Aller au contenu principal

Cinq points clés pour réussir ses dérobées estivales

Implantées avant céréales d’hiver, les dérobées estivales apportent une ressource fourragère supplémentaire de bonne valeur alimentaire. Elles permettent d’allonger la saison de pâturage sur la fin de l’été-automne ou de conforter les stocks fourragers. L’objectif est de produire le maximum de biomasse dans le minimum de temps, en moins de 100 jours.

Le colza fourrager pâturé a le coût de revient le moins élevé à la tonne de matière sèche. © F. Mechekour
Le colza fourrager pâturé a le coût de revient le moins élevé à la tonne de matière sèche.
© F. Mechekour

1-Une date d’implantation précoce

La date d’implantation des dérobées est très importante. « Il faut viser une date précoce au plus près de la récolte du précédent pour améliorer les chances de réussite », conseille Didier Deleau, ingénieur régional fourrages d’Arvalis. La dérobée va bénéficier d’une relative fraîcheur du lit de semences et d’opportunité de pluie (15-20 mm) même si cela reste aléatoire.

Les légumineuses ont un fort besoin de lumière : elles doivent être semées le plus tôt possible d’autant plus que les graines sont petites. Les trèfles doivent l’être avant la mi-août en zone nord ; la lentille, la vesce, la féverole, le pois ont une bonne vigueur au départ et peuvent être semés jusque fin août-début septembre. Les graminées et crucifères permettent plus de souplesse. Par contre le sorgho multicoupe et le moha doivent être implantés au plus tard fin juillet.

Si les crucifères germent rapidement et sont peu sensibles aux fortes chaleurs, à l’inverse les légumineuses sont lentes à germer et sensibles aux fortes chaleurs. Les graminées ont un comportement intermédiaire et sont les moins sensibles aux conditions sèches.

 

 

 

2-Un passage de rouleau indispensable

L’implantation est une étape décisive car la plupart des dérobées sont des petites graines. Le non-labour est à privilégier sauf s’il y a un risque de rémanence d’herbicides utilisés sur céréales (notamment de sulfonylurées) : le travail superficiel, voire un semis direct, permet d’éviter le dessèchement du sol. Il est conseillé d’exporter la paille ou de la broyer finement et de l’étaler le plus possible.

La profondeur de semis est à adapter à la taille des graines. « La profondeur de semis ne doit pas dépasser 1 cm pour les crucifères, graminées, trèfles… : à plus de 2 cm, la perte à la levée est de 50 à 80 % », souligne Didier Deleau. Pour les plus grosses graines de céréales, vesce, lentille… 2 à 3 cm. Un élément de rappuyage sur semoir ou un passage de rouleau est indispensable à cette saison.

Pour la fertilisation, la réglementation diffère d’une région à l’autre (directive nitrate, arrêté Gren). Si l’apport d’azote est autorisé, 50 unités au semis suffisent. Attention aux exportations de potasse qui peuvent être importantes en cas de récolte, il faut en tenir compte lors des cultures suivantes. Le désherbage n’est pas utile, le salissement et la montée à graines étant maîtrisés par l’exploitation du couvert.

3-Tenir compte de la rotation

Le choix des espèces se fait en fonction de la période d’utilisation, dès l’été ou à l’automne. Il dépend du mode de valorisation : pâturage, affouragement en vert, ensilage ou enrubannage. Le choix d’une crucifère nécessite par exemple du pâturage du fait de sa faible teneur en matière sèche ; d’autres critères entrent enjeu comme la portance de la parcelle, son accessibilité…

Il doit tenir compte de la place de la dérobée dans la rotation et du type de rotation : il faut à tout prix éviter les graminées dans une rotation avec plus de 50 % de céréales (risque de piétin), les crucifères dans une rotation avec du colza (hernie du colza), les lentilles ou le pois dans une rotation avec protéagineux. Le coût des semences est aussi un critère de choix avec une fourchette qui va de 20 €/ha pour des crucifères à 80-100 €/ha voire plus pour des associations avec légumineuses.

4-De meilleurs rendements avec les associations

Le niveau de rendement est très variable. Dans un essai mené dans l’Ouest sur une dizaine de dérobées, avec un semis au 20 août en conditions très favorables récolté 75 jours plus tard, le rendement moyen s’élève à 3,5 tMS/ha. Il est excellent (5 tMS/ha) pour les graminées estivales (millet perlé et moha), d’un bon niveau pour les crucifères

Sur une synthèse de 23 essais menés dans 9 lieux sur une période de 11 ans, la moyenne de rendement est plus faible de 1,5 tMS/ha. Là encore, le rendement est très correct pour les crucifères (2 à 3 tMS), mais beaucoup plus faible pour les graminées, notamment le seigle. Celui des légumineuses cultivées en pur est moyen : le pois fourrager, la féverole, le trèfle incarnat et le trèfle de perse s’en tirent mieux que la vesce commune de printemps et le trèfle d’Alexandrie qui ont des résultats décevants.

Enfin, dans une synthèse d’essais menés pendant 12 ans par la chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle (270 situations), près de 20 % des espèces ont un rendement inférieur à 1,5 tMS, essentiellement des espèces en culture pure. Seules les crucifères et les mélanges graminées-légumineuses (avoine-pois-tournesol, avoine féverole-tournesol, féverole-lentille-avoine) atteignent les 2 tMS/ha qui correspondent au seuil de rentabilité.

5-Récolter avant le stade épiaison-floraison

Les valeurs alimentaires sont aussi très variables selon les espèces et les dates de récolte, comme le montre une synthèse réalisée sur une vingtaine de dérobées. Les valeurs UF-MAT diminuent avec l’avancée du stade de végétation, avec des écarts particulièrement marqués entre le stade feuillu et le stade épiaison/floraison pour des plantes comme la phacélie ou le sarrazin ; les légumineuses ont des valeurs plus stables. À noter que le moha et le millet ont une faible valeur de MAT, tandis que les crucifères avant floraison ont un bon équilibre UF-MAT. « Des associations RGI-colza, RGI-trèfle incarnat vont fournir des fourrages de très bonne qualité », en conclut Didier Deleau.

Avec des fourrages jeunes, très fermentescibles, des précautions sont nécessaires. Le risque acidogène potentiel est plus important avec du RGI ou du colza fourrager, d’après un essai mené par Arvalis : un rationnement à 3-4 kg MS/VL/j est nécessaire.

Coût d’implantation des différents types de dérobées

 

 

 

En savoir plus

En accès libre sur le site www.arvalis-infos.fr :

° l’outil Choix des couverts, qui vous guide parmi 125 références et permet d’intégrer jusqu’à dix critères simultanés ;

° les fiches synthétiques Couverts.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière