Aller au contenu principal

Céréales, engrais, semences : quelles conséquences de la guerre en Ukraine pour les élevages laitiers ?

La guerre en Ukraine ne sera pas sans conséquences pour les élevages laitiers déjà bien bousculés par la hausse des charges.

La guerre en Ukraine menace les approvisionnements d'intrants.
La guerre en Ukraine menace les approvisionnements d'intrants.
© Artem_Apukhtin

À l’occasion de l’inauguration du Salon de l’Agriculture, sur fond de guerre en Ukraine, Emmanuel Macron a prévenu : « Ce que nous sommes en train de vivre ne sera pas sans conséquences sur le monde agricole et les filières qui sont les vôtres ». La filière laitière devrait être un peu plus préservée que d’autres en termes de marché et d’export. L’aide humanitaire pourrait même marginalement tirer la demande. Mais la déstabilisation des marchés de céréales et des difficultés d’approvisionnement en intrants sont à anticiper.

Arbitrer entre céréales et lait

Première conséquence particulièrement visible depuis le début de la guerre en Ukraine : les marchés mondiaux céréaliers sont extrêmement déstabilisés. Les cours des céréales s’envolent. En cause : la part massive de l’Ukraine dans les échanges internationaux et dans les importations européennes (le quart des céréales dont la moitié rien que pour le maïs). Sur les marchés physiques hexagonaux, les prix du blé tendre (306€/t), de l’orge fourragère (300€/t) et du maïs (282€/t) ont bondi, gagnant entre 21 €/t et 23 €/t sur la seule journée du lundi 28 février, illustre la Dépêche.

Dans le secteur de polyculture élevage, la question de vendre sa production céréalière plutôt que de l’autoconsommer pour les vaches peut se poser. « D’autant que la viande bovine issue du troupeau laitier se vend plutôt bien en ce moment », explique Thierry Roquefeuil, président de la FNPL.

Menaces sur les approvisionnements d’intrants

Autre conséquence : l’augmentation des coûts de l’énergie mais aussi des intrants qui présentaient déjà sur une tendance fortement haussière en 2021. « Nous ne savons pas où cela va nous mener. La hausse des charges risque de s’amplifier », déplore Ghislain de Viron, premier vice-président du syndicat. « Au-delà du prix, la question de l’accès va finir par se poser », renchérit Yohann Barbe, trésorier. De plus, l’Ukraine est un important producteur de semences de maïs. « Pour cette année, cela devra aller. Mais quelles conséquences si le conflit dure ? », s’interroge Samuel Bulot, vice-président à la FNPL.

Plus à l’aval de la filière, les tensions que connaissent déjà les laiteries à cause de la pandémie de Covid-19 sur leur approvisionnement en matière première comme le plastique, pourraient de nouveau s’amplifier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Suite au passage à la méthode Single Step, les éleveurs devront modifier leurs critères de choix de taureaux.
Sélection génétique : Avec la nouvelle méthode Single Step, un taureau montbéliard sur deux sort du Top 100 en lait
En montbéliarde, le lait et la longévité sont les caractères les plus impactés par le passage au Single Step. Il faudra en tenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière