Aller au contenu principal

Bel et l'APBO renouvellent un accord et un prix du lait objectif à 350 €

Pour 2021, quatrième année d'accord Bel - APBO, toute la collecte laitière française du groupe fromager Bel est en démarche différenciée et le prix du lait de base objectif sera de 350 €/1000 l.

logo de l'APBO et de Bel
© APBO et Bel

Etant donné le contexte économique dégradé par la Covid-19, et avec des négociations commerciales avec la grande distribution compliquées, l'accord qui a été trouvé entre le groupe fromager Bel et l'Organisation de producteur Association des Producteurs Bel de l’Ouest ou APBO (800 exploitations, 405 millions de litres de lait) diffère des trois précédentes années sur le prix du lait.

Un tunnel de prix

Le 350 €/1000 l est réaffirmé, comme prix objectif. Les deux partenaires y ajoutent la prise en compte de possibles fortes évolutions de marché. L'indicateur suivi est le prix moyen du marché regardé sur douze mois glissants, référence FranceAgriMer 38/32 TPC/TQC "lait conventionnel". En cas de différentiel supérieur à un certain niveau (NDLR : non précisé) le prix Bel-APBO est ajusté à la baisse, et en cas de différentiel inférieur à un certain niveau et s’il y a eu baisse préalable dans l’année 2021, ajustement du prix APBO-Bel à la hausse. Et le prix mensuel ne peut descendre en deçà de 335 €/1000 l et ne peut monter au-delà de 360 €/1000 l.

Les primes sont reconduites : +15 €/1000 l pour l’alimentation sans OGM et +6 €/1000 l pour l’accès des vaches au pâturage.

Toute la collecte française (objectif fixé à 405 millions de litres de lait pour 2021) est sous démarche différenciée : alimentation sans OGM des animaux, valorisation du savoir-faire des éleveurs en matière de bien-être animal, et accès des vaches au pâturage.

De nouvelles mesures de différenciation

Pour aller plus loin, l’APBO poursuivra le déploiement des engagements de différenciation. Le référentiel Boviwell pour diagnostiquer le bien être animal sera déployé dans les élevages-adhérents. Dès 2019, un plan d'actions a été engagé pour la réduction de l’empreinte carbone des élevages avec des audits Cap2ER de niveau 2. L'objectif est que 80% des adhérents soient engagés en 2021 (audit et plan d'actions), et que 100 % aient réalisé leur Cap2ER d’ici fin 2022. En parallèle, l’APBO déposera un dossier de labellisation de la réduction des émissions de CO2 de ses fermes-adhérentes dans le cadre de la démarche « Label Bas Carbone ». L'objectif étant de rémunérer les efforts des éleveurs via la vente de crédits carbone.

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Pierre Guillemine, du Gaec de la Bouhardière, dans l’Orne. « Élever les veaux dans un environnement sain - humidité et température - est selon moi le premier facteur de réussite. »
« La gestion pointue des petites génisses permet d’assurer de bonnes croissances »
Plan lacté poussé, passage précoce à l’alimentation solide, ambiance améliorée… Au Gaec de la Bouhardière, dans l’Orne, tout…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière