Aller au contenu principal

Covid 19 : «La vente à la ferme de nos produits laitiers compense les cantines, mais avec beaucoup plus de travail"

Au Gaec de Rublé en Loire-Atlantique, la fermeture des écoles suite à la crise du coronavirus et donc des cantines a été un coup dur, heureusement compensé par l’arrivée de nouveaux particuliers.

Suite à la crise du coronavirus, la vente au magasin a augmenté et le site a dû être réorganisé.
© V. Bargain

«Du jour au lendemain, nous avons dû compenser la perte de six cantines et de deux marchés» expliquent les quatre associés du Gaec. Au Gaec de Rublé (80-90 vaches laitières, 40 vaches allaitantes, 220 ha de SAU, le tout en Agriculture Biologique), deux tiers des 450 000 litres de lait produits sont collectés par la laiterie Saint-Père, un tiers transformé en lait cru, yaourts, fromage blanc, fromage frais, fromage, beurre et crème. Les produits transformés sont vendus à la ferme, sur deux marchés, un chaque mercredi et un autre un samedi sur deux, et livrés à six cantines et quatre Amap.

«Malgré le confinement, la collecte a continué normalement, avec quelques règles d'hygiène et sécurité supplémentaires, précisent les éleveurs. Mais les deux marchés ont été fermés, avant de rouvrir l’un après l’autre. La livraison aux Amap a également continué, mais avec des conditions de livraison modifiées. Et la fermeture des écoles a entraîné la perte de nos débouchés dans les cantines.»

Trois personnes au magasin au lieu d’une

Le Gaec a donc dû se réorganiser rapidement. «Pour les Amap, nous sommes maintenant obligés de tout conditionner à la ferme, tout le lait en bouteilles, les fromages blancs en pots individuels..., alors qu’auparavant, chaque Amap assurait la répartition. Et chaque amapien vient retirer sa commande sur le lieu de distribution selon un planning précis, afin qu'ils ne se croisent pas.» La vente au magasin a augmenté et le site a dû être réorganisé. Le local disposant de deux portes d’entrée, un sens de circulation a pu être établi. Les clients attendent dehors et n’entrent que par trois dans le magasin.

«L’augmentation des ventes au magasin compense la perte des cantines, mais cela représente beaucoup plus de travail que de livrer les cantines. D’autant plus que, pour respecter les règles d'hygiène et de sécurité, nous devons être constamment trois au magasin, alors que normalement, une seule personne suffit à la vente.» La crise pourrait toutefois avoir aussi des conséquences positives. «Nous n’allons sans doute pas garder tous nos nouveaux clients, mais certains vont peut-être prendre conscience qu’il est important de mieux manger.»

A lire aussi: Vente directe: "nos clients nous soutiennent"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière