Aller au contenu principal

[Changement climatique] L’autonomie fourragère mise à mal en Normandie

Les hausses des températures et de l’ETP et les modifications de la répartition des pluies et des périodes de gel constatées dans l’Orne perturbent la production de maïs et d’herbe. Des solutions existent, mais il va falloir s’adapter.

La saisonnalité de la production de l’herbe va fortement changer avec beaucoup moins d’herbe en été et plus d’herbe à l’automne et éventuellement en sortie d’hiver.
© F. Mechekour

« Le climat de plus en plus aléatoire impacte les cultures fourragères. Les systèmes sont de plus en plus tendus en termes d’autonomie fourragère », a expliqué Émilie Turmeau, lors de l’assemblée générale d'Elvup, l’entreprise de conseil en élevage de l’Orne le 25 juin dernier. La référente pâturage d’Elvup se base sur les résultats d’une enquête réalisée dans 80 élevages représentatifs de la ferme ornaise.

Dans ces élevages, les rendements moyens atteignent à peine 13 t de MS/ha pour l’ensilage de maïs et moins de 7 t de MS/ha pour les prairies. « Ces rendements sont nettement inférieurs aux rendements potentiels attendus. Aujourd’hui, ces rendements pénalisent vraiment l’intérêt des prairies. » La forte variabilité des rendements au sein d’un même secteur géographique (bocage, plaine…) montre que la perte d’autonomie résulte de la combinaison de problèmes de techniques culturales et de l’impact négatif des aléas climatiques. Il y a par conséquent des marges de progrès possibles.

Des changements favorables au maïs et la luzerne

Dans son intervention, Xavier Goutte, de la Chambre d’agriculture, a dressé un constat plutôt alarmant. Selon les données météorologiques, en 2020, nous sommes déjà dans les prévisions hautes du réchauffement climatique.  A cela s’ajoute des incertitudes sur la répartition annuelle des pluies et des périodes de gel (plus tardives voire inexistantes).

 « La révolution en cours, c’est le boom considérable de l’évapotranspiration potentielle (ETP). La quantité d’eau évaporée va doubler durant les six mois de la période estivale en soixante ans. » Il faudra semer plus tôt le maïs avant que l’ETP assèche les sols dès le mois d’avril. Le choix des variétés devra donc évoluer. « Nous allons aller vers du maïs denté.» Globalement, le changement climatique « fait exploser le potentiel du maïs dans notre département lors des années favorables et sur les terres les plus favorables », a poursuivi Xavier Goutte. La luzerne sera également certainement la grande gagnante du changement climatique.

Arrivée probable de la sésamie en 2025

L'agronome propose d'explorer une autre piste pour améliorer l'autonomie fourragère. « Les moissons d’orge et de blé seront de plus en plus précoces. Cela laisse la porte ouverte à un espace-temps qui est de début juillet-mi juillet à l’entrée de l’automne pour faire pousser des RGI, qui peuvent s’en sortir certaines années et surtout par exemple des trèfles incarnat et d’Alexandrie qui peuvent faire 4 t de MS/ha s’ils sont semés début juillet. »

 Les ravageurs vont également jouer les troubles fête. « La pyrale se généralise dans notre département et une autre plaie va arriver : la sésamie a fait son entrée dans le sud de la Mayenne et de la Sarthe. » Elle pourrait faire son apparition dans le sud de l’Orne en 2025.

Lire aussi :  Dossier, S'adapter au dérèglement climatique

Lire aussi : Quand l’offre climatique influence l’offre fourragère

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière