nous changions toutes les deux vaches. Nous nettoyons davantage les installations, faisons plus d’autocontrôles en fromagerie. »

Bien isoler l’animal suspect

La contamination à la salmonelle s’est déroulée en 2018, dans un paddock à 7 km du site. La génisse contaminée y était depuis deux mois avec sept autres consœurs qui, elles, n’ont pas été touchées.

« Nous avons ramené la génisse qui avait avorté dans le bâtiment des vaches pour la soigner. Nous l’avons mise dans une logette un peu à l’écart, mais ce n’est pas du tout suffisant. Même si nous avions un box infirmerie au bout du bâtiment, je ne suis pas sûr que ça suffise à éviter la contamination du milieu. Il faudrait un vrai mur de séparation. »

Les éleveurs supposent que cette génisse a été en contact avec une zone souillée par la faune sauvage ou un cadavre. Et la contamination des fromages ? « En un jour, toute la stabulation, la laiterie et la fromagerie (juste attenantes à la stabulation) étaient contaminées. Nous trayons en stabulation entravée, la bactérie a dû passer par le lactoduc. »

La stabulation, le lactoduc, la laiterie et la fromagerie ont été nettoyés et désinfectées. Les autres animaux n’ont pas été malades. Les analyses faites par la suite sont vite redevenues négatives.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière