Aller au contenu principal
Font Size

Des index plus personnalisés grâce aux bactéries

Christophe Audebert, Gènes Diffusion. « L’analyse du microbiote permettra d’ici deux à trois ans de moduler les index production des taureaux Holstein en fonction de la typologie des élevages. »
© S. Tricart/Gènes Diffusion

Gènes Diffusion compte sur l’analyse du microbiote (essentiellement des bactéries) récupéré dans les bouses des vaches, pour moduler la valeur des index de production (lait, taux, cellules) des taureaux. Ce projet ambitieux s’appuie sur le fait que même avec des index fiables, l’impact d’un taureau sur sa descendance varie en fonction de l’environnement propre à chaque élevage (alimentation, stress thermique…). Par exemple, les filles d’un taureau indexé à + 800 kg en lait auront en moyenne un potentiel génétique amélioré de + 400 kg par rapport à celles d’un taureau indexé à 0 kg. Mais, dans certains élevages le progrès en lait sera beaucoup plus marqué alors que dans d’autres il sera plutôt décevant. « Le progrès génétique dépend du patrimoine génétique, de l’environnement et de l’interaction entre les deux. L’impact de l’environnement est plutôt bien connu. En revanche, il est plus difficile d’évaluer avec précision l’impact de l’interaction entre le patrimoine génétique et l’environnement », explique Christophe Audebert, le responsable scientifique de Gènes Diffusion. Les premières applications sont attendues d’ici deux à trois ans. Elles concerneront dans un premier temps les taureaux de race Holstein. Les conditions environnementales variant d’une année sur l’autre, les analyses des microbiotes devront être partiellement renouvelées tous les ans pour réajuster si nécessaire les modulations des index.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière