Aller au contenu principal

Céréales, engrais, semences : quelles conséquences de la guerre en Ukraine pour les élevages laitiers ?

La guerre en Ukraine ne sera pas sans conséquences pour les élevages laitiers déjà bien bousculés par la hausse des charges.

La guerre en Ukraine menace les approvisionnements d'intrants.
La guerre en Ukraine menace les approvisionnements d'intrants.
© Artem_Apukhtin

À l’occasion de l’inauguration du Salon de l’Agriculture, sur fond de guerre en Ukraine, Emmanuel Macron a prévenu : « Ce que nous sommes en train de vivre ne sera pas sans conséquences sur le monde agricole et les filières qui sont les vôtres ». La filière laitière devrait être un peu plus préservée que d’autres en termes de marché et d’export. L’aide humanitaire pourrait même marginalement tirer la demande. Mais la déstabilisation des marchés de céréales et des difficultés d’approvisionnement en intrants sont à anticiper.

Arbitrer entre céréales et lait

Première conséquence particulièrement visible depuis le début de la guerre en Ukraine : les marchés mondiaux céréaliers sont extrêmement déstabilisés. Les cours des céréales s’envolent. En cause : la part massive de l’Ukraine dans les échanges internationaux et dans les importations européennes (le quart des céréales dont la moitié rien que pour le maïs). Sur les marchés physiques hexagonaux, les prix du blé tendre (306€/t), de l’orge fourragère (300€/t) et du maïs (282€/t) ont bondi, gagnant entre 21 €/t et 23 €/t sur la seule journée du lundi 28 février, illustre la Dépêche.

Dans le secteur de polyculture élevage, la question de vendre sa production céréalière plutôt que de l’autoconsommer pour les vaches peut se poser. « D’autant que la viande bovine issue du troupeau laitier se vend plutôt bien en ce moment », explique Thierry Roquefeuil, président de la FNPL.

Menaces sur les approvisionnements d’intrants

Autre conséquence : l’augmentation des coûts de l’énergie mais aussi des intrants qui présentaient déjà sur une tendance fortement haussière en 2021. « Nous ne savons pas où cela va nous mener. La hausse des charges risque de s’amplifier », déplore Ghislain de Viron, premier vice-président du syndicat. « Au-delà du prix, la question de l’accès va finir par se poser », renchérit Yohann Barbe, trésorier. De plus, l’Ukraine est un important producteur de semences de maïs. « Pour cette année, cela devra aller. Mais quelles conséquences si le conflit dure ? », s’interroge Samuel Bulot, vice-président à la FNPL.

Plus à l’aval de la filière, les tensions que connaissent déjà les laiteries à cause de la pandémie de Covid-19 sur leur approvisionnement en matière première comme le plastique, pourraient de nouveau s’amplifier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière