Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] Quatre leviers pour baisser les livraisons de lait de ce printemps

Dans le contexte du coronavirus, l'Institut de l'élevage rappelle quatre leviers qui permettent de répondre à l'appel d'écrêter le pic des livraisons de lait sur avril et peut-être mai. Tout en restant en capacité d'augmenter les livraisons dès le confinement levé.

vaches laitières au cornadis
La réduction du concentré de production et éventuellement ensuite du correcteur azoté sont des leviers efficaces et rapides.
© C. Pruilh - Archives

L'Institut de l'élevage a édité sur son site internet un dossier récapitulant toutes les fiches qui permettront d'aider à réduire les livraisons de lait sur un à deux mois, tout en restant en capacité de reprendre un rythme normal dès les mesures de confinement levées. "Ces leviers, s'ils sont bien adaptés à la situation de l'exploitation et qu'ils sont bien maîtrisés techniquement, conduisent à une légère perte économique", estime Benoît Rouillé, de l'Institut de l'élevage.

 

1 - Distribuer du lait entier aux veaux au lieu de la poudre de lait

Ce premier levier joue sur les volumes livrés et pas sur la production de lait. Il a donc l'avantage de ne pas du tout perturber les vaches. Il ne représente pas de gros volumes, mais ce sera toujours ça de pris : environ 350 à 400  litres par femelle pour 9 semaines de buvée (hors colostrum). 

On pourra passer au lait entier pour des veaux déjà démarrés à la poudre, en réalisant une phase de transition. L'Institut de l'élevage rappelle les recommandations pour réussir une alimentation au lait entier : volume, mesures d'hygiène, température de buvée...

2 - Avancer le tarissement

Ce levier a l'avantage de faire diminuer la production laitière sans que cela pénalise les futures lactations. La durée moyenne de la période sèche est de 63 jours actuellement. Un allongement de 30 jours peut être envisagée. Sur une vache qui produit 18 kg de lait par jour, c’est environ 540 litres de moins sur un mois, soit 2 700 litres de moins à livrer pour 5 vaches taries avec un mois d’avance.

Par contre, au printemps, le nombre d'animaux concernés est souvent limité : vaches à plus de six mois de gestation et dont la production est inférieure à 20 kg lait/j.

Lire aussi :
Prévenir la cétose pendant le tarissement

Cette pratique exige en outre une bonne maîtrise de la technique de tarissement et de la gestion de la période sèche afin d’éviter les risques d’infections mammaires au cours de cette phase et de la lactation suivante, et les maladies métaboliques en début de lactation liées à un sur-engraissement.

3 - Réduire les concentrés

Pour limiter l'impact sur le redémarrage de la production laitière, il convient d'abord de réduire le concentré de production : -0,8 litre de lait produit par kg de concentré de production économisé en moyenne. Ce levier peut être neutre économiquement si le concentré de production était distribué en excès habituellement.

Puis, avec le démarrage du pâturage et l'augmentation de la part d'herbe pâturée dans la ration, on ajuste les fourrages complémentaires à l'herbe pâturable disponible, ce qui permet de réduire le correcteur azoté. On peut le supprimer dès qu'on atteint une 1/2 ration de pâturage. 

"Pour des vaches à 25 kg lait/j, la baisse de production laitière peut atteindre entre -5 et -10%", ajoute Benoît Rouillé, de l'Institut de l'élevage. 

"Ce levier est plus délicat à mettre en oeuvre avec des vaches hautes productrices. Cela peut déstabiliser leur métabolisme. Et il n'est pas sûr qu'elles puissent remonter à leur niveau d'avant. Dans les élevages avec des vaches à plus de 30 kg de lait, ne plus traire le dimanche soir s'envisage davantage que la réduction des concentrés."

Les systèmes qui ont le plus de marge de manoeuvre avec ce levier sont ceux les systèmes mixtes "Herbe - Maïs". "Les éleveurs peuvent chercher au maximum l'herbe, d'une part parce que les stocks ne sont pas suffisants partout, d'autre part pour réduire voire arrêter le correcteur azoté. Habituellement, on l'arrête quand on a moins de 5 kg d'ensilage de maïs dans la ration. Là, avec un objectif de réduction de la production, on peut l'arrêter dès qu'on tombe à 7 - 8 kg d'ensilage de maïs", développe Benoît Rouillé.

4 - Supprimer la traite du dimanche soir voire passer en monotraite

Supprimer une traite par semaine est envisageable dans tous les systèmes alimentaires, même avec des vaches hautes productrices. L'impact est modéré sur la baisse de production (-5%), mais toute baisse est bonne à prendre en ces temps difficiles. Il est conseillé d’adapter les horaires de traite : plus tard le dimanche matin (vers 10h), plus tôt que d’habitude le lundi matin. « Et il ne faut pas aller voir les vaches le dimanche soir, sinon elles réclament la traite ; c’est stressant pour elles et pour l’éleveur. »

Lire aussi
Attention à ne pas trop réduire le concentré des vaches en monotraite temporaire

Passer à une traite par jour est un levier très efficace : - 25% de production laitière. Mais lors du retour à deux traites, il subsiste une perte de lait inférieure à 1,5 kg de lait/jour. Par ailleurs, ce levier n’est envisageable qu'avec des régimes peu « engraissants » et à très faible coût alimentaire car les vaches mangent autant, produisent moins, donc le coût alimentaire par litre s’accroît. La monotraite doit s’accompagner d’une suppression complète des concentrés de production et convient davantage à des systèmes très pâturants avec peu de concentré. Ce levier peut faire d'une pierre deux coups si l'objectif est aussi de soulager l'astreinte de traite et de se libérer du temps.

 

Lire aussi
La transformation laitière bouleversée par le Covid-19
Le Cniel propose un fonds collectif à la réduction de la production laitière

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière