Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'air ambiant bientôt sous haute surveillance

© Patrick Cronenberger

Alors que la dangerosité potentielle ou réelle des pesticides s’invite au quotidien dans l’actualité, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, l’Anses, vient d’être missionnée pour améliorer la qualité de l’air ambiant.

Pas moins de quatre ministères, celui de l’agriculture, de l’écologie, de la santé et du travail, ont chargé l’agence d’apporter son expertise scientifique pour évaluer et réduire la présence des produits phytosanitaires dans l’air.

Tâche difficile. Car si « les expositions alimentaires sont de mieux en mieux connues », note l’Anses, il n’en va pas de même pour ce que l’on respire : « la voie aérienne reste insuffisamment documentée ».

Pour s’atteler à ce dur labeur, l’agence a publié une série de recommandations pour « la mise en œuvre d’une surveillance nationale des pesticides dans l’air ambiant ». Avant de lancer la véritable traque, une « campagne exploratoire d’un an est prévue ». Aux commandes pour cette première étape : le Laboratoire central de la surveillance de la qualité de l’air et les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air. Nom de code : LCSQA et AASQA. Cette étape préliminaire permettra de finaliser la « liste socle » des substances actives « hautement prioritaires » et « prioritaires » pour la surveillance nationale. Pour le moment, une liste métropolitaine comprend 22 substances actives dans la première catégorie et 10 dans la seconde. Mais de nombreuses autres matières actives utilisées dans la métropole ainsi qu’en Guyane, à la Réunion, à la Martinique et en Guadeloupe, doivent être « explorées » pour venir éventuellement s’ajouter aux 32 déjà retenues. Au total, près de 90 substances prioritaires doivent être évaluées.

Mieux identifier les risques ne supprime pas le danger mais il peut permettre de contribuer à le diminuer et à mieux se protéger. Bien respirer est un véritable enjeu de santé publique mais un travail de longue haleine.

Plus d'infos sur le site de l'Anses.

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
Publicité