Aller au contenu principal

Apprendre à travailler plus efficacement grâce au "lean management"

Au Danemark, Torben Brodersen, éleveur de 450 Jersiaises met en application une démarche de progrès inspirée de l’industrie pour mieux s’organiser et gérer les priorités.

© C. Bausson

Actuellement au Danemark, 700 à 800 exploitants (sur 3 000 producteurs) travaillent sur le lean management, soit 25 % d’entre eux. Avec l’augmentation de la taille des exploitations laitières danoises, il devient de plus en plus difficile d’avoir une vision globale. Il y a désormais une réelle demande des éleveurs pour s’améliorer sur le management de leur exploitation. De plus, l’augmentation du nombre de salariés fait que beaucoup d’informations peuvent être perdues s’il n’y a pas une bonne communication. D’où la nécessité de trouver une méthode pour travailler avec tous.

Avec l’accroissement rapide de son troupeau, Torben a adopté cette démarche d’amélioration continue. Il organise l’ensemble des activités de manière hebdomadaire avec des objectifs précis et suivis d’une semaine sur l’autre. Ainsi, une à deux réunions avec ses cinq salariés sont organisés chaque semaine. Les principaux objectifs sont la production laitière, le niveau cellulaire (objectif 150 000 cellules) et le sanitaire. Lors de ces points réguliers, les critères techniques relatifs à ces trois objectifs sont systématiquement analysés pour comprendre ce qui s’est passé (en bien ou en moins bien), et savoir ce que chacun a fait. Le gérant définit les objectifs mais l’ensemble des salariés forme une équipe et chacun sait ce qu’il est attendu de lui.

Résultat et suivi précis du travail de chacun

Le lean management permet ainsi à chacun de connaître les objectifs, d’apprécier les résultats, de trouver et de mettre en place les actions correctives. Torben Brodersen précise qu’il " attache une importance particulière à la responsabilisation de chaque salarié en les faisant s’exprimer et proposer des solutions correctives. Tout le personnel de l’élevage est impliqué. Chacun peut avoir des idées ou propositions pour travailler mieux ou différemment. Cette implication est aussi une manière de reconnaître le travail effectué ». Les améliorations sont recherchées dans l’organisation du travail mais également dans tous les processus de production pour faire en sorte que l’exploitation tourne mieux.

 

L'objectif est de faire mieux en moins de temps, en responsabilisant l'équipe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière