Aller au contenu principal

Des index plus personnalisés grâce aux bactéries

Christophe Audebert, Gènes Diffusion. « L’analyse du microbiote permettra d’ici deux à trois ans de moduler les index production des taureaux Holstein en fonction de la typologie des élevages. »
© S. Tricart/Gènes Diffusion

Gènes Diffusion compte sur l’analyse du microbiote (essentiellement des bactéries) récupéré dans les bouses des vaches, pour moduler la valeur des index de production (lait, taux, cellules) des taureaux. Ce projet ambitieux s’appuie sur le fait que même avec des index fiables, l’impact d’un taureau sur sa descendance varie en fonction de l’environnement propre à chaque élevage (alimentation, stress thermique…). Par exemple, les filles d’un taureau indexé à + 800 kg en lait auront en moyenne un potentiel génétique amélioré de + 400 kg par rapport à celles d’un taureau indexé à 0 kg. Mais, dans certains élevages le progrès en lait sera beaucoup plus marqué alors que dans d’autres il sera plutôt décevant. « Le progrès génétique dépend du patrimoine génétique, de l’environnement et de l’interaction entre les deux. L’impact de l’environnement est plutôt bien connu. En revanche, il est plus difficile d’évaluer avec précision l’impact de l’interaction entre le patrimoine génétique et l’environnement », explique Christophe Audebert, le responsable scientifique de Gènes Diffusion. Les premières applications sont attendues d’ici deux à trois ans. Elles concerneront dans un premier temps les taureaux de race Holstein. Les conditions environnementales variant d’une année sur l’autre, les analyses des microbiotes devront être partiellement renouvelées tous les ans pour réajuster si nécessaire les modulations des index.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière