Aller au contenu principal

Assurance prairies : « Pour être rassuré, il faudrait des mesures de pousse d'herbe sur le terrain »

Yohann Barbe, 120 vaches laitières, 35 vaches allaitantes, 150 taurillons, 217 ha dans les Vosges explique ses craintes liées à la nouvelle assurance prairies. Il est également membre de la FNPL.

montbéliardes au pâturage- sécheresse- élevage 700 000 l Cantal 1000 m altitude
© Annick Conté

« J’étais déjà assuré en MRC [multirisque climatique sur récolte] pour la partie cultures donc j’ai ajouté les 97 hectares de la partie herbe en 2023. J’ai fait ce choix face au risque climatique qui a une incidence financière, et en cas de pépin, la prise en charge de la partie fourrage est importante. En 2024, je prévois une nouvelle souscription.

Yohann Barbe, éleveur laitier et allaitant dans les Vosges, assure l'intégralité de ses prairies.
 
Yohann Barbe, éleveur laitier et allaitant dans les Vosges, assure l'intégralité de ses prairies. © FNSEA

Le subventionnement partiel de l'assurance prairies dans le cadre de la PAC est intéressant. Dans les Vosges, nous n’avons pas eu à déclencher l’assurance l’année dernière. J’ai néanmoins, en tant que responsable syndical à la FNPL, tenu à regarder la carte correspondant à l’outil indiciel satellitaire, en me rapprochant de la DDT [direction départementale des territoires]. Alors que mon bilan fourrager de l’année était supérieur aux années précédentes, l’indice était légèrement négatif. J’en déduis donc que l’indice ne détecte pas l’amélioration de la pousse qui s’est opérée en 2023.

Lire aussi Assurance prairies : « Chez Airbus, nous travaillons sur une nouvelle version 2025 de l’indice satellitaire »

Pour que nous puissions être rassurés sur la fiabilité de cet indice, il semble nécessaire qu’il puisse y avoir des mesures de pousse d’herbe au sol, comme sur la partie maïs, avec le passage d’un expert sur le terrain. Il est compliqué de s’appuyer uniquement sur des mesures satellitaires pour contrôler une baisse de production. Nous comptons sur la mise en place des fermes de référence, en 2024, pour pouvoir comparer les mesures en cas de contestation. »

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Deux stalles de robot de traite GEA
Robot ou salle de traite, les indicateurs à calculer pour bien choisir

Les tensions sur la main-d’œuvre poussent de nombreux éleveurs à sauter le pas des robots de traite. Pourtant le retour sur…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

veaux en igloo individuel
Les bons gestes pour des veaux laitiers en pleine forme dès la naissance

Il n’y a pas une seule et unique recette pour élever un veau. Ce qui est sûr, c’est que les premiers jours sont déterminants…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière