Aller au contenu principal

Bel et l'APBO renouvellent un accord et un prix du lait objectif à 350 €

Pour 2021, quatrième année d'accord Bel - APBO, toute la collecte laitière française du groupe fromager Bel est en démarche différenciée et le prix du lait de base objectif sera de 350 €/1000 l.

logo de l'APBO et de Bel
© APBO et Bel

Etant donné le contexte économique dégradé par la Covid-19, et avec des négociations commerciales avec la grande distribution compliquées, l'accord qui a été trouvé entre le groupe fromager Bel et l'Organisation de producteur Association des Producteurs Bel de l’Ouest ou APBO (800 exploitations, 405 millions de litres de lait) diffère des trois précédentes années sur le prix du lait.

Un tunnel de prix

Le 350 €/1000 l est réaffirmé, comme prix objectif. Les deux partenaires y ajoutent la prise en compte de possibles fortes évolutions de marché. L'indicateur suivi est le prix moyen du marché regardé sur douze mois glissants, référence FranceAgriMer 38/32 TPC/TQC "lait conventionnel". En cas de différentiel supérieur à un certain niveau (NDLR : non précisé) le prix Bel-APBO est ajusté à la baisse, et en cas de différentiel inférieur à un certain niveau et s’il y a eu baisse préalable dans l’année 2021, ajustement du prix APBO-Bel à la hausse. Et le prix mensuel ne peut descendre en deçà de 335 €/1000 l et ne peut monter au-delà de 360 €/1000 l.

Les primes sont reconduites : +15 €/1000 l pour l’alimentation sans OGM et +6 €/1000 l pour l’accès des vaches au pâturage.

Toute la collecte française (objectif fixé à 405 millions de litres de lait pour 2021) est sous démarche différenciée : alimentation sans OGM des animaux, valorisation du savoir-faire des éleveurs en matière de bien-être animal, et accès des vaches au pâturage.

De nouvelles mesures de différenciation

Pour aller plus loin, l’APBO poursuivra le déploiement des engagements de différenciation. Le référentiel Boviwell pour diagnostiquer le bien être animal sera déployé dans les élevages-adhérents. Dès 2019, un plan d'actions a été engagé pour la réduction de l’empreinte carbone des élevages avec des audits Cap2ER de niveau 2. L'objectif est que 80% des adhérents soient engagés en 2021 (audit et plan d'actions), et que 100 % aient réalisé leur Cap2ER d’ici fin 2022. En parallèle, l’APBO déposera un dossier de labellisation de la réduction des émissions de CO2 de ses fermes-adhérentes dans le cadre de la démarche « Label Bas Carbone ». L'objectif étant de rémunérer les efforts des éleveurs via la vente de crédits carbone.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière