Aller au contenu principal

Apprendre à travailler plus efficacement grâce au "lean management"

Au Danemark, Torben Brodersen, éleveur de 450 Jersiaises met en application une démarche de progrès inspirée de l’industrie pour mieux s’organiser et gérer les priorités.

© C. Bausson

Actuellement au Danemark, 700 à 800 exploitants (sur 3 000 producteurs) travaillent sur le lean management, soit 25 % d’entre eux. Avec l’augmentation de la taille des exploitations laitières danoises, il devient de plus en plus difficile d’avoir une vision globale. Il y a désormais une réelle demande des éleveurs pour s’améliorer sur le management de leur exploitation. De plus, l’augmentation du nombre de salariés fait que beaucoup d’informations peuvent être perdues s’il n’y a pas une bonne communication. D’où la nécessité de trouver une méthode pour travailler avec tous.

Avec l’accroissement rapide de son troupeau, Torben a adopté cette démarche d’amélioration continue. Il organise l’ensemble des activités de manière hebdomadaire avec des objectifs précis et suivis d’une semaine sur l’autre. Ainsi, une à deux réunions avec ses cinq salariés sont organisés chaque semaine. Les principaux objectifs sont la production laitière, le niveau cellulaire (objectif 150 000 cellules) et le sanitaire. Lors de ces points réguliers, les critères techniques relatifs à ces trois objectifs sont systématiquement analysés pour comprendre ce qui s’est passé (en bien ou en moins bien), et savoir ce que chacun a fait. Le gérant définit les objectifs mais l’ensemble des salariés forme une équipe et chacun sait ce qu’il est attendu de lui.

Résultat et suivi précis du travail de chacun

Le lean management permet ainsi à chacun de connaître les objectifs, d’apprécier les résultats, de trouver et de mettre en place les actions correctives. Torben Brodersen précise qu’il " attache une importance particulière à la responsabilisation de chaque salarié en les faisant s’exprimer et proposer des solutions correctives. Tout le personnel de l’élevage est impliqué. Chacun peut avoir des idées ou propositions pour travailler mieux ou différemment. Cette implication est aussi une manière de reconnaître le travail effectué ». Les améliorations sont recherchées dans l’organisation du travail mais également dans tous les processus de production pour faire en sorte que l’exploitation tourne mieux.

 

L'objectif est de faire mieux en moins de temps, en responsabilisant l'équipe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière