Aller au contenu principal

Électricité : « 1 500 euros économisés par an sur notre élevage grâce au prérefroidisseur »

À la SCEA Piraudais, en Loire-Atlantique, le prérefroidisseur a permis de réduire la facture d’électricité globale de l’élevage de 14 %.

éleveur devant le tableau de pilotage de son prérefroidisseur
Pierre Piton, éleveur. « Le tank tourne beaucoup moins depuis que nous avons installé le prérefroidisseur. Désormais, nous ne l’entendons quasiment plus ! »
© SCEA Piraudais

« Depuis l’installation du prérefroidisseur, nous sommes passés d’une consommation électrique moyenne de 62,7 à 52,8 kWh/1 000 l de lait, soit une réduction de 10 kWh de la consommation électrique totale de l’exploitation ramenée aux 1 000 litres », témoigne Pierre Piton, installé à Moisdon-la-Rivière sur un élevage livrant 750 000 litres de lait avec un robot de traite.

En tablant sur une production mensuelle moyenne de 62 500 l, cela génère une économie de 125 € par mois, soit 1 500 € sur l’année. Un chiffre qui se révèle conforme à l’étude prévisionnelle qu’a réalisée l’entreprise Charriau, spécialiste des prérefroidisseurs en amont de l’achat.

« L’effet a été net dès le premier mois après l’installation du matériel, poursuit l’éleveur. Nous avons produit plus de 20 % de lait supplémentaire (+ 12 161 litres) par rapport au mois précédent, et pour autant la consommation électrique totale relevée sur le compteur Linky est quasiment restée inchangée. »

Un retour sur investissement de 5 ans, hors subventions

Pierre Piton a fait le choix d’un prérefroidisseur tubulaire « pas forcément le moins cher du marché, mais celui qui m’a semblé le plus performant au regard des essais indépendants réalisés(1) ».

Autre particularité du modèle qui a intéressé l’éleveur, « le refroidissement continu était le plus simple à mettre en œuvre chez moi, toute l’eau utilisée passe forcément par le prérefroidisseur, ce qui améliore le rendement ». L’eau tiédie est valorisée pour l’abreuvement dans des abreuvoirs à niveau constant mais aussi pour le rinçage du circuit du robot et le nettoyage extérieur. Un modèle linéaire plutôt qu’en spirales a été retenu pour faciliter l’installation dans le grenier plutôt que dans la laiterie peu spacieuse. Il sera aussi plus facile à faire évoluer si l’élevage passe un jour à deux stalles.

« L’investissement, d’un coût de 7 100 euros pose incluse, s’amortira en cinq ans », précise l’éleveur. Voire moins en comptant les subventions. « Via la laiterie (Terrena), je perçois 7 €/1 000 l sur cinq ans dans le cadre d’un Cap2ER de niveau 3 qui comporte, entre autres, un engagement à réduire la consommation électrique. » D’autre part, l’éleveur va toucher 400 € au titre des certificats d’économie d’énergie. « Le dossier a été assez fastidieux à monter mais cela vaut le coup. »

 

Testez votre prérefroidisseur

Pour vérifier l’efficacité d’un prérefroidisseur, il suffit de mesurer la température de l’eau qui entre dedans (mesurée à la sortie du robinet) et de la comparer à celle du lait que vous venez de traire. Faites cette opération à la fin de la première traite qui suit le passage du laitier, sans avoir allumé le tank pendant la traite. L’écart doit être compris entre 5 et 10 °C. Moins il est élevé, meilleure est la performance.

Avis d’expert : Jean-François Julliot de l’entreprise Charriau

« Attention au sous-dimensionnement du prérefroidisseur »

 

 
Jean-François Julliot de l'entreprise Charriau
Jean-François Julliot de l'entreprise Charriau © E. Bignon

« Un prérefroidisseur n’est pas un simple accessoire mais un vrai outil à calibrer. Un dimensionnement adapté conditionne son efficacité et donc son intérêt économique. Un équipement sous-dimensionné ne peut pas « avaler » le débit de traite. Avec un robot, il faut s’appuyer sur le volume de la traite moyenne (12-13 l). En salle de traite, il faut appréhender la vitesse de traite (nombre de trayeurs, séquençage de la traite, nombre de vaches branchées en simultané, etc.). Le volume de la chambre de réception et le diamètre de sortie de la canne à lait entrent aussi en ligne de compte. Le débit d’arrivée d’eau, souvent limitant pour un usage optimal du prérefroidisseur, impacte également le choix du matériel. Attention, si le débit de lait a évolué suite à un agrandissement, à l’amélioration de la productivité animale ou autre, il n’est pas sûr que le prérefroidisseur fonctionne encore de façon optimale. »

Repère

En été, les performances du prérefroidisseur sont moins bonnes qu’en hiver. À Derval, en traite robotisée, la consommation électrique du tank a baissé de 61 % en février (avec une eau du réseau à 7,4 °C) et de 27 % en septembre (eau à 20,6 °C).

 

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière